nomade = telephone portable

Je voudrais revenir sur l’atelier Génération Mobile 2.0 auquel j’ai participé jeudi dernier, où je jouais le rôle du vieux ronchon vis-à-vis des nouvelles technologies 😉

Soyons clairs, je ne suis pas anti-téléphone portable même si je n’utilise pas mon téléphone portable (oui, j’ai un téléphone portable) car j’irais même plus loin, à terme, chez les particuliers, les téléphones fixes dans l’état actuel disparaîtront.

Pourquoi je n’utilise pas mon téléphone portable pour Ed Productions

Je dois déjà une première explication : pourquoi je « n’utilise pas » mon téléphone portable de manière professionnelle, c’est-à-dire que je ne laisse pas mon numéro de portable pour que l’on m’appelle régulièrement. Dans certains cas, je le laisse ouvert et communique mon numéro, mais ces périodes sont exceptionnelles.

La raison de ce refus est double : pour une notion d’urgence galvaudé et pour pouvoir différencier ma vie privée de ma vie publique. En plus, de par mes différentes fonctions, je ne vois pas l’intérêt d’employer le téléphone portable !

Quelques éclaircissements au sujet de ce dernier point. Lorsque je suis en formation en entreprise, je dois me rendre sur le lieu de formation… J’aime utiliser ce temps pour trouver des idées, réfléchir… donc, je n’ai pas envie d’être dérangé par une sonnerie de téléphone. Ensuite, une fois sur le lieu de stage, si j’avais un portable, je devrais le « couper » pendant la formation… Arrive l’heure de la pause… pendant laquelle j’utilise cette brève interruption du travail pour prendre un café, me ressourcer… Donc, pas question pour moi de consulter les messages qui seraient en attente. C’est presque la même situation à l’heure du midi, seulement je pense que tout le monde déjeune et je n’aime pas avoir mon repas interrompu par le téléphone et j’imagine qu’il en est de même pour les autres. L’après-midi reprend sur le même rythme jusqu’à la fin de la formation. Ensuite, c’est le retour !

Si j’avais dû répondre aux différents messages que je reçois au cours d’une journée, je me serai certainement inquiété, j’aurai stressé… car je n’aurais pas pu répondre efficacement à la demande formulée (celle qui demande du temps) par exemple. Je me serai créé des situations d’urgences qui n’ont rien d’urgent dans le cadre de mes activités.

Urgence, le mot est lâché. Pourquoi est-il nécessaire d’appeler un correspondant sur un téléphone portable s’il est possible de le joindre par une multitude d’autres moyens ? Pour dire : «T’es où ?», non, parce qu’il y a une urgence à régler… Trouver une information que l’on a besoin dans la minute. Lorsque j’organise les rencontres Blog en Nord, mon téléphone est ouvert et les intervenants en ont possession… J’ai besoin de savoir rapidement s’ils ont un problème et eux de me joindre en cas de soucis.

C’est vrai que je refuse à ma manière ce monde où tout va vite, trop vite…

Mon second argument est de protéger ma vie privée. Le téléphone fixe est pour moi la vie professionnelle, le téléphone portable, celui de ma vie en dehors du travail. Je sens que vous allez me dire qu’il est possible de mettre le téléphone sur répondeur si je ne veux pas être dérangé… Effectivement, si je possédais un téléphone portable spécifique pour le travail et un pour le privé, je pourrais le faire. Mais, je n’aime pas multiplier les outils ! Donc, un seul téléphone portable ! Mais, lors des vacances, je mets également mon téléphone sur répondeur ? Donc, j’en conclue que je dois me priver des possibilités de garder le contact avec ma famille pour ne pas être dérangé par le travail !

Je dois préciser que je suis en profession libérale. La situation est un peu différente pour les salariés. Bien que, j’entends souvent les salariés se plaindre qu’ils ont été contactés pendant leurs vacances par leur entreprise… Je passerai sous silence les appels matinaux ou tardifs sur les portables ! C’est aussi pour moi une protection pour ma tranquillité 🙂

Dernière remarque, qu’est ce que je dois inscrire sur mon site ? Un numéro de portable ou un numéro de fixe ? Après réflexion en son temps (mais je pense que c’est toujours d’actualité), lorsque je visite un site internet et que je vois que partout il est écrit nous, nous, nous… et que pour seul contact, j’ai un numéro de portable, je me dis : il, il, il ! Encore une fois, c’est un réflexe d’indépendant (au sens free-lance)… mais, niveau marketing, ne faut-il pas rassurer le client ? Donc, j’opte et je continuerai d’indiquer mon numéro de fixe sur mes sites.

Le nomadisme est le téléphone portable

Bon, je crois que tout le monde est du même avis sur ce point, le téléphone n’est que l’un des outils du nomadisme… Le reste n’est qu’une affaire de marketing. Pour l’instant, on nous fait croire un peu trop souvent que tout va passer sur les téléphones portables ! Reste à savoir comment ce téléphone évoluera ! Pour quelles pratiques (je fais mienne la distinction usage et pratique de Christian Fauré) vais je employer mon téléphone dans le cadre du nomadisme ?

