le prof. saboteur de Wikipédia qui s'offusque du plagiat – suite

En rédigeant l’article précédent et si un enseignant n’avait pas la maturité pour tirer profit du numérique, je m’attendais à la volée de commentaires que cela générerait… heureusement, la plupart des commentaires ou des retweets dans Twitter ne sont pas du même type 🙂

J’avais passé sous silence un autre élèment qui me dérangeait… le témoignage direct ou indirect d’un élève ! Bingo… mon précédent billet a succité un témoignage complémentaire dans le groupe Infodoc.pro sur Linkedin !

Une documentaliste, Camille Tête-David a cotoyé des élèves de notre enseignant saboteur. Avec son autorisation, je reproduit son commentaire et vous laisse juge 🙂

Il se trouve que visiblement, cette personne l’a fait durant l’année scolaire 2010-2011, car j’ai rencontré plusieurs élèves de la classe qu’il a piégé au printemps 2011. Contrairement à ce qu’il dit, cela ne les avait pas du tout amusé et ils se sentaient humiliés. Ce n’était pas des élèves médiocres et l’un d’eux avait cherché dans une encyclopédie des auteurs littéraires avant de se rabattre sur Internet, car il n’avait rien trouvé lui permettant de développer son introduction et sa conclusion.
Je ne pense pas que des élèves qui ne sont pas formés à la recherche d’information puissent tirer une conclusion pédagogique de ce qui s’est passé. Il aurait été bien plus pertinent à mon sens de monter une séance pédagogique avec le documentaliste, par exemple, où justement le but était de trouver des réponses justes aux questions qui leur étaient proposées. Il n’est pas très difficile de trouver des erreurs, voire des bêtises sur Wikipedia, par exemple, et sans falsifier quoi que ce soit, il aurait pu être aisé de leur démontrer le manque de fiabilité que peut avoir ce site.

Néanmoins plus que l’absence de pédagogie de cet enseignant, je m’inquiète bien plus sur l’image qui est renvoyée d’Internet, comme un espace peu fiable et dangereux, au final, à des jeunes qui ont grandi avec, qui ne sont pas prêt à croire cette image et qui peuvent avoir une meilleure utilisation que certains adultes de cet outil. Je ne pense pas que ce soit ainsi, en niant des aptitudes, que nous permettrons à ces futurs adultes d’affiner leurs compétences et à avoir confiance en nos propres compétences. Je m’interroge par contre, si cet enseignant aurait osé agir ainsi avec un auditoire adulte. Je ne pense pas et cela soulève de réelles questions à mes yeux sur son positionnement par rapport à ces futurs adultes.

Voilà qui relativise de nouveau les propos de notre prof. saboteur !

0 comments for “le prof. saboteur de Wikipédia qui s'offusque du plagiat – suite

  1. Benoît Granger
    23 mars 2012 at 18 h 20 min

    bravo à Mme tête David. Ce genre de prof manie un genre de sadisme, me semble-t-il ?

    (je suis prof ! ) 🙂

  2. Benoît Granger
    23 mars 2012 at 18 h 20 min

    bravo à Mme tête David. Ce genre de prof manie un genre de sadisme, me semble-t-il ?

    (je suis prof ! ) 🙂

  3. ProW
    23 mars 2012 at 18 h 28 min

    Merci beaucoup pour le témoignage de ce documentaliste et qui relativise pas mal les lauriers que s’envoyait lui même notre ami à tous Loys Bonod.

  4. ProW
    23 mars 2012 at 18 h 28 min

    Merci beaucoup pour le témoignage de ce documentaliste et qui relativise pas mal les lauriers que s’envoyait lui même notre ami à tous Loys Bonod.

  5. Camille Tête-David
    23 mars 2012 at 20 h 32 min

    @Benoît Granger : Je ne sais pas si c’est du sadisme, mais je crois sincèrement qu’il y a d’autres méthodes pédagogiques qui sont dans le respect de tous. Néanmoins, je soupçonne que ce ne soit pas à vous que je devrais l’apprendre.
    @ProW : Je vous remercie. Je pense que c’était à dire. On peut penser ce que l’on souhaite de cette action, mais il fallait le préciser pour que nous ayons tous les éléments en main avant d’avoir une opinion sur la question.

  6. Camille Tête-David
    23 mars 2012 at 20 h 32 min

    @Benoît Granger : Je ne sais pas si c’est du sadisme, mais je crois sincèrement qu’il y a d’autres méthodes pédagogiques qui sont dans le respect de tous. Néanmoins, je soupçonne que ce ne soit pas à vous que je devrais l’apprendre.
    @ProW : Je vous remercie. Je pense que c’était à dire. On peut penser ce que l’on souhaite de cette action, mais il fallait le préciser pour que nous ayons tous les éléments en main avant d’avoir une opinion sur la question.

  7. 24 mars 2012 at 0 h 07 min

    Je ne connais absolument pas cette personne qui n’a jamais été documentaliste dans mon lycée. Et mon canular a eu lieu à la rentrée, il suffit de lire le blog…

  8. 24 mars 2012 at 0 h 07 min

    Je ne connais absolument pas cette personne qui n’a jamais été documentaliste dans mon lycée. Et mon canular a eu lieu à la rentrée, il suffit de lire le blog…

  9. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 0 h 23 min

    @Loys Bonod : Je vous prie de lire mon commentaire correctement. Je n’ai jamais affirmé avoir travaillé à votre lycée. Je dis simplement avoir rencontré des élèves qui ont eu à vivre votre canular.
    Quant à la date du canular que vous avancez, je m’en étonne, car un élève qui vous défend sur le blog de Cyrille Borne ( http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2012/03/23/Comment-il-a-pourri-le-web-et-un-peu-plus-encore , comme vous l’avez vous-même indiqué sur NéoProf sous votre pseudo Luigi_B : http://www.neoprofs.org/t45499p90-comment-j-ai-pourri-le-net-de-luigi-b-a-la-une-de-rue-89-et-sur-europe-1-lundi-26-mars-a-20h#1344590 ) affirme qu’il a eu lieu, il y a deux ans et que je suis formelle sur le fait que j’ai rencontré les jeunes gens qui m’en ont parlé au printemps dernier. J’ajouterais même que je suis formelle aussi sur le fait que nous parlons du même canular, car je doute que l’idée du « Bonnet d’âne » (dont les jeunes hommes m’avaient parlé) ait pu traverser l’esprit à plusieurs enseignants de la même matière, au même moment et dans la même région, à propos du même texte.

    Je note donc qu’alors même que vous confirmez que c’est bel et bien un de vos élèves sur un autre support et qu’il affirme que cela ait eu lieu il y a deux ans, vous-même affirmez que cela a eu lieu lors de la rentrée 2011. A cela s’ajoute que j’ai eu la preuve directe d’une action similaire lors du printemps 2011.

  10. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 0 h 23 min

    @Loys Bonod : Je vous prie de lire mon commentaire correctement. Je n’ai jamais affirmé avoir travaillé à votre lycée. Je dis simplement avoir rencontré des élèves qui ont eu à vivre votre canular.
    Quant à la date du canular que vous avancez, je m’en étonne, car un élève qui vous défend sur le blog de Cyrille Borne ( http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2012/03/23/Comment-il-a-pourri-le-web-et-un-peu-plus-encore , comme vous l’avez vous-même indiqué sur NéoProf sous votre pseudo Luigi_B : http://www.neoprofs.org/t45499p90-comment-j-ai-pourri-le-net-de-luigi-b-a-la-une-de-rue-89-et-sur-europe-1-lundi-26-mars-a-20h#1344590 ) affirme qu’il a eu lieu, il y a deux ans et que je suis formelle sur le fait que j’ai rencontré les jeunes gens qui m’en ont parlé au printemps dernier. J’ajouterais même que je suis formelle aussi sur le fait que nous parlons du même canular, car je doute que l’idée du « Bonnet d’âne » (dont les jeunes hommes m’avaient parlé) ait pu traverser l’esprit à plusieurs enseignants de la même matière, au même moment et dans la même région, à propos du même texte.

    Je note donc qu’alors même que vous confirmez que c’est bel et bien un de vos élèves sur un autre support et qu’il affirme que cela ait eu lieu il y a deux ans, vous-même affirmez que cela a eu lieu lors de la rentrée 2011. A cela s’ajoute que j’ai eu la preuve directe d’une action similaire lors du printemps 2011.

  11. 24 mars 2012 at 1 h 46 min

    Loys Bonod et Camille Tête-David, je suis désolé, vos messages ont été soit bloqué par l’anti-spam, soit en demande de validation. En tout cas, merci à vous deux d’avoir pris le temps de répondre.

    Comme je l’écris dans l’article précédent, après l’échec de votre manipulation en août 2010, vous avez recommencé avec « succès » la première quinzaine de septembre 2010.

