Internet 2010, l'état du net

Lors des vœux, j’avais annoncé la création d’un livre sur l’état d’Internet. Je m’explique. Lorsque des personnes me téléphonent pour une formation à la création de site web, j’ai pour habitude de poser directement comme question : quel type de site web et pourquoi faire ? Et là, c’est le grand vide…
Je veux simplement savoir s’ils désirent un site en HTML, un site avec une base de donnée, utiliser un CMS…

D’ailleurs, c’est l’une des raisons qui a fait que depuis plusieurs années je donne un cours dans ce sens en Master 1 (Master ICD spécialité SID) car je suis toujours surpris, là aussi, que les étudiants ne connaissent pas plus les différents types de sites, les différents « grands » formats…

Aussi, j’ai donc envisagé en début d’année écrire un ouvrage collaboratif en ligne… J’ai créé un blog : Internet2010.f, l’état d’Internet dont l’objectif est de tous travailler ensemble sur ce livre. Pour l’instant, ce n’est que l’ossature du site qui est en ligne. À vous d’alimenter les rubriques 😉

Voici l’architecture ou catégories du site (la table des matières du livre) :

Internet 2010

Autour du HTML
  • HTML
  • CSS
  • Php-MySQL
  • XHTML
  • XML
Les outils
  • Blog
  • CMS
  • Wiki
  • Groupe de news
  • Listes de diffusion
  • Forum
Médias sociaux
  • web 2
  • Réseaux sociaux
  • Micro blogging
  • Images et son
  • RSS
  • Agrégation de contenu
    • Friendfeed
    • Netvibes
  • Du côté marketing
Autres langages du web
  • PDF
  • Flash
  • Ajax
  • Flex
Les autres thèmes
  • Accessibilité
  • Identité numérique
  • Nomadisme
  • Interfaces riches
  • Web 3

Ce que je voudrais obtenir au final, une série de billets sur un même sujet qui fassent office de référence.
Prenons, un exemple, celui du HTML.Il pourrait y avoir un billet sur l’histoire du HTML, un autre pour la description du type de langage, un troisième pour fournir quelques exemples de balises et des liens vers des cours pour l’apprentissage de l’HTML en ligne, un autre sur l’avenir de l’HTML, un billet sur l’intérêt de l’HTML, encore un autre sur les raisons du choix de la création de site en HTML.

On peut décliner facilement ainsi chaque rubrique. Pour nous aider, je mets en ligne une carte heuristique que je mettrai régulièrement à jour en fonction des travaux, idées…

Évidemment, rien ne sert d’utiliser le copier-coller pour créer ses contenus. Un texte original est nécessaire. Pour éviter tout risque, chaque texte sera signé par son auteur qui sera seul responsable de sa production. D’ailleurs, les rédacteurs devront tous me demander un sésame et les articles seront publiés après accord 🙂

Les pro-am, les experts, spécialistes de tout poil sont les bienvenus, car ce site ne pourra se faire qu’avec votre participation. Une seule condition : écrire des textes qui soient compréhensibles par un néophyte.

Si vous manquez d’inspiration, j’avais mis en ligne voici presque trois ans les travaux des étudiants sur quelques-uns de ces sujets.

Le délai ? je ferais une réponse de Normand… pour que le livre soit disponible en 2010 🙂 D’ailleurs, si un éditeur est un tantinet intéressé, il peut lui aussi me contacter :-).

