la génération Y has been, la génération Z arrive…

J’ai toujours plaint les personnes de la génération Y, ceux que l’on a surnommés à tort les digitals natives… Coincés entre les vieux à la culture Print et leurs petits frères et sœurs de la génération Z aussi appelée génération C (Communication, Collaboration, Connexion et Création), les 18-35 ans n’ont vraiment pas de chance ! Par contre, les suivants…

C’est foutu pour la génération Y

En effet, la génération Y est la génération perdue qui était nécessaire à l’épanouissement du web auquel nous aspirons pour certains, auquel inéluctablement nous nous dirigeons qu’on le veuille ou non.

Ce n’est pas aujourd’hui que je fais cette remarque… Nous l’avions déjà évoqué avec d’autres spécialistes du Web 2 voici quelques années.

En effet, leur premier problème est d’être des défricheurs… Personne avant eu n’avait la possibilité de communiquer de la manière que l’on connaît sur le net, d’avoir une vie sociale sur la toile… L’apprentissage a été rude. D’ailleurs, le terme d’identité numérique, d’e-reputation, de personal branding est né avec eux. Ce n’est pas un hasard !

Certains se disaient qu’ils avaient des facilités par rapport aux adultes… car ils étaient nés en même temps qu’internet ! Cela a toujours été pour moi une erreur. On confondait trop souvent leur connaissance (chatter, jouer et savoir écrire un mail ou un texte simple) avec la connaissance d’Internet. Même chercher une information de qualité, je ne suis pas certain que tous sachent le faire ou prendre le recul nécessaire vis-à-vis des réseaux…

Autre souci rencontré : les vieux en face d’eux. Vous savez les freins à l’évolution, ceux qui ne comprennent rien au net, aux évolutions d’Internet, à l’arrivée des réseaux et médias sociaux, ceux qui ont la culture papier et de la rencontre en face à face dans la vraie vie…

Les cadres et dirigeants des entreprises d’aujourd’hui sont encore de ces générations passées ! Pas facile de leur faire comprendre que la société évolue (vite, très vite, trop vite…) et donc, on se retrouve face à des incompréhensions entre ces générations d’internautes qui se répercutent aussi bien dans les façons d’enseigner que dans le cadre des entreprises.

Même si je ne fais pas partie de cette génération Y, mais plutôt des vieux, j’ai toujours connu cette dichotomie (faudrait un jour trouvez un terme pour désigner les vieux de la génération  X et même pour les Y qui partagent les visions et les usages de la génération Z ;-).

Par exemple au début de ce blog, des enseignants à l’université s’étaient gentiment moqués de moi en me demandant si j’avais du temps à perdre ! Ne les cherchez pas sur le net, ils n’y sont toujours pas ou si peu, et dans ce dernier cas, d’une manière inadéquate car ils vivent souvent dans un monde qui a plus de 10 ans de retard.

Bref, pour les 18-35 ans, la vie n’est pas rose tous les jours… dans ce monde qui se refuse à eux !

Pourtant, ils essayent par petites touches de se positionner ici ou là dans ce monde du numérique, dans ce monde moderne autour de la vitesse, de la vitalité, du réseautage… mais, car j’y ajoute un mais, ils s’y prennent comme des pieds (excusez l’expression 🙂

Un exemple. Certains d’entre eux râlent, à juste titre ou non, sur les influenceurs, sur l’impossibilité de les déloger. Ils voudraient être calife à la place du calife… mais se sont de véritables Iznogoud ! Ils en sont incapables.

Leur principale incapacité est certainement celle de l’imagination. Ils copient ce que font leurs prédécesseurs qui ont et qui continueront d’avoir ainsi constamment une longueur d’avance. Pas la peine de revendiquer tel ou tel nom qui a réussi. Des exceptions existent… elles sont rares !

La révolution de la génération Z
la génération Z - infogaphie

génération Z ou génération C

La génération Z ou C, ce sont les jeunes qui naissent en ce moment jusqu’au ceux qui sortent du collège actuellement ! Et là, ça va déménager lorsqu’ils vont arriver sur le marché de travail !

Déjà à l’école, ils contournent allégrement devoirs et autres « facéties » des enseignants un peu vieux jeu (autrement dit ceux qui ne sont pas connectés) sans que ceux-ci s’en rendent compte toujours très bien !