    Vous mettez en doute les propos de Mme Camille Tête-David, toutefois je note 2 choses. Elle s’exprime sous son vrai nom aussi bien ici, que dans Linkedin ou depuis Twitter, il est facile de la retrouver. Ce n’est pas votre cas… car, au vu de votre connaissance d’Internet, vous créer des adresses en fonction des réponses semble t-il puisque cette que vous utilisez ici reprend le nom de votre contradictrice…
    J’aurais pour ma part plutôt tendance à croire les propos de la personne qui se livre à visage découvert… c’est à dire Camille Tête-David !
    Mais même au delà de cela, pourquoi devrait-on croire en la véracité de vos propos plutôt qu’en ceux d’une autre personne.

  12. 24 mars 2012 at 1 h 46 min

    Loys Bonod et Camille Tête-David, je suis désolé, vos messages ont été soit bloqué par l’anti-spam, soit en demande de validation. En tout cas, merci à vous deux d’avoir pris le temps de répondre.

    Comme je l’écris dans l’article précédent, après l’échec de votre manipulation en août 2010, vous avez recommencé avec « succès » la première quinzaine de septembre 2010.

    Vous mettez en doute les propos de Mme Camille Tête-David, toutefois je note 2 choses. Elle s’exprime sous son vrai nom aussi bien ici, que dans Linkedin ou depuis Twitter, il est facile de la retrouver. Ce n’est pas votre cas… car, au vu de votre connaissance d’Internet, vous créer des adresses en fonction des réponses semble t-il puisque cette que vous utilisez ici reprend le nom de votre contradictrice…
    J’aurais pour ma part plutôt tendance à croire les propos de la personne qui se livre à visage découvert… c’est à dire Camille Tête-David !
    Mais même au delà de cela, pourquoi devrait-on croire en la véracité de vos propos plutôt qu’en ceux d’une autre personne.

  13. André Rebaz
    24 mars 2012 at 10 h 38 min

    Bonjour à tous,
    Je me suis laissé prendre à cette anecdote, car elle m’a paru vraisemblable.
    Et je demanderai aux deux parties un minimum d’honnêteté intellectuelle.
    1. Sur le problème de dates, cela jette un discrédit malheureux sur l’ensemble, alors qu’il ne s’agit là que d’un détail.
    2. Le commentaire de madame Tete David rapporte bel et bien qu’une manipulation de cet ordre a eu lieu… Et donc que l’outil a été perverti d’abord, puis employé à mauvais escient.
    Quelle que soit la portée désirée ou réellement obtenue de cette histoire, on ne peut nier que le problème existe bel et bien. Un exemple? http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/Cambrai/2010/11/12/article_condamne-pour-plagiat-le-directeur-de-l.shtml
    Et là, c’est

  14. André Rebaz
    24 mars 2012 at 10 h 38 min

    Bonjour à tous,
    Je me suis laissé prendre à cette anecdote, car elle m’a paru vraisemblable.
    Et je demanderai aux deux parties un minimum d’honnêteté intellectuelle.
    1. Sur le problème de dates, cela jette un discrédit malheureux sur l’ensemble, alors qu’il ne s’agit là que d’un détail.
    2. Le commentaire de madame Tete David rapporte bel et bien qu’une manipulation de cet ordre a eu lieu… Et donc que l’outil a été perverti d’abord, puis employé à mauvais escient.
    Quelle que soit la portée désirée ou réellement obtenue de cette histoire, on ne peut nier que le problème existe bel et bien. Un exemple? http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/Cambrai/2010/11/12/article_condamne-pour-plagiat-le-directeur-de-l.shtml
    Et là, c’est

  15. André Rebaz
    24 mars 2012 at 10 h 42 min

    Bonjour à tous,
    Je me suis laissé prendre à cette anecdote, car elle m’a paru vraisemblable.
    Et je demanderai aux deux parties un minimum d’honnêteté intellectuelle.
    1. Sur le problème de dates, cela jette un discrédit malheureux sur l’ensemble, alors qu’il ne s’agit là que d’un détail.
    2. Le commentaire de madame Tete David rapporte bel et bien qu’une manipulation de cet ordre a eu lieu… Et donc que l’outil a été perverti d’abord par un enseignant, puis employé à mauvais escient par ses élèves.
    Quelle que soit la portée désirée ou réellement atteinte de cette histoire, on ne peut nier que le problème existe bel et bien. Un exemple? http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/Cambrai/2010/11/12/article_condamne-pour-plagiat-le-directeur-de-l.shtml
    Et là, c’est à un autre niveau que le bât blesse…
    PS : quitte à se choisir de manière arbitraire des critères de véracité, j’avoue prêter une attention plus soutenue à un texte respectant l’orthographe, surtout venant d’estimables enseignants.

  16. André Rebaz
    24 mars 2012 at 10 h 42 min

    Bonjour à tous,
    Je me suis laissé prendre à cette anecdote, car elle m’a paru vraisemblable.
    Et je demanderai aux deux parties un minimum d’honnêteté intellectuelle.
    1. Sur le problème de dates, cela jette un discrédit malheureux sur l’ensemble, alors qu’il ne s’agit là que d’un détail.
    2. Le commentaire de madame Tete David rapporte bel et bien qu’une manipulation de cet ordre a eu lieu… Et donc que l’outil a été perverti d’abord par un enseignant, puis employé à mauvais escient par ses élèves.
    Quelle que soit la portée désirée ou réellement atteinte de cette histoire, on ne peut nier que le problème existe bel et bien. Un exemple? http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/Cambrai/2010/11/12/article_condamne-pour-plagiat-le-directeur-de-l.shtml
    Et là, c’est à un autre niveau que le bât blesse…
    PS : quitte à se choisir de manière arbitraire des critères de véracité, j’avoue prêter une attention plus soutenue à un texte respectant l’orthographe, surtout venant d’estimables enseignants.

  17. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 12 h 14 min

    @André Rebaz : J’ai développé ma pensée quant à l’ensemble de l’anecdote (en particulier sur l’aspect pédagogique) dans mon commentaire sur Linked In. Ce commentaire a été reproduit dans son intégralité dans le corps de cet article. Loys Bonod n’a répondu que sur l’aspect des dates. Je pense que vous comprendrez que par honnêteté intellectuelle, pour reprendre votre formule, je ne peux lui répondre sur d’autres éléments. On ne peut pas répondre à ce qu’il n’a pas dit, alors même que je serais ravie d’échanger avec lui sur les questions sous-jacentes à mon commentaire. Je suis même prête à les expliciter sous forme de questions classiques et directes, s’il le désire.

    Pour ce qui est du plagiat et/ou de la tricherie, je ne nie aucunement leurs existences et cela à tous les niveaux. Au Moyen-Âge, de grands professeurs de l’Université de Paris s’en plaignaient déjà. Je suis convaincue que si nous remontions plus loin, il en serait de même. Je plaide simplement pour l’utilisation de pratiques qui me paraissent plus pédagogiques et qui ne viennent pas rompre la confiance entre l’enseignant et l’apprenant.
    Néanmoins, je me permet aussi de rappeler que parmi les hautes instances de notre pays et des pays proches -l’Allemagne par exemple-nous retrouvons des personnes étaient suspectées et/ou condamnées suite à un plagiat (Rama Yade et Karl-Theodor zu Guttenberg, pour ne citer que les deux personnes dont les médias ont le plus parlé récemment). C’est pour cela que je plaide pour de la pédagogie et de l’échange, car comment voulez-vous justifier cet interdit, après un mauvais tour à leur encontre, auprès des élèves quand ils voient que des personnes accédant aux plus hautes fonctions de leur nation le font aussi ?

  18. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 12 h 14 min

    @André Rebaz : J’ai développé ma pensée quant à l’ensemble de l’anecdote (en particulier sur l’aspect pédagogique) dans mon commentaire sur Linked In. Ce commentaire a été reproduit dans son intégralité dans le corps de cet article. Loys Bonod n’a répondu que sur l’aspect des dates. Je pense que vous comprendrez que par honnêteté intellectuelle, pour reprendre votre formule, je ne peux lui répondre sur d’autres éléments. On ne peut pas répondre à ce qu’il n’a pas dit, alors même que je serais ravie d’échanger avec lui sur les questions sous-jacentes à mon commentaire. Je suis même prête à les expliciter sous forme de questions classiques et directes, s’il le désire.

    Pour ce qui est du plagiat et/ou de la tricherie, je ne nie aucunement leurs existences et cela à tous les niveaux. Au Moyen-Âge, de grands professeurs de l’Université de Paris s’en plaignaient déjà. Je suis convaincue que si nous remontions plus loin, il en serait de même. Je plaide simplement pour l’utilisation de pratiques qui me paraissent plus pédagogiques et qui ne viennent pas rompre la confiance entre l’enseignant et l’apprenant.
    Néanmoins, je me permet aussi de rappeler que parmi les hautes instances de notre pays et des pays proches -l’Allemagne par exemple-nous retrouvons des personnes étaient suspectées et/ou condamnées suite à un plagiat (Rama Yade et Karl-Theodor zu Guttenberg, pour ne citer que les deux personnes dont les médias ont le plus parlé récemment). C’est pour cela que je plaide pour de la pédagogie et de l’échange, car comment voulez-vous justifier cet interdit, après un mauvais tour à leur encontre, auprès des élèves quand ils voient que des personnes accédant aux plus hautes fonctions de leur nation le font aussi ?