Réfléchissons dans un premier temps à ce qui va évoluer (ou ce qui a évolué) dans les téléphones : la géolocalisation, les médias images, vidéos et son (on pourrait simplifier en disant que le téléphone portable deviendra appareil photo, caméra et magnétophone), radio (je ne crois pas à la télé sur le téléphone car l’écran est trop petit), disque dur…

Déjà les pratiques changent. Il est possible de prendre une photo ou un film avec son téléphone… Si cela induit des comportements différents (demandez aux commerçants ce qu’ils pensent des photos prises dans leurs magasins en cas de soucis), jeudi, je racontais l’anecdote des vacances alors que je prenais en photo un panorama avec mon « bon vieux » reflex numérique, l’une de mes filles, pris rapidement une vidéo de mon panorama…
J’ai été bluffé sur le coup en me disant qu’elle avait tout compris et qu’elle avait raison ! Aussitôt en ligne sur Internet, la famille pouvait suivre notre périple de vacances en direct ou presque… (à moins que cela n’arrive sur un tableau numérique qui ornerait le salon de leur cousine 🙂

Moi, je devais encore recoller les morceaux de mon panorama… Mais, après cette découverte et ma première réaction enchanté… Mon côté professionnel de la photo et du print a repris rapidement le dessus. Comment pouvais-je mettre son magnifique panorama filmé en fond sur une plaquette publicitaire ? Impossible pour deux raisons : la qualité de sa vidéo et comment remettre cette image animé en image fixe ! Chacun de notre côté, nous faisions le même usage de nos appareils : photo pour moi, caméra pour elle mais dans des pratiques différentes. Elle voulait communiquer avec la famille et ses amis, moi, je pensais « travail », production, imprimerie…

C’est en cela que je réfute la plupart des outils que les services marketing nous vendent aujourd’hui sur les téléphones. Ce sont des outils pour communiquer ou garder le contact avec sa communauté de copains (je n’emploie pas volontairement le terme ami, trop connoté réseaux sociaux).


De nouvelles applications nomades peuvent naître du téléphone portable, sans parler de l’aspect domotique… Je suis persuadé que de nouveaux usages (cf. Christian Fauré) c’est-à-dire de nouvelles fonctions et services qui permettent de nouveaux usages deviendront des pratiques courantes. Nous évoquions à la suite de la présentation de Cédric la possibilité grâce à la réalité enrichie des possibilités qui pourraient se développer au niveau du tourisme ou du commerce ; par la géolocalisation, le guidage de randonnées, la réunion dans un lieux de rencontre, les prises de vue géotaggées, etc.

Toutefois, ne cherchons pas à tout vouloir faire passer sur un téléphone portable ! Votre site en l’état a peu de chance de pouvoir être lisible sur le téléphone… et d’ailleurs, quel en serait l’intérêt ? Rien de surprenant que le premier service de Goojet soit la météo (je vous conseille le blog de Cédric pour vous tenir informé des tendances de la mobilité à l’aide de téléphone portable)… Le téléphone fournit des informations précises et ponctuelle : une adresse, un conseil, un prix… pas un article complet, sauf exception… Je félicite celui qui lira ce billet sur un portable 🙂

Twitter semble être la solution avec ses 140 caractères. Mais là encore, n’est-ce pas une évolution du SMS vers un langage compréhensible par tous ? La question est posée.

Je peux comprendre l’interaction pour un jeu par téléphone (en extrapolant, on pourrait même imaginer un radio guidage par téléphone interposé dans le futur) mais, je ne pense pas qu’en dehors de la tranche 18-35 ans beaucoup d’adultes, pardon de vieux, imitent le bruit de la moto afin de gagner à un jeu.

Autre question qui n’a pas été abordé lors de l’atelier est ce que les créateurs de services pour la téléphonie mobile tente un coup (se faire beaucoup d’argent en peu de temps en surfant sur la vague de la mobilité) tout en sachant que cela n’a pas d’avenir ou pensent-ils à des solutions pérennes ? Où est le Tam-tam, Tatoo ou Kobby de leur jeunesse ? Ne me dites pas que France Telecom, Cegetel ou Bouygues Telecom ne savaient pas que les téléphones portables arrivaient (le lien conduit à un article de 1997 :-)… Ah, marketing, quand tu nous tiens, tu nous fais croire n’importe quoi 😉

Ma conclusion… Il est urgent d’attendre… à moins que vous n’apparteniez aux early adopters (on en trouve à tout âge ;-). Sagesse, grand âge, génération différente… Je ne sais, mais j’aurai plutôt tendance à ne rejoindre les précurseurs dans ce domaine 🙂 J’attends autre chose du nomadisme que la vision restreinte du téléphone portable comme nous le connaissons aujourd’hui… mais quand nous en seront , promis… je l’adopte de suite (au fait, vous avez remarqué la taille des écrans 🙂 cela rejoint ce que j’écrivais dans nomadisme, vous avez dit mobilité 2.0 ? pour lancer le débat, non ? Et l’idée de la transformation des portables actuels en montre, me plait bien 😉

Je viens de découvrir cette vidéo déniché par les étudiants du Master ICD (Information, communication, Documentation) Spécialité SID (Sciences de l’Information et du Document) qui doivent me faire un exposé demain sur le nomadisme 😉 D’autres vidéos de DOCOMO sont disponibles sur YouTube comme NTT DoCoMo Mobile Future ou leur vision à 2010 (dans deux ans !)

0 comments for “nomade = telephone portable

  1. 4 juin 2010 at 17 h 00 min

    Si Tam-Tam et Kobby sont morts, le Tatoo vit toujours !

    Vous pouvez acheter un récepteur d’occasion sur eBay, Price Minister ou leboncoin.fr pour quelques euros, ou un récepteur neuf directement auprès de e*message, la société allemande qui a reprise le réseau POCSAG 466 MHz de France Télécom Mobile Radio Messagerie il y a 10 ans.

    Vous… appelez le service client en journée au 08.36.60.40.20, vous communiquez vos nom, prénom et adresse à l’opératrice, qui vous demandera ensuite le n°ARP qui se situe au dos de l’appareil. Elle vous attribuera un n° d’appel en 06.57 et votre ligne sera active en moins de cinq minutes !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.