Je possède 2 spécimens à la maison que je vois fonctionner, ainsi que leurs amis, donc, je parle d’expérience 😉

Mais, au-delà de cela, comme je l’expliquais en 2010 dans un article Vers une évolution du concept de vie privée, cette génération ne croit pas à la carrière et aux études traditionnelles ! Et j’ai bien l’impression que c’est vrai !

De même leur créativité et leur volonté de grandir plus vite, dans le sens d’arriver rapidement à l’âge d’adulte ne sont pas de vains mots !

Est ce un hasard si un phénomène se dévellope aux État-Unis, mais aussi en France, je peux vous l’assurer : ils veulent avoir une activité professionnelle ou créer leur entreprise dès l’adolescence !

Heureusement que les lois Françaises ont pris le devant puisque désormais un jeune de 16 ans peut créer et gérer son entreprise !

Je peux vous dire que dans mon cas je dois freiner des 4 fers pour les faire patienter jusqu’à 16 ans… Et pas une entreprise, mais plusieurs ! Je ne sais pas comment elles vont pouvoir à la fois poursuivre leurs études et s’impliquer dans ce qu’elles ont envie de faire, de créer…

Vous êtes en train de vous dire, pas grave, c’est des élucubrations d’un père…

Et bien, non… car il n’y a pas qu’elles qui ont ce type de projets… J’en connais d’autres qui se positionnent depuis quelques années pour être photographe par exemple !

Bon, je vous entends… vous vous dites… Elles ne possèdent pas la culture nécessaire pour créer, réfléchir à la création d’une entreprise… Elles n’ont rien appris du marketing et des autres sciences nécessaires ! Détrompez vous ! Leurs concepts sont déjà bien au point, leur stratégie marketing ébauchée… Quelque part c’est bluffant à observer…

J’vous livre même le nom d’un de leurs concepts : Cucu-cocone… pour lequel, elles ont déjà demandé à réserver noms de domaines, page Facebook, compte Twitter et même Pinterest !

Bien sûr, si vous êtes un peu vieux… vous vous posez la question : où est l’étude de marché, où sont les stratégies, quel est le modèle économique…

C’est mal connaître les jeunes de la fin de la génération Y et de la génération Z. Venez faire un tour à l’Open Coffee de Lille… Vous n’allez rien comprendre ! Ils réinventent régulièrement le marketing et la création d’entreprise.

Ils viennent tous avec des projets qui semblent leur être tombé dessus par hasard mais qui fonctionnent…

À la différence des personnes plus agées, ils ont une idée, cela leur fait plaisir (j’insiste sur cette notion de plaisir, ils ne travaillent pas pour le fric mais pour se faire plaisir avant tout !), etc. et ils ont envie de la proposer cette idée, ce concept… au plus grand nombre…

C’est presque de l’aussitôt pensé, aussitôt tenté. Alors la monétisation, le modèle économique qui sera choisi, la démarche marketing… on verra plus tard ! Et pourtant, ça marche ! Pire, certain abandonne car cela ne les intéresse plus (là, je n’arrive plus à suivre leur raisonnement… j’suis trop vieux).

Pas mal de monde a été surpris de l’organisation et de la communication par exemple de mes 2 ouailles pour la journée citoyenneté dans les médias sociaux ! L’un de ces éléments était : «mais comment avez-vous fait pour inviter ces personnes (pour mémoire, elles avaient invité Émilie Ogez, Yann Kervarec d’Euratechnologies, Marc Vasseur —Blogueur politique, Bruno du Blog2Roubaix, Charles Bricman, ancien journaliste politique du journal Le Soir ! excusez du peu :-)». Elles ont simplement répondu : «nous les avions dans nos réseaux sociaux !» et c’est vrai 😉

Mais, là encore, avec nos craintes nous ne faisons pas attention à leur manière de fonctionner dans les médias sociaux. Les cercles d’amis ne représentent rien pour elles ! Elles sont en contact avec les personnes qui les intéressent en dehors de leur cercle proche ! (voir l’illustration contact en étoile au travers des cercles de connaissances)

Je ne sais plus si je vous ai déjà raconté dans un précédent billet cette histoire.

Un jour, l’une d’entre elles revient du collège avec un devoir d’histoire de l’art ! Elle découvre que le peintre en question, un vieux monsieur de 80 ans possède un site web. Et la question a été : Pourquoi je ne lui poserai pas les questions qui me sont demandées ! Je crois me souvenir avoir mis un droit de veto.