Un making-off est proposé également dans le blog-livre Internet 2010. Il permettra de vous tenir informé de l’avancé des travaux directement sur le site, mais j’en reparlerai certainement ici également 🙂

À vos plumes… J’attends vos messages et vos commentaires 🙂

Laisser un commentaire

  1. Je veux simplement savoir s’ils désirent un site en HTML, un site avec une base de donnée, utiliser un CMS…
    Ce n’est pas le client qui est le mieux placé pour savoir s’il désire un site HTML, un CMS ou autre. Il a un métier, est expert dans son domaine, et l’expert Web c’est toi, son prestataire. Ce dont il dispose c’est des besoins (certes parfois flous, très flous et difficilement identifiables).
    Il est effectivement important que questionner le client pour savoir pourquoi il veut un site, ce qu’il veut en faire, pour combien de temps, pour quels objectifs, avec quels moyens (pour le financer mais également pour l’animer), etc. C’est à partir de là que nous, experts et professionnels du Web, nous pourrons lui proposer la ou les solutions qui répondent le mieux à ses besoins…
    Bref, j’aurai plutôt dit Je veux simplement savoir s’ils ont besoin d’un site en HTML, un site avec une base de donnée, utiliser un CMS…. La plupart du temps, ce que le client désire n’est pas vraiment ce dont il a besoin.

    Sinon pour ton projet, je suis intéressé pour y participer et apporter et partager mon expérience (sur l’accessibilité évidemment :p).

  2. Effectivement, il existe une différence entre désirs et besoins dans les demandes. Ta réflexion Sébastien met en exergue un problème auquel je n’avais jamais pensé. En fait, ma réaction porte sur une demande de formation et la tienne sur le conseil.

    Dans le premier cas, les personnes demande à être formé. On suppose qu’elles savent déjà sur quoi elles vont travailler. Elle cherche l’autonomie. C’est pour cela que nous avons mis en place des formations qui permettent de définir un projet, de le suivre… Et là, nous sommes à mi-chemin de la formation et de l’expertise.

    L’autre face, celle que tu préconise est l’appel à un expert. Pour moi qui pratique les deux, la demande est différente. Je ne saurais pas mettre en place une typologie d’entreprises pour tel ou telle demande, toutefois je remarque une différence. Dans le second cas, le client estime en effet qu’un spécialiste du web est mieux placé que lui pour définir le type de site et il fait donc appel à nos compétences.

    Nous sommes sur des registres différents. J’ai en mémoire une réponse lors de la table ronde Blog en Nord sur les TPE et chacun répondait à cette question en fonction de son activité : pour les uns, la réponse était : je développe votre site sur mesure. Pour d’autres, je vous forme à la création de site. Un autre recommandait l’installation d’une solution toute faite qu’il suffisait d’alimenter, etc.

    Bref, chacun voyait midi à sa porte. Toutes les solutions étaient valable, toutes les solutions étaient fausses car la réponse ne peut qu’être adapté à l’entreprise concernée : choix stratégique, choix dans l’implication, choix dans la durée, choix dans les investissements demandés, choix dans la rapidité de mise en place, etc.

  3. Je m’apprêtais à faire à peu près la même réponse que Sébastien. Pour moi, le formateur est une expert du Web et il a un devoir de conseil. Le site web , qu’il soit en CMS, en HTML ou je ne sais quoi, reste un domaine spécialisé. Le client sera certes demandeur de formation, mais cela reste un univers qu’il connaît mal, c’est vraiment à partir d’un cahier des charges exprimant ses besoins non techniques (en rapport avec son coeur de métier et ce qu’il veut faire du site) que le formateur, comme le prestataire, a pour mission de le conseiller sur le type de site qui lui convient. Sinon, si on inverse les rôles, on risque fort d’avoir des entreprises qui se plantent en « croyant savoir » ce qui est mieux pour elles (genre : je veux du Open Source par ce que c’est moins cher ou parce que mon concurrent à ça…). Sébastien a raison « La plupart du temps, ce que le client désire n’est pas vraiment ce dont il a besoin. ». Pour moi, toute formation à un site Web passe forcément par une re-définition des besoins, du projet, du cahier des charges, conjointes entre le formateur et le client.

  4. Intermède dans le Tour de France par deux enfants

    Comme dans le livre d’origine : Le Tour de France par deux enfants où André et Julien retournent quelque temps dans leur lieu de départ (Phalsbourg). Pour notre part, nous faisons quelques jours escale dans le Nord 🙂 Il nous reste trois journées…