  19. 24 mars 2012 at 13 h 39 min

    Voici sur Europe 1 des témoignages directs d’élèves , et non des propos rapportés par quelqu’un d’inconnu de l’établissement : http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-Week-end/Sons/Europe-1-Week-end-24-03-12-1004561/

    C’est à 92’50.

    Pour la date du canular, j’en connais mieux la date que vous et cela discrédite largement votre témoignage.

    @edfrench, c’est vrai que j’aurais pu utiliser mon vrai nom sur la page Wikipédia mais notez quand même que les pseudos sont utilisés par la plupart des contributeurs sur cette page. Et sans pseudo la supercherie pouvait ne pas marcher.

  20. 24 mars 2012 at 13 h 39 min

    Voici sur Europe 1 des témoignages directs d’élèves , et non des propos rapportés par quelqu’un d’inconnu de l’établissement : http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-Week-end/Sons/Europe-1-Week-end-24-03-12-1004561/

    C’est à 92’50.

    Pour la date du canular, j’en connais mieux la date que vous et cela discrédite largement votre témoignage.

    @edfrench, c’est vrai que j’aurais pu utiliser mon vrai nom sur la page Wikipédia mais notez quand même que les pseudos sont utilisés par la plupart des contributeurs sur cette page. Et sans pseudo la supercherie pouvait ne pas marcher.

  21. 24 mars 2012 at 13 h 43 min

    Pour ma vraie adresse, pardonnez ma réticence à vouloir la donner à quelqu’un qui me qualifie sobrement de « saboteur ».

    Je vous l’ai néanmoins donnée cette fois-ci, pour vous prouver ma bonne foi et en espérant que vous voudrez bien en prendre acte.

  22. 24 mars 2012 at 13 h 43 min

    Pour ma vraie adresse, pardonnez ma réticence à vouloir la donner à quelqu’un qui me qualifie sobrement de « saboteur ».

    Je vous l’ai néanmoins donnée cette fois-ci, pour vous prouver ma bonne foi et en espérant que vous voudrez bien en prendre acte.

  23. 24 mars 2012 at 14 h 04 min

    J’ajoute enfin que les dates de l’historique des modifications de Wikipédia confirment ma date : du 4 au 18 septembre 2010. Source : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Charles_de_Vion_d%27Alibray&action=history

    Les élèves que vous citez pour appuyer vos affirmations bien fragiles sont des élèves de cette année, qui ne connaissent pas la date exacte du canular. Bref on se demande à quelles sources tient votre témoignage.

    Je vous remercie pour la divulgation de pseudo sur Neoprofs.

  24. 24 mars 2012 at 14 h 04 min

    J’ajoute enfin que les dates de l’historique des modifications de Wikipédia confirment ma date : du 4 au 18 septembre 2010. Source : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Charles_de_Vion_d%27Alibray&action=history

    Les élèves que vous citez pour appuyer vos affirmations bien fragiles sont des élèves de cette année, qui ne connaissent pas la date exacte du canular. Bref on se demande à quelles sources tient votre témoignage.

    Je vous remercie pour la divulgation de pseudo sur Neoprofs.

  25. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 15 h 05 min

    @Loys Bonod : Je ne suis pas certaine de comprendre un certain nombre de choses dans vos réaction. Je vais donc faire les choses thématiquement.
    La question de la date : Si vous dites « J’ajoute enfin que les dates de l’historique des modifications de Wikipédia confirment ma date : du 4 au 18 septembre 2010. », en quoi les témoignages dont je fais état dans mon premier commentaire sont-ils faux, étant donné que je situe les faits, ainsi : « Cette personne l’a fait durant l’année scolaire 2010-2011 » ? De même vous affirmez que ce sont des élèves que vous avez eu cette année (donc logiquement l’année scolaire 2011-2012), alors que j’ai dit lors de mon premier commentaire que je les ai rencontré « au printemps 2011 ». Pourriez-vous m’expliquer comment cela est possible ? De plus, je ne crois pas que l’argument d’autorité que vous utilisez (« Pour la date du canular, j’en connais mieux la date que vous ») puisse être valable, vu que vous êtes à la fois le questionné et l’autorité supposée dans votre argument.
    La question de la fiabilité des témoignages que je rapporte et par ce biais ma propre fiabilité : En quoi l’avoir fait en septembre 2010 selon vos propres mots, quand je le situe durant l’année scolaire 2010-2011 est la preuve de l’absence de fiabilité de mes propos ? De plus, en quoi le fait que je ne sois pas connue de l’établissement rend moins fiable les propos que je rapporte que ceux de personnes s’exprimant à la radio et affirmant être de vos élèves ? Au final, ils n’apportent pas plus de preuves de la réalité de leur intégration dans vos classes. Car malgré plusieurs écoutes attentives de l’extrait que vous citez, je n’entend que deux élèves (et un dont le discours est rapporté et qui affirme connaître votre réputation même s’il n’était pas dans les classes piégés) qui parlent de pratiques en aucun cas de leur ressenti face à votre acte. En effet, je vous rappelle que j’ai parlé du ressenti des élèves et en aucun cas de la réussite de l’apprentissage que vous vouliez donner.
    Votre pseudo sur NeoProfs : En quoi est-ce une divulgation de pseudo, vu que le titre du sujet sur ce forum est «  »Comment j’ai pourri le net » de Luigi B. à la une de Rue 89, et sur Europe 1 lundi 26 mars à 20h. » ? De plus, le lien vers Rue 89 montre que nous parlons du même article, vu que là, il est signé de votre nom et renvoie vers votre propre blog ? N’aviez vous pas vous-même donné toutes les informations, en ce faisant ?

    Enfin, je reviendrais sur deux point :
    – Vous me parlez beaucoup de la forme, de la crédibilité de mes propos, mais je note, qu’alors que je l’ai ouvertement encouragé, vous ne parlez jamais du fond de mon propos sur les autres moyens possibles, mais aussi les questions qui sous-tendent mon premier commentaire. N’avez-vous rien à rajouter ou parce que vous estimez que mon témoignage n’est pas fiable, selon vos critères, les questions que je soulève ne mérite pas que vous les preniez en considération ?
    – Je n’ai à aucun moment nié votre crédibilité, ni votre professionnalisme, bien que je sois en désaccord avec les méthodes pédagogiques que vous avez utilisé et que je le reconnaisse ouvertement avec vous comme avec d’autres. Pourquoi plutôt que répondre aux points que je soulève faites-vous le choix de remettre en cause ma crédibilité et mon professionnalisme ?

    Pour conclure, si vous désirez uniquement attaquer mon professionnalisme, ainsi que ma crédibilité et refuser de prendre en compte les éléments de fond que je soulevais dès mon premier commentaire, malgré le fait que je ne sois ni dans l’attaque, ni dans la négation de votre professionnalisme, je ne vois pas l’intérêt de vous répondre. J’avais l’espoir que si vous deviez intervenir une seconde fois, vous le feriez sur le fond, en répondant dans le but d’échanger professionnellement sur deux points de vues différents, et non, en vous limitant à la forme, sous une volonté d’attaques systématiques. Peut-être est-ce que je m’avance, mais je pense que les autres personnes présentes espéraient de même.

  26. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 15 h 05 min

    @Loys Bonod : Je ne suis pas certaine de comprendre un certain nombre de choses dans vos réaction. Je vais donc faire les choses thématiquement.
    La question de la date : Si vous dites « J’ajoute enfin que les dates de l’historique des modifications de Wikipédia confirment ma date : du 4 au 18 septembre 2010. », en quoi les témoignages dont je fais état dans mon premier commentaire sont-ils faux, étant donné que je situe les faits, ainsi : « Cette personne l’a fait durant l’année scolaire 2010-2011 » ? De même vous affirmez que ce sont des élèves que vous avez eu cette année (donc logiquement l’année scolaire 2011-2012), alors que j’ai dit lors de mon premier commentaire que je les ai rencontré « au printemps 2011 ». Pourriez-vous m’expliquer comment cela est possible ? De plus, je ne crois pas que l’argument d’autorité que vous utilisez (« Pour la date du canular, j’en connais mieux la date que vous ») puisse être valable, vu que vous êtes à la fois le questionné et l’autorité supposée dans votre argument.
    La question de la fiabilité des témoignages que je rapporte et par ce biais ma propre fiabilité : En quoi l’avoir fait en septembre 2010 selon vos propres mots, quand je le situe durant l’année scolaire 2010-2011 est la preuve de l’absence de fiabilité de mes propos ? De plus, en quoi le fait que je ne sois pas connue de l’établissement rend moins fiable les propos que je rapporte que ceux de personnes s’exprimant à la radio et affirmant être de vos élèves ? Au final, ils n’apportent pas plus de preuves de la réalité de leur intégration dans vos classes. Car malgré plusieurs écoutes attentives de l’extrait que vous citez, je n’entend que deux élèves (et un dont le discours est rapporté et qui affirme connaître votre réputation même s’il n’était pas dans les classes piégés) qui parlent de pratiques en aucun cas de leur ressenti face à votre acte. En effet, je vous rappelle que j’ai parlé du ressenti des élèves et en aucun cas de la réussite de l’apprentissage que vous vouliez donner.
    Votre pseudo sur NeoProfs : En quoi est-ce une divulgation de pseudo, vu que le titre du sujet sur ce forum est «  »Comment j’ai pourri le net » de Luigi B. à la une de Rue 89, et sur Europe 1 lundi 26 mars à 20h. » ? De plus, le lien vers Rue 89 montre que nous parlons du même article, vu que là, il est signé de votre nom et renvoie vers votre propre blog ? N’aviez vous pas vous-même donné toutes les informations, en ce faisant ?