Mais la situation, c’est représentée avec un autre artiste… et cette fois, elle a envoyé ces réponses pour que l’artiste lui corrige 😉 Vous auriez osez y penser ?

Et puis, l’Internet, les médias sociaux, le numérique… C’est leur univers de chaque jour et au fait des dernières nouveautés ! Je suis souvent surpris du décalage du monde adulte par rapport à ce que font les jeunes sur le net ! Il m’arrive encore d’avoir l’impression que pour certains adultes, le monde Internet des jeunes est le blog 🙁 À peine est-il sur Facebook !

En réalité pour une partie d’entre eux, ils ont déjà investi l’ensemble des médias sociaux selon ce qu’ils ressentent comme besoin !

Je donne d’ailleurs en exemple dans le cadre des conférences sur l’e-reputation le cas de la plus jeune de mes filles.

L’une de ses passions (mais ses passions sont nombreuses et changeantes même si elle revient sur toute régulièrement) donc, qui a pour loisir le tricot, le crochet… Je n’ai pas eu besoin de lui expliquer Pealtrees ! Elle a vu le service sur un ordinateur de la maison, c’est créée un compte, à tout de suite compris l’intérêt et elle fait ses perles plus ou moins régulièrement. Toute fière, elle vient me dire : «t’as vu, y’a encore quelqu’un qui m’a pris mes perles !» Dans un autre domaine, une équipe de Pealtrees lui a demandé de les rejoindre !

Vous savez son âge ? 13 ans… Dans 5 ans, vous imaginez sa présence sur le net ?

Sa sœur n’est pas en reste… On lui demande d’écrire des articles via son compte Twitter ! Et, une fois découvert Pinterest elle y fait un carton avec ses ongles vernis ! Là encore, je n’ai pas eu besoin de lui expliquer beaucoup de choses…

contact en étoile au travers des cercles de connaissances

contact en étoile au travers des cercles de connaissances

Pour ne rien gâcher, ces jeunes de la génération Z ont une approche et un usage d’Internet qui est différent du mien, de celui de la génération Y… Je ne parle même pas des vieux 😉 Ces jeunes trouvent des moyens de fonctionner avec Internet qui sont différents des nôtres… et je suis certains que dans quelques années, eux arriveront à détrôner les influenceurs actuels ! On ne les verra même pas arriver… et pourtant ils seront bien là, présent entrain de prendre la place qui leur est due !

Plus zappeurs que fidèles, plus acteurs à leur manière du Net que simples spectateurs, les services marketing ont du pain sur la planche… (Marketing, la génération Z) car par leur navigation ils en démontent les mécanismes !

Dans l’entreprise, je ne m’inquiètes pas pour eux… La génération Y sera plus ou moins en place, avec des positions hiérarchiques qui permettront aux Z de s’exprimer, de mettre en application leur façon de voir, de travailler… et ils passent haut la main l’examen des 10 compétences-clefs pour l’avenir 🙂

Pour marketer la génération Z, « les entreprises doivent être en veille technologique quant aux nouveaux moyens de communication et s’adapter à cette génération qui évolue rapidement » et comme j’ai l’impression que nous connaissons encore mal cette génération, le prochain Open Coffee de Lille, le 13 juin à partir de 19 h 30 sera consacré à cette génération Z avec comme invité des jeunes et leurs parents qui présenteront ce qu’ils font de « notre » web et répondront à vos questions 😉

Allez, je vous donne un autre exemple qui pourrait faire rougir de jalousie certains… Un « lycéen de 15 ans shooté à l’info, grand dévoreur de presse et passionné de politique. Reporter au cœur du duel entre Mélenchon et Le Pen à Hénin-Beaumont » aux 1750 abonnées. Son compte : @Octave_N

Bref, que du bonheur pour eux…

Pour aller plus loin pour découvrir cette génération Z

32 comments for “la génération Y has been, la génération Z arrive…

  1. 8 juin 2012 at 0 h 48 min

    Pas le courage de tout lire…
    Génération Y ou Z, ça ne veut rien dire pour moi.

