Mind mapping pour les exposés et l'apprentissage des leçons

J’avais indiqué dans un billet précédent que nous travaillons l’apprentissage des leçons avec mes filles par une retranscription des notes de cours sous la forme de carte heuristiques (en fin de billet)… Ainsi l’un de mes usages du Mind Mapping et des cartes heuristiques est pédagogique !

J’ai commencé avec la plus grande, celle qui est en 6éme. Mais le p’tit bout de chou de CM1 a demandé elle aussi à bénéficier de l’emploi des cartes de mind mapping, pour apprendre principalement ses cours d’histoire. Elle apprend selon ses dires (mais je constate les effets positifs) bien mieux les dates de cette manière 🙂

Le travail consiste à une réorganisation et à une hiérarchisation de l’information plus simple, sans se perdre dans les détails !

Autre usage que nous faisons des cartes heuristique à la maison au niveau éducatif : la préparation des exposés ! D’autres utilisent bien le mind mapping pour écrire leurs livres 😉

Premier avantage, la réalisation de cartes heuristiques permet aux enfants de réfléchir sans s’en rendre compte à l’organisation des différentes thématiques de l’exposé. Les grandes branches se créent rapidement et donc la structure de l’exposé (partie 1, partie 2, etc.) !

Au fil des découvertes dans les lectures, les filles complètent la carte… soit en ajoutant des « branchettes » (division des branches principales…), soit en créant de nouvelles branches !

Pour éviter les copier-coller pur et simple, le travail de l’exposé que nous préparons (je dis nous car j’encadre leur travail 🙂 consiste à recherche dans notre bibliothèque les livres qui pourraient servir de base de travail ! Cela évite également le choix des images « trop simplistes », c’est à dire en passant par Google images !

L’ébauche de la carte heuristique peut ainsi être mise en place et elle se complète au fur et à mesure des lectures.

Une fois les ressources des livres épuisés, nous reprenons la carte en tentant d’analyser ce que les filles ne comprennent pas. Si nous avons laissé passer un mot incompris ou incontournable, le Littré sur l’ordinateur nous vient en aide ! Pour les lieux, les faits historiques, les personnages inconus et autres compléments, nous organisons une recherche internet. Ces manipulations permettent d’affiner et d’enrichir la carte.

Le choix des illustrations vient souvent en dernier. Assez naturellement, les filles choisissent des images qui « collent » aux différents chapitres ou à des points qui pourraient passer inaperçus.

Par exemple, dans l’exposé sur Christophe Colomb (voir en fin de billet les exposés), la plus petite a choisi d’ajouter comme illustration un timbre (trouvé par sérendipité) qui associait le Santa Maria (bateau de Colomb) et un drakkar Viking afin d’insister sur le thème que Colomb n’était peut-être pas le « découvreur de l’Amérique ».

Le passage de la carte au texte final se fait assez facilement. D’ailleurs, la plus grande qui a quelques difficultés pour créer des paragraphes les organise naturellement depuis la carte. On pourrait presque dire qu’une branche donne naissance à un paragraphe 🙂

En plus, pour les récalcitrants à la rédaction, en réalité, ils rédigent presque l’ensemble du texte sans s’en apercevoir… Il est amusant de voir leur surprise sur le nombre de pages « word » que fait l’exposé 😉

La construction des phrases est simplifiée puisqu’il n’y a que les mots de liaison, les verbes à conjuguer correctement et quelques ajouts à fournir une fois un copier-coller des branches vers le traitement de texte effectué (Depuis Freemind par exemple, on pourrait utiliser l’export vers les traitements de texte de la même manière, mais je rappelle que nous utilisons au niveau familial MindNode en version gratuite, disponible seulement sur Mac).

Voici la liste des cartes heuristiques que nous avons réalisé pour apprendre des cours d’histoire, de géographie, de sciences (SVT), de français… en pdf 😉

La liste des exposés est la suivante (version pdf et l’exposé en ligne sans la totalité des images puisque les filles ont décidé de publier leurs exposés sur leur blog ;-)) :

Certains utilisent les cartes heuristique comme outil pédagogique, preuves à l’appui 😉

Par contre, « on m’a dit » mais je n’ai pas vérifié. Aussi vos connaissances me seront utiles… Il est prévu dans le B2i pour le lycée que les élèves doivent savoir utiliser et créer des cartes heuristiques ? Vrai ou faux ?