    Enfin, je reviendrais sur deux point :
    – Vous me parlez beaucoup de la forme, de la crédibilité de mes propos, mais je note, qu’alors que je l’ai ouvertement encouragé, vous ne parlez jamais du fond de mon propos sur les autres moyens possibles, mais aussi les questions qui sous-tendent mon premier commentaire. N’avez-vous rien à rajouter ou parce que vous estimez que mon témoignage n’est pas fiable, selon vos critères, les questions que je soulève ne mérite pas que vous les preniez en considération ?
    – Je n’ai à aucun moment nié votre crédibilité, ni votre professionnalisme, bien que je sois en désaccord avec les méthodes pédagogiques que vous avez utilisé et que je le reconnaisse ouvertement avec vous comme avec d’autres. Pourquoi plutôt que répondre aux points que je soulève faites-vous le choix de remettre en cause ma crédibilité et mon professionnalisme ?

    Pour conclure, si vous désirez uniquement attaquer mon professionnalisme, ainsi que ma crédibilité et refuser de prendre en compte les éléments de fond que je soulevais dès mon premier commentaire, malgré le fait que je ne sois ni dans l’attaque, ni dans la négation de votre professionnalisme, je ne vois pas l’intérêt de vous répondre. J’avais l’espoir que si vous deviez intervenir une seconde fois, vous le feriez sur le fond, en répondant dans le but d’échanger professionnellement sur deux points de vues différents, et non, en vous limitant à la forme, sous une volonté d’attaques systématiques. Peut-être est-ce que je m’avance, mais je pense que les autres personnes présentes espéraient de même.

  27. 24 mars 2012 at 15 h 13 min

    Bref au lieu de citer la source de vos « témoignages » vous remettez maintenant en cause une antenne nationale venue enquêter dans mon lycée.

  28. 24 mars 2012 at 15 h 13 min

    Bref au lieu de citer la source de vos « témoignages » vous remettez maintenant en cause une antenne nationale venue enquêter dans mon lycée.

  29. 24 mars 2012 at 16 h 01 min

    @Loys Bonod avant tout merci de réagir aux propos en commentaires…

    Juste quelques mise au point à mon niveau. Comment qualifiez vous quelqu’un qui titre je pourri le web via Wikipédia ? Un héros ? Pas moi, j’ai trop de respect pour le travail des autres que je peux commenter, critiquer… Mais désolé pour vous votre article m’a mis en colère ce qui explique le premier article !
    Bref, lorsque j’évoque votre adresse de courrier je suis assez ébahi par leur nombre… donc même celle que vous me donnez pour réelle, je suis en droit de la soupçonner comme incorrecte. En effet, difficile de croire que si elle est réellement votre véritable adresse comme vous l’indiquez un service comme Spokeo ne détecte aucune présence ! Donc, vous nous donnez une de vos adresses… 

    Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas parce que je possède l’adresse de quelqu’un que je m’empresse de lui écrire par tout les moyens, que je le spamme… Je note également que vos adresses IP sont différentes (ne prenez pas l’excuse du lieu, ça ne marche pas, j’en ai la preuve 😉 J’explique juste l’information sur l’adresse IP pour donner l’impression que je me permets de juger de vos propos…

    Toutefois, je voudrais que vous sachiez que je n’ai rien personnellement contre vous… je pratique simplement une réserve qui m’est propre en vérifiant certaines informations. Car, vous l’avez peut-être compris, il est difficile pour nous de croire sur parole que vous êtes effectivement le véritable Loys ! C’est ca aussi le problème de l’anonymat. À vouloir se protéger, n’importe qui peut s’exprimer en votre nom (c’est une règle de base du web 2.0 mais vous le savez j’en suis sûr). À la réflexion, qu’est ce qui me dit que vous n’êtes pas à plusieurs derrière ce projet ? Rien… Tiens, faudrait que je creuse cette piste 😉

    Pour Wikipédia, je comprends effectivement que vous n’avez pas employé votre nom… Et puis, on ne sait jamais, vous pourrez ressentir un jour le besoin d’écrire dans Wikipédia et ainsi votre identité reste vierge. Quand je parle de pseudos (j’inclue les adresses) ce sont ceux que vous employez dans vos publications, commentaires… dans de ceux employés dans Wikipédia. Il me semble que vous l’aviez bien compris 🙂

    Si je tente d’analyser vos réactions à ce que dit Mme Camille Tête-David est plus une réaction d’enfant pris au piège. La réaction inattendue de personnes qui connaissent vos élèves… et par manque de chance il y a toujours quelques brebis galeuses. Vous n’aviez peut-être pas prévu un tel buzz (je me permet d’en douter vu les moyens mis en oeuvre qui montrent votre parfaite connaissance des mécanismes d’Internet) mais surtout, vous n’aviez pas prévu que des réactions de ce type apparaîtraient ! J’attends avec impatience la réaction négative d’un de vos élèves (non, ce n’est pas de l’acharnement, juste le jeu d’Internet !).

    La réaction de Camille Tête-David ne remet en rien le travail des journalistes que vous citez. Juste un peu d’impartialité de leur part 😉 On t-il cherché un élève mécontent ! J’suis même certain que vous auriez pu leur en donner un ! Mais, ce n’est pas le genre des médias (désolé, j’ai travaillé avec certains d’entre eux) et cela ne le ferait pas. Le côté sensationnel, grand public… ne serait pas assuré. Peut-être que dans l’avenir l’un d’entre eux le dénichera !

    Allez rassuré moi. Ce n’est pas à vous quand même qu’il faut dire que tout ce que raconte les médias n’est pas vrai ou alors vous me décevez !

    Par contre, effectivement, j’attends toujours vos réactions à nos remarques… sur d’autres possibilités, d’autres manières d’enseigner… Sur votre position sur les enseignants (dans l’exemple que je donne c’est un prof. de lettre qui était concerné) qui utilisent des cours tout fait…

    Comme le mentionne François dans un commentaire au billet précédent, pour organiser un échange IRL, y’a pas de problème pour moi 😉 D’ailleurs, je vous ai déjà invité à nous rejoindre à Ludovia 😉 Je pense qu’Eric (l’organisateur des rencontres) n’y verrait pas d’inconvénients 🙂

  30. 24 mars 2012 at 16 h 01 min

    @Loys Bonod avant tout merci de réagir aux propos en commentaires…

    Juste quelques mise au point à mon niveau. Comment qualifiez vous quelqu’un qui titre je pourri le web via Wikipédia ? Un héros ? Pas moi, j’ai trop de respect pour le travail des autres que je peux commenter, critiquer… Mais désolé pour vous votre article m’a mis en colère ce qui explique le premier article !
    Bref, lorsque j’évoque votre adresse de courrier je suis assez ébahi par leur nombre… donc même celle que vous me donnez pour réelle, je suis en droit de la soupçonner comme incorrecte. En effet, difficile de croire que si elle est réellement votre véritable adresse comme vous l’indiquez un service comme Spokeo ne détecte aucune présence ! Donc, vous nous donnez une de vos adresses… 

    Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas parce que je possède l’adresse de quelqu’un que je m’empresse de lui écrire par tout les moyens, que je le spamme… Je note également que vos adresses IP sont différentes (ne prenez pas l’excuse du lieu, ça ne marche pas, j’en ai la preuve 😉 J’explique juste l’information sur l’adresse IP pour donner l’impression que je me permets de juger de vos propos…

    Toutefois, je voudrais que vous sachiez que je n’ai rien personnellement contre vous… je pratique simplement une réserve qui m’est propre en vérifiant certaines informations. Car, vous l’avez peut-être compris, il est difficile pour nous de croire sur parole que vous êtes effectivement le véritable Loys ! C’est ca aussi le problème de l’anonymat. À vouloir se protéger, n’importe qui peut s’exprimer en votre nom (c’est une règle de base du web 2.0 mais vous le savez j’en suis sûr). À la réflexion, qu’est ce qui me dit que vous n’êtes pas à plusieurs derrière ce projet ? Rien… Tiens, faudrait que je creuse cette piste 😉

    Pour Wikipédia, je comprends effectivement que vous n’avez pas employé votre nom… Et puis, on ne sait jamais, vous pourrez ressentir un jour le besoin d’écrire dans Wikipédia et ainsi votre identité reste vierge. Quand je parle de pseudos (j’inclue les adresses) ce sont ceux que vous employez dans vos publications, commentaires… dans de ceux employés dans Wikipédia. Il me semble que vous l’aviez bien compris 🙂

    Si je tente d’analyser vos réactions à ce que dit Mme Camille Tête-David est plus une réaction d’enfant pris au piège. La réaction inattendue de personnes qui connaissent vos élèves… et par manque de chance il y a toujours quelques brebis galeuses. Vous n’aviez peut-être pas prévu un tel buzz (je me permet d’en douter vu les moyens mis en oeuvre qui montrent votre parfaite connaissance des mécanismes d’Internet) mais surtout, vous n’aviez pas prévu que des réactions de ce type apparaîtraient ! J’attends avec impatience la réaction négative d’un de vos élèves (non, ce n’est pas de l’acharnement, juste le jeu d’Internet !).