    Mais cette phrase : « Bref, pour les 18-35 ans, la vie n’est pas rose tous les jours… », vous ne voyez qu’elle est intemporelle ? Vous n’avez aucun souvenir de vos 20 ans ? de quand nous pensions (je dis « nous » parce je crois que nous avons à peu près le même âge): « avec ces vieilles barbes au pouvoir, on n’est pas près de trouver un boulot » ?

    Je fréquente la médiathèque de mon quartier. Et, comme dans les cyber cafés, je suis toujours étonnée d’y voir autant de monde (en général assez jeune, mais pas uniquement) devant les ordis et connectés au web. Ça prouve bien qu’Internet n’est pas accessible pour tous. Et l’on pourrait comparer ça à la présence, ou à l’absence, de livres dans les foyers.

  2. 8 juin 2012 at 0 h 48 min

    Pas le courage de tout lire…
    Génération Y ou Z, ça ne veut rien dire pour moi.

    Mais cette phrase : « Bref, pour les 18-35 ans, la vie n’est pas rose tous les jours… », vous ne voyez qu’elle est intemporelle ? Vous n’avez aucun souvenir de vos 20 ans ? de quand nous pensions (je dis « nous » parce je crois que nous avons à peu près le même âge): « avec ces vieilles barbes au pouvoir, on n’est pas près de trouver un boulot » ?

    Je fréquente la médiathèque de mon quartier. Et, comme dans les cyber cafés, je suis toujours étonnée d’y voir autant de monde (en général assez jeune, mais pas uniquement) devant les ordis et connectés au web. Ça prouve bien qu’Internet n’est pas accessible pour tous. Et l’on pourrait comparer ça à la présence, ou à l’absence, de livres dans les foyers.

  3. 10 juin 2012 at 19 h 57 min

    Merci Eric ! J’ai bien aimé certains passages que je copie colle :

    1. « Certains se disaient qu’ils avaient des facilités par rapport aux adultes… car ils étaient nés en même temps qu’internet ! Cela a toujours été pour moi une erreur. On confondait trop souvent leur connaissance (chatter, jouer et savoir écrire un mail ou un texte simple) avec la connaissance d’Internet. Même chercher une information de qualité, je ne suis pas certain que tous sachent le faire ou prendre le recul nécessaire vis-à-vis des réseaux… »

    2. »Bref, pour les 18-35 ans, la vie n’est pas rose tous les jours… dans ce monde qui se refuse à eux ! Pourtant, ils essayent par petites touches de se positionner ici ou là dans ce monde du numérique, dans ce monde moderne autour de la vitesse, de la vitalité, du réseautage… mais, car j’y ajoute un mais, ils s’y prennent comme des pieds (excusez l’expression 🙂 »

  4. 10 juin 2012 at 19 h 57 min

    Merci Eric ! J’ai bien aimé certains passages que je copie colle :

    1. « Certains se disaient qu’ils avaient des facilités par rapport aux adultes… car ils étaient nés en même temps qu’internet ! Cela a toujours été pour moi une erreur. On confondait trop souvent leur connaissance (chatter, jouer et savoir écrire un mail ou un texte simple) avec la connaissance d’Internet. Même chercher une information de qualité, je ne suis pas certain que tous sachent le faire ou prendre le recul nécessaire vis-à-vis des réseaux… »

    2. »Bref, pour les 18-35 ans, la vie n’est pas rose tous les jours… dans ce monde qui se refuse à eux ! Pourtant, ils essayent par petites touches de se positionner ici ou là dans ce monde du numérique, dans ce monde moderne autour de la vitesse, de la vitalité, du réseautage… mais, car j’y ajoute un mais, ils s’y prennent comme des pieds (excusez l’expression 🙂 »

  5. 11 juin 2012 at 1 h 20 min

    Merci Olivier pour ce commentaire 🙂 et pour répondre à Mag à l’eau, je pense qu’il ne faut pas mesurer seulement les ordinateurs désormais… mais aussi l’usage du téléphone, des tablettes… 
    La fracture numérique de l’équipement n’est plus pour moi à l’ordre du jour… (même si elle pose toujours problème), mais elle se situe plutôt dans l’utilisation quotidienne qui est faite du numérique.

