L'avenir des documentalistes par un non-doc.

Le monde des documentaliste est de nouveau en ébullition suite à l’article d’Archimag sous la plume de Lauriane de Boischevalier titré : la doc en pleine dépression où dix conseils pour s’en sortir sont donnés.

Bien que n’étant pas documentaliste, même si je suis prof dans un UFR dédié entre autre aux documentalistes, j’avais pourtant parié voici quelques années sur l’avenir de cette profession. Je m’étais même inscrit à des cours par correspondance, vite abandonné car complètement déconnecté du terrain. Je présentais déjà les profondes mutations qui sont entrain de s’effectuer dans ce métier.

Les documentalistes se sont laissés déposséder par internet. Ils pensent que leur savoir faire : trouver l’information, est donné à tout le monde. Comme si, leur métier se limitait à cela. Si j’avais fais le pari de la doc. c’est que je considérai qu’il avait un avantage : les documentalistes savaient justement rechercher, trouver, trier, répertorier et classifier une information. Par expérience, j’ai remarqué dans de multiples occasions que les autres utilisateurs croient savoir rechercher mais ne savent pas. Qu’on ne me dise pas que les jeunes dans quelques années sauront tous rechercher une information sur Internet. Je ne pense pas. Ils ne sont pas éduqués pour cela. Les enseignants du primaires et des collèges ne sont pas formés pour ces recherches. Je ne parle même pas de recherches un peu complexe… Rechercher demande un effort, du temps, des techniques et des connaissances spécifiques. Conclusion, laissez aux autres le soin d’effectuer les recherches basiques, les vrais recherches d’informations vous reviendront un jour… Je mentionne juste les recherches. La classification, la sauvegarde, l’organisation des informations pour les non-documentaliste est un monde plus que nébuleux. Pourtant, dans quelques années, chacun possédera sur son ordinateur (ou son équivalent) son propre centre de documentation. Mais, qui saura réellement l’utiliser ? Une infime partie des utilisateurs. Je suis certains, que si vous êtes documentaliste, parfois, on vous demande une information et cette personne ou ce service possède l’information. Mais elle ne sait pas où chercher, ni comment chercher… Il en sera de même sur les « centre de documentation personnel ».


Mais la recherche d’informations ne se limite pas à la recherche d’une information. Votre rôle à vous documentaliste est de réaliser des dossiers documentaires par exemple. La veille et la circulation des informations vous reviennent. J’aurais tendance à dire que le KM (Knowlege management), l’intelligence économique (IE), etc. doivent également être votre domaine de compétence même si trop d’étudiants sont formés dans ces secteurs actuellement. Ne négligez pas la formation des « non-documentaliste », c’est aussi un moyen de faire découvrir votre monde et vos connaissances.
Je ne m’étendrais pas sur les considérations économiques ou marketing de votre travail, même si mes lectures me donnent une perception de votre milieu, je ne peux donner un conseil dans le domaine.

Par contre, je perçois un risque majeur dans le secteur de la documentation : l’évolution des techniques. Internet et les techniques de communication sont en perpétuelle évolution. Prenons l’exemple d’Internet que je côtoie depuis 1996 environ. À l’époque, Usenet était le summum… Qui utilise encore Usenet comme première source d’information. J’ai connu les navigateurs textuels… Pourrions nous les imaginer aujourd’hui. Les moteurs de recherche n’existaient pas, les annuaires étaient parcellaires. Créer sa page internet était réservé aux « programmeurs »… On était loin des fils RSS, de la vidéo en ligne, du monstre Google… Bref, vous devez être à la pointe de ses évolutions, « sentir » et prévoir les orientations que prendra l’Internet de demain. En résumé, osez !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.