    La réaction de Camille Tête-David ne remet en rien le travail des journalistes que vous citez. Juste un peu d’impartialité de leur part 😉 On t-il cherché un élève mécontent ! J’suis même certain que vous auriez pu leur en donner un ! Mais, ce n’est pas le genre des médias (désolé, j’ai travaillé avec certains d’entre eux) et cela ne le ferait pas. Le côté sensationnel, grand public… ne serait pas assuré. Peut-être que dans l’avenir l’un d’entre eux le dénichera !

    Allez rassuré moi. Ce n’est pas à vous quand même qu’il faut dire que tout ce que raconte les médias n’est pas vrai ou alors vous me décevez !

    Par contre, effectivement, j’attends toujours vos réactions à nos remarques… sur d’autres possibilités, d’autres manières d’enseigner… Sur votre position sur les enseignants (dans l’exemple que je donne c’est un prof. de lettre qui était concerné) qui utilisent des cours tout fait…

    Comme le mentionne François dans un commentaire au billet précédent, pour organiser un échange IRL, y’a pas de problème pour moi 😉 D’ailleurs, je vous ai déjà invité à nous rejoindre à Ludovia 😉 Je pense qu’Eric (l’organisateur des rencontres) n’y verrait pas d’inconvénients 🙂

  31. 24 mars 2012 at 16 h 51 min

    Pour entrer dans le débat de fond, il faut d’abord indiquer la source directe qui remet en cause ma démarche et justifie votre billet.

    Vous critiquez les méthodes journalistiques : très bien, donnez l’exemple.

    Citez vos sources.

  32. 24 mars 2012 at 16 h 51 min

    Pour entrer dans le débat de fond, il faut d’abord indiquer la source directe qui remet en cause ma démarche et justifie votre billet.

    Vous critiquez les méthodes journalistiques : très bien, donnez l’exemple.

    Citez vos sources.

  33. 24 mars 2012 at 17 h 56 min

    Désolé Loys mais je ne comprends pas ce que vous voulez dire concernant mes sources… la source directe ?

    ni pour le journalisme.

    Pour ce qui est du journalisme, je ne travaille plus depuis des années pour un journal… donc, ce n’est pas en tant que journaliste que je rédige dans ce blog, mais à titre privé. Cela n’enlève rien à mon droit de « vérifier » certaines informations. Je ne sais pas… j’ai juste l’impression que c’est ce qui vous dérange ? Je me trompe certainement.

  34. 24 mars 2012 at 17 h 56 min

    Désolé Loys mais je ne comprends pas ce que vous voulez dire concernant mes sources… la source directe ?

    ni pour le journalisme.

    Pour ce qui est du journalisme, je ne travaille plus depuis des années pour un journal… donc, ce n’est pas en tant que journaliste que je rédige dans ce blog, mais à titre privé. Cela n’enlève rien à mon droit de « vérifier » certaines informations. Je ne sais pas… j’ai juste l’impression que c’est ce qui vous dérange ? Je me trompe certainement.

  35. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 17 h 59 min

    @Loris Bonod : Je ne remet pas en cause une source issue d’une antenne nationale. Je vous fais simplement remarquer qu’avec la grille de fiabilité dont vous avez l’air de faire montre, il n’y a pas plus de raison de croire en la fiabilité de l’une que de l’autre.
    Néanmoins, je note bien que vous refusez d’entrer dans un échange sain sur les idées, sans obtenir le nom d’élèves toujours dans votre lycée -et donc toujours sous une autorité vous incombant- qui ont émis un désaccord avec vous. Vu les propos que vous avez eu ici, la remise en cause de mon professionnalisme et de ma réputation, j’espère que vous comprendrez que je fasse le choix de ne pas risquer des problèmes à ces élèves.

    Enfin, si vous désiriez réellement que nous nous inspirions des sources journalistes, alors vous ne seriez pas en droit de réclamer mes « sources », car celles-ci sont encore protégés.

    Une dernière question : quelles sources vouliez-vous que vos élèves utilisent pour leur introduction et leur conclusion ? Quels outils aviez-vous mis à leur disposition ? Car même parmi les sources fiables, peu semble connaître votre auteur.
    Sur cela, rassurez-vous. A moins que soudainement, vous ne décidiez d’échanger sur le fond, je ne vous répondrais plus en pointant les éléments auxquels vous ne semblez pas vouloir répondre.

    @Edfrench : Votre hypothèse quant au fait que ce soit un projet à plusieurs est très intéressante. Je ne pense pas que ce soit le cas, néanmoins, elle pourrait ouvrir des perspectives intéressantes dans le cas d’autres expériences.
    Votre point sur l’intérêt pour le sensationnel des médias est parfaitement juste. Malheureusement, l’information véridique est rarement sensationnelle.
    J’ai aussi eu le temps de lire la proposition de François dans votre précédent article et je la trouve très intéressante pour ma part.

  36. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 17 h 59 min

    @Loris Bonod : Je ne remet pas en cause une source issue d’une antenne nationale. Je vous fais simplement remarquer qu’avec la grille de fiabilité dont vous avez l’air de faire montre, il n’y a pas plus de raison de croire en la fiabilité de l’une que de l’autre.
    Néanmoins, je note bien que vous refusez d’entrer dans un échange sain sur les idées, sans obtenir le nom d’élèves toujours dans votre lycée -et donc toujours sous une autorité vous incombant- qui ont émis un désaccord avec vous. Vu les propos que vous avez eu ici, la remise en cause de mon professionnalisme et de ma réputation, j’espère que vous comprendrez que je fasse le choix de ne pas risquer des problèmes à ces élèves.

    Enfin, si vous désiriez réellement que nous nous inspirions des sources journalistes, alors vous ne seriez pas en droit de réclamer mes « sources », car celles-ci sont encore protégés.

    Une dernière question : quelles sources vouliez-vous que vos élèves utilisent pour leur introduction et leur conclusion ? Quels outils aviez-vous mis à leur disposition ? Car même parmi les sources fiables, peu semble connaître votre auteur.
    Sur cela, rassurez-vous. A moins que soudainement, vous ne décidiez d’échanger sur le fond, je ne vous répondrais plus en pointant les éléments auxquels vous ne semblez pas vouloir répondre.

    @Edfrench : Votre hypothèse quant au fait que ce soit un projet à plusieurs est très intéressante. Je ne pense pas que ce soit le cas, néanmoins, elle pourrait ouvrir des perspectives intéressantes dans le cas d’autres expériences.
    Votre point sur l’intérêt pour le sensationnel des médias est parfaitement juste. Malheureusement, l’information véridique est rarement sensationnelle.
    J’ai aussi eu le temps de lire la proposition de François dans votre précédent article et je la trouve très intéressante pour ma part.

  37. 24 mars 2012 at 18 h 17 min

    @Camille Tête-David : Je me demande si le but de Loys est justement d’arriver à cette fin, que nous cessions de lui répondre. Mais, devant ces réactions à nos remarques, je me suis posé la même question que vous… devais je continuer à répondre ou non !

  38. 24 mars 2012 at 18 h 17 min

    @Camille Tête-David : Je me demande si le but de Loys est justement d’arriver à cette fin, que nous cessions de lui répondre. Mais, devant ces réactions à nos remarques, je me suis posé la même question que vous… devais je continuer à répondre ou non !

  39. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 18 h 28 min

    @EdFrench : Peut-être est-ce que je me trompe, néanmoins quand on est dans une politique de dénigrement et d’attaques, je pense que l’attitude la plus adulte et la plus professionnelle, après avoir donné plusieurs chances de se déplacer vers un échange sain et professionnel (car je suis convaincue que des professionnels peuvent échanger dans le respect mutuel, même s’ils ne sont pas d’accord), est de cesser de se battre. C’est peut-être un choix de la part de l’auteur que de ne pas vouloir élever le débat aux questions de fond qui sont posées. Je n’en sais rien, mais quoi qu’il en soit, je trouve cela dommage de faire le choix de la forme et de la remise en cause de l’autre plutôt que celle des idées et de la réflexion en commun.
    Néanmoins, oui, comme vous vous demandez si ce n’est pas volontaire de la part de l’auteur, j’en viens à me poser la même question.

