Management de l'information ou information 2.0

Le nouveau management de l'information

Je suis impardonnable et commence ce billet en m’excusant auprès de Christophe Deschamps, l’incontournable animateur d’outils froids, pour ne pas avoir publié plus tôt mon avis sur son livre : le nouveau management de l’information (FYP éditions – ISBN : 2916571299), sous-titré : la gestion des connaissances au coeur de l’entreprise 2.0.

Surtout, je suis d’autant plus désolé que vous devez acheter ce livre, à l’écriture proche de l’écriture universitaire aux nombreuses citations… Je ne vais pas me lancer dans un éloge dithyrambique… ce n’est pas le genre de la maison 🙂 Je me reconnais dans la plupart des prises de position de Christophe 🙂 En marge d’une page, j’ai même annoté : «Christophe et moi, même longueur d’onde.» ;-). Oui, je me reconnais dans sa description du chasseur-cueilleur d’information, d’explorateur marin de l’information…

Le seul « énorme » reproche : je suis définitivement fâché avec les notes en fin de livre. Vive les notes de bas de page 😉

Lorsque j’écris vous , je pense aux « travailleurs du savoir » et aux « travailleurs de l’information » : journalistes, documentalistes, veilleurs, chercheurs… mais aussi aux autres : tous les internautes :-). En effet, comme l’écrit Christophe, travailleurs du savoir n’est pas un métier, mais un ensemble de compétences qu’il devient nécessaire à tous de posséder : étudiants, cadres, indépendants… Cela correspond à la formation qui devrait être nécessaire pour tous. Cette formation que j’évoque dans mes conférences et répond à la question : à quel public s’adresse notre évangélisation ?

Les entrepreneurs et dirigeants d’entreprise ne sont pas à exclure de ce lectorat. Ce livre est un bon moyen de comprendre les conditions nécessaires à l’arrivée de l’entreprise 2.0 ( faire coïncider la gestion de la connaissance à l’ensemble des dimensions et processus de l’entreprise) et à en tirer profit.

Ces dernières années de nouveaux outils permettent le prolongement de l’individu dans les mondes virtuels ce qui conduit à l’avènement de la participation de masse (à l’image de la consommation de masse et les mass média). De plus, nous avons tous accès à des informations et conseils en temps réel d’hommes et de femmes comme nous, nos pairs.

C’est le web social (web 2.0 pour simplifier) où tout le monde comme le prédisait Andy Warhol : «Dans le futur, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale», car tout le monde peut être expert de quelque chose et le faire savoir, au service de tous. Nous devenons tous, qu’on le veuille ou non, à la fois témoins et acteurs. Ce phénomène est amplifié dans la vie courante par de petites touches : le nomadisme, le télétravail, l’arrivée des web objets (blojet).

De là, à la naissance d’une véritable intelligence collective, il n’y a pas loin. L’information se transforme en connaissance par l’enrichissement des uns et des autres. Reste à définir ce qu’est une information, une donnée, une connaissance, le savoir et à rappeler ce que devient le KM (knowledge Management), les Systèmes d’Informations (SI)…

L’entreprise 2.0 elle-même se basera sur l’intelligence collective : le «produit d’une génération individualiste qui se donne les moyens de réintroduire du sens collectif dans ses pratiques, sans pour autant brader son autonomie».

Une notion de pouvoir apparaît pour ceux qui sauront analyser et maîtriser l’infobésité et la surcharge informationnelle qui se prépare.

Toutefois, il est important de noter que l’entreprise 2.0 devra donner de la liberté aux individus qui ont le choix et doivent faire des choix. J’ajouterai qu’au-delà de l’entreprise, la politique vit certainement le même virage. Je me pose souvent la question de savoir si du politique nous ne passons pas à la citoyenneté.

De nouvelles relations de travail entraînent une nouvelle organisation du travail où chacun sera associé plutôt qu’employé, professionnel et non travailleur… Le professionnel du savoir fonctionne avant tout par passion. Vous l’avez compris de nouvelles méthodes de management doivent apparaître.

Comme chaque révolution, l’entreprise et l’homme de la rue ont la nécessité d’y trouver leur compte. Par exemple, les entreprises de productions de biens numérisables voient leur modèle économique évoluer vers une relation privilégiée avec les fans. De l’autre, le moteur de l’innovation est égoïsme humain. Mais, surfer ou « chater » ne veut pas dire que l’on sache manipuler, évaluer… correctement l’information. La formation sous-toutes ces formes est en filigrane.

Enfin, une question à l’auteur… As-tu pensé à envoyer un exemplaire de ton livre à nos politiques et ministres concernés par les problèmes d’éducation et d’entreprise… Ils en auraient certainement besoin 🙂

Le texte de la 4e de couverture

Le constat est indéniable : le temps passé à gérer les multiples outils d’accès à l’information ne cesse de s’accroître au détriment de la productivité personnelle et collective. Au sein d’une entreprise ou en tant que travailleurs indépendants, nous sommes désormais contraints de déployer de nouvelles solutions pour atteindre nos objectifs. Mais le manque d’information sur les outils du web 2.0 ne nous permet pas de bien choisir ceux qui sont pertinents, faciles à mettre en œuvre, et réellement adaptés à nos besoins.

Cet ouvrage répond à la question devenue essentielle : comment bien utiliser les nouvelles techniques et les outils du web 2.0 pour optimiser la gestion de son temps, la mobilité et la surabondance d’informations ?

L’auteur va au-delà du discours marketing ambiant qui prône le web 2.0 comme unique solution. Il analyse et détaille finement tous les besoins actuels et fournit des solutions adaptées, concrètes, et à la portée de tous ceux qui manipulent l’information et veulent développer de nouvelles stratégies.

De nombreux cas pratiques sont développés pour : Aider les entreprises à mieux cerner les besoins de leurs employés afin de les placer dans les conditions d’efficacité optimale ; Fournir aux décideurs les moyens qui leur permettront de créer les conditions d’émergence de l’entreprise 2.0 ; Renforcer l’efficacité personnelle et collective ; Donner à chacun les moyens de capitaliser ses connaissances, ses compétences et ses contacts, afin de les mettre au service son employabilité ; Optimiser la gestion de son temps, de la mobilité, de l’information ; Apporter aux étudiants un descriptif complet et actuel sur les outils du web 2.0 au service du management de l’information.

Pour aller plus loin

Un petit conseil, abonnez vous au flux de Delicious d’outils froids 😉

Le blog associé au livre : le nouveau management de l’information. et les fiches pratiques du travailleur du savoir

Le nouveau management de l’information. La gestion des connaissances au coeur de l’entreprise 2.0