  6. 11 juin 2012 at 1 h 20 min

    Merci Olivier pour ce commentaire 🙂 et pour répondre à Mag à l’eau, je pense qu’il ne faut pas mesurer seulement les ordinateurs désormais… mais aussi l’usage du téléphone, des tablettes… 
    La fracture numérique de l’équipement n’est plus pour moi à l’ordre du jour… (même si elle pose toujours problème), mais elle se situe plutôt dans l’utilisation quotidienne qui est faite du numérique.

  7. Lucile D. / @lumiweb
    11 juin 2012 at 12 h 33 min

    dommage que je soit trop loin (PACA et chomeuse, même le stop est difficile là ^^), j’aurais aimé venir a cet open coffee, à la fois pour voir comment ces jeunes se débrouillent, et aussi pour les rencontres intéressantes. La façon dont vous en parlez m’enthousiasme!
    Je suis pour ma part de la génération Y (25 ans) et si je ne suis pas aussi pessimiste que vous, peut être, j’observe en effet que soit la génération Y ne maitrise pas ces outils aussi bien qu’ils voudraient le croire / que les autres le croient, soit les freins viennent de ces générations (X et autres) qui ne comprennent pas encore combien on peut changer les choses avec le web et les RSN.
    Par contre, pas trop d’angelisme non plus j’imagine. Mes cousins ‘Z’ (16,17,18 ans)ne sont pas non plus des entrepreneurs nés, loin de là, alors même qu’ils ont vécu dans une ambiance assez ‘entrepreneuriale’ (peut être aussi l’effet province…). Si pour eux Facebook fait parti de leur quotidien et qu’ils ont du mal à imaginer un monde sans internet, ils sont loin d’utiliser les capacités des réseaux aussi bien que le font vos filles (bien plus le ctrl-c, ctrl-v, que le mél à un artiste, la demande de contact ou l’organisation d’évènement en ligne).
    (Bon, alors, ou peut on trouver tous les projets de vos filles? ^^)

    • 11 juin 2012 at 14 h 56 min

      le plus simple est certainement de suivre leurs blogs qui sont rassemblées dans un Buddy Press : oe dans l’eau ou e dans l’eau. Plus ou moins régulièrement elles informent de leurs actualités et elles m’ont dit bientôt de leurs usages 🙂 Sinon, après l’Open Coffee, elles publieront une « présentation » de leur présence actuelle 🙂

  8. Lucile D. / @lumiweb
    11 juin 2012 at 12 h 33 min

    dommage que je soit trop loin (PACA et chomeuse, même le stop est difficile là ^^), j’aurais aimé venir a cet open coffee, à la fois pour voir comment ces jeunes se débrouillent, et aussi pour les rencontres intéressantes. La façon dont vous en parlez m’enthousiasme!
    Je suis pour ma part de la génération Y (25 ans) et si je ne suis pas aussi pessimiste que vous, peut être, j’observe en effet que soit la génération Y ne maitrise pas ces outils aussi bien qu’ils voudraient le croire / que les autres le croient, soit les freins viennent de ces générations (X et autres) qui ne comprennent pas encore combien on peut changer les choses avec le web et les RSN.
    Par contre, pas trop d’angelisme non plus j’imagine. Mes cousins ‘Z’ (16,17,18 ans)ne sont pas non plus des entrepreneurs nés, loin de là, alors même qu’ils ont vécu dans une ambiance assez ‘entrepreneuriale’ (peut être aussi l’effet province…). Si pour eux Facebook fait parti de leur quotidien et qu’ils ont du mal à imaginer un monde sans internet, ils sont loin d’utiliser les capacités des réseaux aussi bien que le font vos filles (bien plus le ctrl-c, ctrl-v, que le mél à un artiste, la demande de contact ou l’organisation d’évènement en ligne).
    (Bon, alors, ou peut on trouver tous les projets de vos filles? ^^)

    • 11 juin 2012 at 14 h 56 min

      le plus simple est certainement de suivre leurs blogs qui sont rassemblées dans un Buddy Press : oe dans l’eau ou e dans l’eau. Plus ou moins régulièrement elles informent de leurs actualités et elles m’ont dit bientôt de leurs usages 🙂 Sinon, après l’Open Coffee, elles publieront une « présentation » de leur présence actuelle 🙂

  9. 23 juin 2012 at 11 h 50 min

    Je partage à 100% ! Pour voir évoluer au quotidien mes filles de 10 et 12 ans, et rencontrer régulièrement leurs amis, et d’un autre côté travailler avec des jeunes de la génération Y, je confirme l’intuition que lorsque la génération C va débouler dans les entreprises, elle chahutera gravement les modèles en places. Je crains même que la génération Y, lorsqu’elle sera en situation de middle management, rencontre les pires difficultés pour encadrer la génération C. Bon courage à eux !