  40. Camille Tête-David
    24 mars 2012 at 18 h 28 min

    @EdFrench : Peut-être est-ce que je me trompe, néanmoins quand on est dans une politique de dénigrement et d’attaques, je pense que l’attitude la plus adulte et la plus professionnelle, après avoir donné plusieurs chances de se déplacer vers un échange sain et professionnel (car je suis convaincue que des professionnels peuvent échanger dans le respect mutuel, même s’ils ne sont pas d’accord), est de cesser de se battre. C’est peut-être un choix de la part de l’auteur que de ne pas vouloir élever le débat aux questions de fond qui sont posées. Je n’en sais rien, mais quoi qu’il en soit, je trouve cela dommage de faire le choix de la forme et de la remise en cause de l’autre plutôt que celle des idées et de la réflexion en commun.
    Néanmoins, oui, comme vous vous demandez si ce n’est pas volontaire de la part de l’auteur, j’en viens à me poser la même question.

  41. 24 mars 2012 at 19 h 03 min

    Vous m’accusez d' »humilier » mes élèves : c’est une accusation grave que vous devez prouver avant toute chose.

    Résumons: vous n’avez pas le moindre témoin direct qui puisse appuyer votre accusation et les témoignages que j’ai produits ne sont pas recevables.

  42. 24 mars 2012 at 19 h 03 min

    Vous m’accusez d' »humilier » mes élèves : c’est une accusation grave que vous devez prouver avant toute chose.

    Résumons: vous n’avez pas le moindre témoin direct qui puisse appuyer votre accusation et les témoignages que j’ai produits ne sont pas recevables.

  43. 24 mars 2012 at 21 h 24 min

    Je pense @Loys que vous n’aurez pas de réponse de la part de Camille Tête-David… ce n’est pas à moi de la défendre… mais je pense comprendre son point de vue.

    Pour moi, la conclusion reste : Elle a des témoignages qui vous dérangent, vous avez les vôtres… Y’en a qui sont meilleurs que d’autres ? Pas pour moi dans cette situation malgré les remarques que vous ne manquerez pas de faire sur l’existence de ces témoins !

    Mais toujours rien sur le fond et je vais commencer à mettre en doute vos compétences pédagogiques car vous ne m’avez pas éclairci sur la signification de votre message me concernant ! j’aimerai pouvoir vous répondre.

  44. 24 mars 2012 at 21 h 24 min

    Je pense @Loys que vous n’aurez pas de réponse de la part de Camille Tête-David… ce n’est pas à moi de la défendre… mais je pense comprendre son point de vue.

    Pour moi, la conclusion reste : Elle a des témoignages qui vous dérangent, vous avez les vôtres… Y’en a qui sont meilleurs que d’autres ? Pas pour moi dans cette situation malgré les remarques que vous ne manquerez pas de faire sur l’existence de ces témoins !

    Mais toujours rien sur le fond et je vais commencer à mettre en doute vos compétences pédagogiques car vous ne m’avez pas éclairci sur la signification de votre message me concernant ! j’aimerai pouvoir vous répondre.

  45. Benoît Granger
    24 mars 2012 at 23 h 00 min

    M Bonod, je n’aimerais pas faire partie de vos élèves ; je n’ai pas le sentiment que ma confiance (indispensable entre enseignants et enseignés) serait bien placée !

  46. Benoît Granger
    24 mars 2012 at 23 h 00 min

    M Bonod, je n’aimerais pas faire partie de vos élèves ; je n’ai pas le sentiment que ma confiance (indispensable entre enseignants et enseignés) serait bien placée !

  47. AnOs
    25 mars 2012 at 14 h 13 min

    Bonjour,

    De toute façon, on prend un article, on l’interprète, et on en tire toutes les conclusions qu’on veut.

    Si j’ai bien compris son intention : Apprendre à penser par soi-même.

    Si j’ai bien compris sa démarche : – dissimuler de fausses informations sur le web, donner des corrigés à des sites mercantilistes.

    Je ne vois nulle part :
    – Une dénonciation de wikipédia. De la « sous-encyclopédie » etc. Du savoir gardé par une instituion etc. « sans discernement les informations de Wikipédia « . Est uniquement reproché le manque de prise de recul critique, que l’article vienne de wikipédia ou d’une encyclopédie « classique ».

    – Une volonté directe de nuire et d’humilier. Je pense son intention bonne en « notant pas les copies ». Vu que la plupart des commentaires ont été plagiés, celle de commenter publiquement chaque copie peut faire naître un sentiment de honte, voir d’humiliation si on prend le contexte social (grand lycée, compétition etc). De même il a précisé (par intégrité intellectuelle ?) que son commentaire sur wikipédia était une erreur volontairement commise, mais déclarée pour éviter la confusion).

    Après je vois dans cet article des arguments que je trouve peu rigoureux.

    1. Un élève a cherché dans une encyclopédie en ligne avant de se rabattre sur internet et sa méthode est peu pédagogique ? Quid de ceux qui auraient achetés des corrigés en ligne.

    2. Quelques attaques personnelles « absence de pédagogie », « position face à des jeunes adultes ».

    3. Victimisation des élèves. Guerre Adulte/enfant.
    C’est votre opinion, je la respecte.
     »
    je m’inquiète bien plus sur l’image qui est renvoyée d’Internet, comme un espace peu fiable et dangereux, au final, à des jeunes qui ont grandi avec, qui ne sont pas prêt à croire cette image et qui peuvent avoir une meilleure utilisation que certains adultes de cet outil
     »

    Je pourrais néanmoins reprocher dans l’article de M. Bonod.
    – Une mise en avant de soi avant la moralité de l’article.
    « J’ai ensuite voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n’est pas nécessairement un contenu validé, ou qu’il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l’imposture intellectuelle.
     »
    Fierté personnelle d’avoir réussi la farce ?
    Après tout, c’est son blog non ? On raconte SON histoire.

    – Un exercice peut-être trop difficile qui aurait « contraint » certains. Mais là encore, quid de ceux qui auraient « achetés » les corrigés.

    Mon opinion :
    – « Don’t hate the player, hate the game ». La méthode est critiquable, pas l’intention, à mon avis.
    – Les attaques personnelles n’ont aucune place pour construire un vrai échange (débat n’est pas un mot intéressant)
    – La sur interprétation. Ne pas faire de cette expérience un porte-drapeau pour réanimer les querelles de générations, de changement etc.

    Merci

  48. AnOs
    25 mars 2012 at 14 h 13 min

    Bonjour,

    De toute façon, on prend un article, on l’interprète, et on en tire toutes les conclusions qu’on veut.

    Si j’ai bien compris son intention : Apprendre à penser par soi-même.

    Si j’ai bien compris sa démarche : – dissimuler de fausses informations sur le web, donner des corrigés à des sites mercantilistes.

    Je ne vois nulle part :
    – Une dénonciation de wikipédia. De la « sous-encyclopédie » etc. Du savoir gardé par une instituion etc. « sans discernement les informations de Wikipédia « . Est uniquement reproché le manque de prise de recul critique, que l’article vienne de wikipédia ou d’une encyclopédie « classique ».

    – Une volonté directe de nuire et d’humilier. Je pense son intention bonne en « notant pas les copies ». Vu que la plupart des commentaires ont été plagiés, celle de commenter publiquement chaque copie peut faire naître un sentiment de honte, voir d’humiliation si on prend le contexte social (grand lycée, compétition etc). De même il a précisé (par intégrité intellectuelle ?) que son commentaire sur wikipédia était une erreur volontairement commise, mais déclarée pour éviter la confusion).

    Après je vois dans cet article des arguments que je trouve peu rigoureux.

    1. Un élève a cherché dans une encyclopédie en ligne avant de se rabattre sur internet et sa méthode est peu pédagogique ? Quid de ceux qui auraient achetés des corrigés en ligne.

    2. Quelques attaques personnelles « absence de pédagogie », « position face à des jeunes adultes ».

    3. Victimisation des élèves. Guerre Adulte/enfant.
    C’est votre opinion, je la respecte.
     »
    je m’inquiète bien plus sur l’image qui est renvoyée d’Internet, comme un espace peu fiable et dangereux, au final, à des jeunes qui ont grandi avec, qui ne sont pas prêt à croire cette image et qui peuvent avoir une meilleure utilisation que certains adultes de cet outil
     »

    Je pourrais néanmoins reprocher dans l’article de M. Bonod.
    – Une mise en avant de soi avant la moralité de l’article.
    « J’ai ensuite voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n’est pas nécessairement un contenu validé, ou qu’il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l’imposture intellectuelle.
     »
    Fierté personnelle d’avoir réussi la farce ?
    Après tout, c’est son blog non ? On raconte SON histoire.