0 comments for “Mind mapping pour les exposés et l'apprentissage des leçons

  1. Louis LEVY
    24 mai 2009 at 7 h 02 min

    Bravo pour ce site. Une remarque (qui se veut constructive). Je remarque que dans les cartes que vous montrez, du moins celles que j’ai regardée, toutes vos branches sont sur un seul coté de la carte. Or un grand principe de la carte mentale est la notion de cœur de carte avec un milieu et des branches équilibrées de par et d’autres. Ce n’est pas du tout anodin car cela participe à la spatialisation de l’information et à créer un « objet conceptuel » harmonieux.
    L’important est que l’œil puisse naviguer dans la carte et avoir en même temps une vue globale non hiérarchisée de ce qu’elle contient. Sinon on refait du linéaire d’une autre manière…

  2. eric delcroix
    24 mai 2009 at 16 h 32 min

    J’accepte d’autant plus votre remarque qu’elle est justifiée 🙂 J’ai en effet beaucoup de mal à faire « tourner » ma carte… Sans chercher d’excuses, certainement de vieux réflexes de mes activités de maquettiste où ce qui est sur la page de droite se lit plus facilement que ce qui est en page de gauche !

  3. yolande
    5 mars 2010 at 23 h 26 min

    Bonjour,
    Je suis très intéressé par la création des cartes mentales,  j’ai une fille en difficulté scolaire à cause d’un grand déficit d’attention détecté par un neurologue.  Mais je ne peux pas ouvrir les cartes que vous proposez ex : féodalité, les polygones. Impossible,  merci de votre aide ou de m’indiquer où les trouver ? Cordialement

  4. 6 mars 2010 at 12 h 54 min

    Les liens sont réparés 🙂

  5. Laurence Ardouin
    23 mars 2010 at 2 h 36 min

    Bonsoir,
    Je vous suis professionnellement avec plaisir sur Twitter. Hier, votre dernier billet m’a incitée à partager vos écrits avec mes enfants (8 et 10 ans). Nous avons lu vos textes ensemble aujourd’hui, exploré les différents exemples de schemas et d’exposés et ma grande a voulu l’appliquer immédiatement sur une section d’encyclopédie. Ce premier exercice fut exigeant et j’ai dû apporter mon soutien à plusieurs reprises mais elle était enthousiaste du résultat (dans MindNode ;o) et a réalisé en fin de soirée à quel point elle avait mieux retenu le concept choisi (biodiversité) que suite à une simple lecture.
    Merci pour cette belle initiative. Les leçons à apprendre à la maison sont moins répendues au primaire au Québec mais nos explorations familiales gagneront en profondeur et l’habitude sera installée pour les années d’études qui nous attendent.
     

  6. 14 octobre 2011 at 0 h 09 min

    Bonjour. Bravo pour ce post qui montre différentes possibilités. Je suis enseignant d’histoire géographie en collège dans l’Académie de Lille. J’utilise la pratique des cartes heuristiques dans mes classes et persuadé de ce que ces outils visuels peuvent apporter, j’ai créé un blog pour partager le travail mené avec mes élèves.
    http://classemapping.blogspot.com/
    J’ai également développé un outil de veille sur internet à propos des cartes heuristiques comme outil d’enseignement.
    http://www.scoop.it/t/classemapping
    et un deuxième pour montrer des Présentations Originales de Connaissances
    http://www.scoop.it/t/p-o-c
    Bien cordialement.
    L Gruez

  7. 2 janvier 2012 at 22 h 05 min

    J’utilise depuis longtemps cette methode d’organisation de la pensée et je trouve cette piste très intéressante… Je vais en parler avec mon ainé, mais ce2 c’est peut être encore un peu trop tôt…

  8. 3 janvier 2012 at 17 h 56 min

    @tanguy La plus petite de mes filles a commencé vers le CE 2 et je connais des exemples de gamins de CP qui utilisent aussi les cartes !

  9. 4 janvier 2012 at 20 h 02 min

    Je m’attendais à lire cet article sous forme de carte mentale 😉
    Ma fille a neuf ans, elle souffre également de TDAH et j’ai commencé à lui apprendre la technique du mind mapping, au départ pour l’aider à organiser son temps. Elle a immédiatement accroché !
    Merci (en particulier) pour les polygones : elle a des difficultés à les catégoriser, et je n’aurais pas envisagé de lui présenter la matière sous cette forme. D’une pierre deux coups, donc !

Laisser un commentaire