  10. 23 juin 2012 at 11 h 50 min

    Je partage à 100% ! Pour voir évoluer au quotidien mes filles de 10 et 12 ans, et rencontrer régulièrement leurs amis, et d’un autre côté travailler avec des jeunes de la génération Y, je confirme l’intuition que lorsque la génération C va débouler dans les entreprises, elle chahutera gravement les modèles en places. Je crains même que la génération Y, lorsqu’elle sera en situation de middle management, rencontre les pires difficultés pour encadrer la génération C. Bon courage à eux !

  11. 23 juin 2012 at 11 h 50 min

    Je partage à 100% ! Pour voir évoluer au quotidien mes filles de 10 et 12 ans, et rencontrer régulièrement leurs amis, et d’un autre côté travailler avec des jeunes de la génération Y, je confirme l’intuition que lorsque la génération C va débouler dans les entreprises, elle chahutera gravement les modèles en places. Je crains même que la génération Y, lorsqu’elle sera en situation de middle management, rencontre les pires difficultés pour encadrer la génération C. Bon courage à eux !

  12. Millan-Brun Anne-Lise
    13 août 2012 at 15 h 07 min

    La génération Z va peut-être bientôt devoir choisir à quoi elle va consacrer le peu de sources d’énergie fossile que la génération Y va lui laisser :

    Faire fonctionner des machines à communiquer, se déplacer, ou cultiver la terre sans trop de peine ?

    Je ne sais pas pourquoi, sans doute la perspective de la flambée des prix alimentaires de la prochaine rentrée, j’ai l’impression que le tracteur a de plus beau jour devant lui que l’ordinateur…

    Etre capable de maintenir en vie 8 milliards d’êtres humains va prochainement être une plus grande préoccupation que de les faire se parler d’un bout à l’autre de la terre.

  13. Millan-Brun Anne-Lise
    13 août 2012 at 15 h 07 min

    La génération Z va peut-être bientôt devoir choisir à quoi elle va consacrer le peu de sources d’énergie fossile que la génération Y va lui laisser :

    Faire fonctionner des machines à communiquer, se déplacer, ou cultiver la terre sans trop de peine ?

    Je ne sais pas pourquoi, sans doute la perspective de la flambée des prix alimentaires de la prochaine rentrée, j’ai l’impression que le tracteur a de plus beau jour devant lui que l’ordinateur…

    Etre capable de maintenir en vie 8 milliards d’êtres humains va prochainement être une plus grande préoccupation que de les faire se parler d’un bout à l’autre de la terre.

  14. Millan-Brun Anne-Lise
    13 août 2012 at 15 h 08 min

    La génération Z va peut-être bientôt devoir choisir à quoi elle va consacrer le peu de sources d’énergie fossile que la génération Y va lui laisser :

    Faire fonctionner des machines à communiquer, se déplacer, ou cultiver la terre sans trop de peine ?

    Je ne sais pas pourquoi, sans doute la perspective de la flambée des prix alimentaires de la prochaine rentrée, j’ai l’impression que le tracteur a de plus beaux jours devant lui que l’ordinateur…

    Etre capable de maintenir en vie 8 milliards d’êtres humains va prochainement être une plus grande préoccupation que de les faire se parler d’un bout à l’autre de la terre.

  15. Millan-Brun Anne-Lise
    13 août 2012 at 15 h 08 min

    La génération Z va peut-être bientôt devoir choisir à quoi elle va consacrer le peu de sources d’énergie fossile que la génération Y va lui laisser :

    Faire fonctionner des machines à communiquer, se déplacer, ou cultiver la terre sans trop de peine ?

    Je ne sais pas pourquoi, sans doute la perspective de la flambée des prix alimentaires de la prochaine rentrée, j’ai l’impression que le tracteur a de plus beaux jours devant lui que l’ordinateur…

    Etre capable de maintenir en vie 8 milliards d’êtres humains va prochainement être une plus grande préoccupation que de les faire se parler d’un bout à l’autre de la terre.

Laisser un commentaire