    – Un exercice peut-être trop difficile qui aurait « contraint » certains. Mais là encore, quid de ceux qui auraient « achetés » les corrigés.

    Mon opinion :
    – « Don’t hate the player, hate the game ». La méthode est critiquable, pas l’intention, à mon avis.
    – Les attaques personnelles n’ont aucune place pour construire un vrai échange (débat n’est pas un mot intéressant)
    – La sur interprétation. Ne pas faire de cette expérience un porte-drapeau pour réanimer les querelles de générations, de changement etc.

    Merci

  49. YangWenLi
    26 mars 2012 at 2 h 44 min

    Ca y est, on défend les élèves, et on défend le plagiat et la facilité. Haha ce pays me fait rire un peu plus chaque jour, les gens sont prêt à n’importe quoi pour défendre les élèves au détriment des profs, et après on vient chouiner que le niveau scolaire se casse la figure, merci à ce genre d’article de venir défendre un avenir fait de jeune copieurs n’ayant aucune réflexion personnelle.

    Ouvrez les yeux quoi merde, ce prof à eu raison. Et y’a des dizaines d’années, les parents auraient applaudis une initiative pareille tout en faisant passer à leurs enfants l’envie d’aller repomper un devoir (autrement que sur internet forcément, mais les élèves savaient se débrouiller pour ça bien avant).

  50. YangWenLi
    26 mars 2012 at 2 h 44 min

    Ca y est, on défend les élèves, et on défend le plagiat et la facilité. Haha ce pays me fait rire un peu plus chaque jour, les gens sont prêt à n’importe quoi pour défendre les élèves au détriment des profs, et après on vient chouiner que le niveau scolaire se casse la figure, merci à ce genre d’article de venir défendre un avenir fait de jeune copieurs n’ayant aucune réflexion personnelle.

    Ouvrez les yeux quoi merde, ce prof à eu raison. Et y’a des dizaines d’années, les parents auraient applaudis une initiative pareille tout en faisant passer à leurs enfants l’envie d’aller repomper un devoir (autrement que sur internet forcément, mais les élèves savaient se débrouiller pour ça bien avant).

  51. Jaillet
    26 mars 2012 at 10 h 16 min

    Donc, dans cette expérimentation que cherchait-on à étudier ? Que les élèves travaillent? Parce que l’on comprend qu’ils ont mal travaillé du point de vue de l’enseignant, mais ils ont travaillé. Qu’ils n’aient pas eu la méthode pour le faire, pose la question de qui est en charge de l’enseigner. Que le système qui les modèle les laisse dans une double contrainte insoluble : l’école les engage à se débrouiller par eux-mêmes (traiter d’un sujet) dans un incertain (Internet) qu’elle ne veut pas prendre en charge. Au final, cette tentative ne révèlerait-elle pas, l’ancestral respect absolu qu’ont les élèves de la parole de l’enseignant. Que l’enseignant propose un sujet abscons, à l’évidence sans documentation, et sans guidance pour les élèves, et qu’en retour, ceux-là cherchent par tous les moyens (que ne leur donnent pas l’enseignant), à satisfaire ce qu’ils imaginent être ses attentes, montre que nous sommes toujours dans un système d’infantilisation permanent.

  52. Jaillet
    26 mars 2012 at 10 h 16 min

    Donc, dans cette expérimentation que cherchait-on à étudier ? Que les élèves travaillent? Parce que l’on comprend qu’ils ont mal travaillé du point de vue de l’enseignant, mais ils ont travaillé. Qu’ils n’aient pas eu la méthode pour le faire, pose la question de qui est en charge de l’enseigner. Que le système qui les modèle les laisse dans une double contrainte insoluble : l’école les engage à se débrouiller par eux-mêmes (traiter d’un sujet) dans un incertain (Internet) qu’elle ne veut pas prendre en charge. Au final, cette tentative ne révèlerait-elle pas, l’ancestral respect absolu qu’ont les élèves de la parole de l’enseignant. Que l’enseignant propose un sujet abscons, à l’évidence sans documentation, et sans guidance pour les élèves, et qu’en retour, ceux-là cherchent par tous les moyens (que ne leur donnent pas l’enseignant), à satisfaire ce qu’ils imaginent être ses attentes, montre que nous sommes toujours dans un système d’infantilisation permanent.

  53. mathieu
    26 mars 2012 at 15 h 13 min

    YangWenLi, l’argument d’avant c’était mieux ne tient pas amha, il a toujours existé et je ne pense pas que le sens de l’histoire soit la dégénérescence de la société.
    Ensuite je ne comprends pas pourquoi en défendant la sécurité morale d’un élève, la nécessaire confiance entre lui et le professeur on défend le plagiat.
    Et puis de tout temps celui qui possède l’autorité a eu tendance en abuser. A l’école comme à l’armée. Est-ce pour autant un modèle valide ?

    De mon côté ce qui m’intéresse c’est l’adéquation entre les objectifs et les moyens. Si on se réfère aux objectifs énoncés dans l’article original (un prof peut maîtriser les outils informatiques mieux que ses élèves, il faut travailler la fiabilité des sources) s’était adapté. Je n’aurait sûrement pas cherché pour ma part à mettre l’élève en insécurité pour y arriver mais, c’est un choix.
    Par contre en tirer des conclusions sur le manque de confiance ou encore l’inutilité de la formation à l’usage des TICs me semble bien cavalier et peu rigoureux. C’est oublier aussi qu’il existe des enseignant spécifiquement formés autour ce cette thématique; les documentalistes qui seraient ravis d’aider les professeurs disciplinaires à avancer sur ces sujets tout en contextualisant les apprentissages.
    Enfin lors d’un bizutage les participants déclarent généralement avoir trouvé ça amusant … en public. C’est méconnaitre le fonctionnement des groupes que de l’ignorer.

  54. mathieu
    26 mars 2012 at 15 h 13 min

    YangWenLi, l’argument d’avant c’était mieux ne tient pas amha, il a toujours existé et je ne pense pas que le sens de l’histoire soit la dégénérescence de la société.
    Ensuite je ne comprends pas pourquoi en défendant la sécurité morale d’un élève, la nécessaire confiance entre lui et le professeur on défend le plagiat.
    Et puis de tout temps celui qui possède l’autorité a eu tendance en abuser. A l’école comme à l’armée. Est-ce pour autant un modèle valide ?

    De mon côté ce qui m’intéresse c’est l’adéquation entre les objectifs et les moyens. Si on se réfère aux objectifs énoncés dans l’article original (un prof peut maîtriser les outils informatiques mieux que ses élèves, il faut travailler la fiabilité des sources) s’était adapté. Je n’aurait sûrement pas cherché pour ma part à mettre l’élève en insécurité pour y arriver mais, c’est un choix.
    Par contre en tirer des conclusions sur le manque de confiance ou encore l’inutilité de la formation à l’usage des TICs me semble bien cavalier et peu rigoureux. C’est oublier aussi qu’il existe des enseignant spécifiquement formés autour ce cette thématique; les documentalistes qui seraient ravis d’aider les professeurs disciplinaires à avancer sur ces sujets tout en contextualisant les apprentissages.
    Enfin lors d’un bizutage les participants déclarent généralement avoir trouvé ça amusant … en public. C’est méconnaitre le fonctionnement des groupes que de l’ignorer.

  55. Stephanie
    28 mars 2012 at 8 h 49 min

    Mais que faites vous ici Loys Bonod !
    Ce site est une poubelle remplie de troll !!!
    L’ignorer est la seule attitude à voir. Discuter avec u type inculte et qui ne sait pas de quoi il parle ne vous grandit pas. Sortez donc d’ici et reprenez votre excellent travail.

  56. Stephanie
    28 mars 2012 at 8 h 49 min

    Mais que faites vous ici Loys Bonod !
    Ce site est une poubelle remplie de troll !!!
    L’ignorer est la seule attitude à voir. Discuter avec u type inculte et qui ne sait pas de quoi il parle ne vous grandit pas. Sortez donc d’ici et reprenez votre excellent travail.

  57. delcroix
    28 mars 2012 at 11 h 00 min

    Merci pour votre remarque Stéphanie… je remarque que vous appréciez mon site malgré votre commentaire… 
    Je vous laisse juge de vos propos… malheureusement pour nous il n’est pas possible de juger de vos productions en ligne ou ailleurs… vos commentaires étant quasiment anonymes, y compris après une recherche sur votre adresse mail !

  58. delcroix
    28 mars 2012 at 11 h 00 min

    Merci pour votre remarque Stéphanie… je remarque que vous appréciez mon site malgré votre commentaire… 
    Je vous laisse juge de vos propos… malheureusement pour nous il n’est pas possible de juger de vos productions en ligne ou ailleurs… vos commentaires étant quasiment anonymes, y compris après une recherche sur votre adresse mail !

  59. ProW
    28 mars 2012 at 17 h 54 min

    Cher Loys Bonod,
    au-delà de toutes les contradictions (sur Europe 1 vous avez dit que vous vous en fichiez qu’ils trichent que c’était « pas ça l’important ()je cite le podcast) puis quand Birenbaum vous a finement interpellé sur el contrat de confiance, tout à coup, il était très très important qu’ils aient triché) et des révélations que l’on apprend petit à petit (au début, vous n’aviez jamais dit que personne n’avait consulté votre travail sur Oboulot et oodoc. Il a fallu qu’ils le disent pour que vous le reconnaissiez), donc au delà de tout cela, une énorme anomalie :
    Europe 1 est donc venu interviewé à votre lycée des élèves qui étaient en 1ere il y a deux ans ? (cf. votre intervention Loys Bonod – Samedi 24 mars 2012 à 15 h 13 min) comment est-ce possible.

    Je ne vais pas revenir sur mon désaccord avec votre méthode, chacun est libre d’enseigner comme il le souhaite et il y a de nombreux collègues que je respecte, avec qui je travaille et dont pourtant je ne partage pas les valeurs pédagogiques.
    Non, je vais revenir sur la finalité de cette expérience :
    – vous glorifier (ce que vous faites depuis une semaine en dépit de vos dénégations, il suffit de vous lire sur néoprofs pour s’en rendre compte ou de vous entendre dire de manière jubilatoire qu’ils vous ont applaudi à la fin du cours)
    – donner une bonne leçon à vos élèves (ce que vous dites d’entrée de jeu sur el podcast)

    Est-ce vraiment là le rôle d’un enseignant ?
    Pour ma part, je ne crois pas.

    Bien cordialement
    PW

    PS : asses surpris que vous ayez laissé dire Lise Pressac que vous vous étiez rendu compte que certains de vos élèves trichaient en classe avec leur smartphone (début de l’interview). Je trouve cela stupéfiant même (déjà qu’ils trichent en classe, ensuite avec des smartphones et enfin que cela ne vous pose pas tant de pb que cela). Et si finalement, c’était votre pratique et pas la leur qu’il fallait remettre en question ?
    PPS : je vous ai trouvé (mais d’autres amis non enseignants également) bien agressif sur Europe1, vous devriez faire un peu de Yoga, cela détend (et un peu de footing aussi 😉 )

  60. ProW
    28 mars 2012 at 17 h 54 min

    Cher Loys Bonod,
    au-delà de toutes les contradictions (sur Europe 1 vous avez dit que vous vous en fichiez qu’ils trichent que c’était « pas ça l’important ()je cite le podcast) puis quand Birenbaum vous a finement interpellé sur el contrat de confiance, tout à coup, il était très très important qu’ils aient triché) et des révélations que l’on apprend petit à petit (au début, vous n’aviez jamais dit que personne n’avait consulté votre travail sur Oboulot et oodoc. Il a fallu qu’ils le disent pour que vous le reconnaissiez), donc au delà de tout cela, une énorme anomalie :
    Europe 1 est donc venu interviewé à votre lycée des élèves qui étaient en 1ere il y a deux ans ? (cf. votre intervention Loys Bonod – Samedi 24 mars 2012 à 15 h 13 min) comment est-ce possible.

    Je ne vais pas revenir sur mon désaccord avec votre méthode, chacun est libre d’enseigner comme il le souhaite et il y a de nombreux collègues que je respecte, avec qui je travaille et dont pourtant je ne partage pas les valeurs pédagogiques.
    Non, je vais revenir sur la finalité de cette expérience :
    – vous glorifier (ce que vous faites depuis une semaine en dépit de vos dénégations, il suffit de vous lire sur néoprofs pour s’en rendre compte ou de vous entendre dire de manière jubilatoire qu’ils vous ont applaudi à la fin du cours)
    – donner une bonne leçon à vos élèves (ce que vous dites d’entrée de jeu sur el podcast)

    Est-ce vraiment là le rôle d’un enseignant ?
    Pour ma part, je ne crois pas.

    Bien cordialement
    PW

    PS : asses surpris que vous ayez laissé dire Lise Pressac que vous vous étiez rendu compte que certains de vos élèves trichaient en classe avec leur smartphone (début de l’interview). Je trouve cela stupéfiant même (déjà qu’ils trichent en classe, ensuite avec des smartphones et enfin que cela ne vous pose pas tant de pb que cela). Et si finalement, c’était votre pratique et pas la leur qu’il fallait remettre en question ?
    PPS : je vous ai trouvé (mais d’autres amis non enseignants également) bien agressif sur Europe1, vous devriez faire un peu de Yoga, cela détend (et un peu de footing aussi 😉 )

  61. Emilie Kochert
    11 avril 2012 at 18 h 42 min

    Ayant fait une recherche concernant les idées de Casali sur les nouveaux programmes d’HG, je suis tombée par hasard sur le site neoprofs qui développait un nombre incroyable de contre-vérités sur l’enseignement de l’éducation civique (notamment sur les raisons pour lesquelles ce sont les profs d’HG qui en sont chargés en collège). Si je dis ceci c’est parce qu’ayant découvert le « Luigi président » de ce site, j’ai voulu y répondre à ce cher Luigi (qui change de pseudo comme de chemise et dont les « élèves » me semblent encore plus fake que son vrai-faux wiki)
    Quelle ne fut pas ma stupeur de découvrir que courageusement, par amour de la polémique, cette partie dudit forum néoprof est verrouillée.
    Alors je m’interroge, ce Loys (pourquoi je pense à Aloïs Brunner et à la bande à Bonnot concernant cet amateur de « jeux de mots » ?) qui se « défend » en attaquant sur de minuscules points ses contradicteurs d’ailleurs vite contredits par eux, aurait-il peur de la polémique qu’il a tant cherchée ?
    Par ailleurs ce forum qui se dit néo serait-il un site de néo-conservateurs de l’enseignement ?
    Faut-il refuser un outil que nos élèves utiliseront avec ou sans notre accord sous prétexte qu’ils l’utilisent à mauvais escient (ou plutôt en l’occurrence que vous l’avez détourné de son but premier ?) ? Ou au contraire les accompagner en leur apprenant à s’en servir efficacement et sérieusement ?
    Pourquoi les punir en les humiliant (j’ai eu 16 ans, je sais ce qu’on ressent quand un prof se paie notre tête, ne venez pas nous enfumer avec votre armada « de vrais élèves qui vous admirent ») sans leru avoir au préalable de l’exercice précisé sur quels critères ils seraient évalués ? Quel pédagogue se permet d’évaluer (surtout en le faisant nommément et publiquement) ses élèves (évaluer, pas noter) sur des critères non préalablement explicités ?
    Bref, je m’interroge, mais mes interrogations resteront probablement sans réponse, n’ayant pas accès ni aux commentaires de votre billet, ni à ceux de néoprof qui vous porte pourtant aux nues.

  62. Emilie Kochert
    11 avril 2012 at 18 h 42 min

    Ayant fait une recherche concernant les idées de Casali sur les nouveaux programmes d’HG, je suis tombée par hasard sur le site neoprofs qui développait un nombre incroyable de contre-vérités sur l’enseignement de l’éducation civique (notamment sur les raisons pour lesquelles ce sont les profs d’HG qui en sont chargés en collège). Si je dis ceci c’est parce qu’ayant découvert le « Luigi président » de ce site, j’ai voulu y répondre à ce cher Luigi (qui change de pseudo comme de chemise et dont les « élèves » me semblent encore plus fake que son vrai-faux wiki)
    Quelle ne fut pas ma stupeur de découvrir que courageusement, par amour de la polémique, cette partie dudit forum néoprof est verrouillée.
    Alors je m’interroge, ce Loys (pourquoi je pense à Aloïs Brunner et à la bande à Bonnot concernant cet amateur de « jeux de mots » ?) qui se « défend » en attaquant sur de minuscules points ses contradicteurs d’ailleurs vite contredits par eux, aurait-il peur de la polémique qu’il a tant cherchée ?
    Par ailleurs ce forum qui se dit néo serait-il un site de néo-conservateurs de l’enseignement ?
    Faut-il refuser un outil que nos élèves utiliseront avec ou sans notre accord sous prétexte qu’ils l’utilisent à mauvais escient (ou plutôt en l’occurrence que vous l’avez détourné de son but premier ?) ? Ou au contraire les accompagner en leur apprenant à s’en servir efficacement et sérieusement ?
    Pourquoi les punir en les humiliant (j’ai eu 16 ans, je sais ce qu’on ressent quand un prof se paie notre tête, ne venez pas nous enfumer avec votre armada « de vrais élèves qui vous admirent ») sans leru avoir au préalable de l’exercice précisé sur quels critères ils seraient évalués ? Quel pédagogue se permet d’évaluer (surtout en le faisant nommément et publiquement) ses élèves (évaluer, pas noter) sur des critères non préalablement explicités ?
    Bref, je m’interroge, mais mes interrogations resteront probablement sans réponse, n’ayant pas accès ni aux commentaires de votre billet, ni à ceux de néoprof qui vous porte pourtant aux nues.

Laisser un commentaire