et si un enseignant n'avait pas la maturité pour tirer profit du numérique

Je suis en droit de me poser la question suite à la lecture que l’on m’a conseillé d’un article qui me surprend beaucoup intitulé Comment j’ai pourri le web (ça c’est déjà pas malin pour un enseignant) d’un certain Loys , 36 ans (enfin si cela a été mis à jour), professeur certifié de lettres classiques dans un lycée parisien. Vaguement dessinateur à ses moments perdus (j’allais ajouter vaguement prof. la plupart du temps).

Je suis remonté car désolé Monsieur, mais à la première lecture, je mets en doute vos objectifs et leurs buts réels…

scandale : il se fiche du travail des autres

J’ai commencé par Wikipédia ! Excusez, j’ai aussi un compte contributeur.

Donc, premier réflexe trouver votre modification. C’est un gag ! Elle a tenu moins d’une demi-heure. Faut dire qu’il ne faut pas être très malin pour ajouter en commentaire dans Wikipédia : Erreur temporaire à caractère pédagogique : sensibiliser des lycéens en début d’année scolaire à la vérification des informations. Rectification prévue courant septembre ! Wikipédia n’est pas un terrain de jeu.

Votre modification mise en ligne le 18 août 2010 à 09:14 a été supprimé dès 09:49. Je doute donc que vos élèves aient pu faire référence à votre texte de ce premier essai… Excusez- moi, mais cela m’amuse… Comment un expert du numérique de votre trempe a pu ainsi se faire piéger ? Même chose, pour montrer patte blanche, vous dites avoir apporté plusieurs contributions utiles sur quelques articles littéraires. Pas pour Doleros en tout cas ! Une seule contribution.

Pas bien mieux avec Justin Delapierre avec 2 participations précédentes votre méfait qui est resté en ligne du 4 au 18 septembre !

Merci pour les bienfaits de votre contribution dans une « oeuvre collective ». C’est toujours sympathique pour les autres auteurs et rehausse certainement votre honneur. J’espère qu’aucun étudiant ou thésard n’a trouvé votre information et qu’il perd du temps à recherche une information fausse.

Je me doute, vous vous en fichez éperdument, le web et Wikipédia c’est nul… Ce n’est qu’un ramassis de connerie… Vite, reprenons les bonnes vieilles encyclopédies. J’aurais compris que l’on mette en place une information fausse dans un site « local »… Vous savez le genre d’ENT que vous aimez tant, où vous pouvez magouiller vos informations comme bon vous semble mais qui parfois n’ont rien à voir avec la vraie vie.

Eric, calme toi… Tu as encore du boulot pour répondre !

Votre pièce de théâtre : sont nuls les élèves

Donc, acte 1 de votre manipulation… que vous avez oublié de préciser, vous avez dû vous y prendre à 2 fois avant de tromper Wikipédia ! Mais, c’est noté, nous avons compris, vous n’avez pas le respect du travail communautaire et vous aviez envie d' »emmerder » votre monde !

Votre acte 2… posté sur différents forums des questions relatives à ce poème en se faisant passer pour un élève puis vous reconnectant en me faisant passer pour un érudit (ah bon, vous n’êtes pas un érudit… Merde, moi qui pensais que les enseignants l’étaient a minima dans leur matière), j’ai donné des réponses en apparence savantes et bien renseignées.

Je confirme d’ailleurs, votre vocabulaire me laisse pantois. Je commence à comprendre vos élèves qui recherchent sur Internet ! Ça veut dire quoi du type interprétation christique ? Excusez mon inculture littéraire ou/philosophique, mais je n’ai pas le temps de consulter l’encyclopédie Universalis, ni l’une des 2 autres que nous possédons à la maison, j’irai plus vite quand j’aurais le temps en posant la question à Google !

Heureusement que le net fait bien les choses à votre place, «la plupart de ces pages ont depuis malheureusement disparu dans les abysses du web ou ne sont plus référencées.» (j’adore le malheureusement). Tout compte fait, Internet ce n’est pas si mal que cela, les conneries heureusement disparaissent semblez vous dire !

L’acte 3 est héroïque de votre part ! J’ai rédigé un pseudo-commentaire, le plus lamentable possible, avec toutes les erreurs imaginables pour un élève de Première, et même quelques fautes d’orthographe discrètes, tout en prenant garde à ce que ce commentaire ait l’air convaincant pour quelqu’un de pas très regardant ou de pas très compétent.» Cela a dû être difficile pour vous, on vous remercie de votre effort…

Et j’apprécie à sa juste valeur votre phrase bateau de la fin ! «J’avoue avoir même pris un certain plaisir à le rédiger.» et mon œil pour rester poli… Ce n’est pas cela qui vous a fait saliver… mais le piège que vous tendiez sournoisement à vos élèves ! Bref, je me demande si le Bonnet d’âne que vous évoquez pour Anne de Beaunais ne vous revient pas !

Ma pièce de théâtre : sont nuls les professeurs

À mon tour de partager une pièce en quelques actes également…

  • 1e étape : un enseignant travaille, prépare un cours avec le DM ou le DS adéquat
  • 2e étape : l’enseignant au fait des pratiques modernes et dans l’esprit du Web 2.0 partage sa production
  • 3e étape : à l’identique des corrigés mis en ligne pour les élèves par des sociétés (je n’aime pas ces sociétés, mais c’est un autre débat et si les enseignants donnaient des cours de façon différente certainement qu’elles n’existeraient plus !), une société qui vend des cours tout faits pour les enseignants récupère ce travail !
  • 4e étape : un enseignant qui trouve ce cours génial (une partie évidemment est en accès libre) débourse un montant dérisoire… Vous pensez un cours tout fait pour presque rien, y compris le corrigé !
  • 5e étape : l’enseignant sur de son fait effectue le cours et donne un DM à ces élèves !
  • 6e étape : surprise de l’élève et des parents qui surveillent le travail de leur enfant ! La question se pose. J’achète le cours et le corrigé ?

Ceci aussi est une histoire vraie… mais à la différence de vous, je n’ai pas eu à transformer quoi que ce soit… Et, vous connaissez la réaction que j’ai eue ? J’ai pesté en disant que cela était anormal… Je peux encore comprendre que la diffusion s’arrête à l’étape 2, pas que cela devienne commercial. (Au passage, comme vos corrigés ont été téléchargés semble t-il qu’avez-, vous fait de vos revenus ?).

Ma décision finale ? Évidemment, je n’ai pas autorisé ma fille à payer et télécharger les documents… mais pour le gag, je dois avouer avoir hésité… Vous pensez que le prof. aurait mis 20/20 en retrouvant le texte mot pour mot !

C’est bien de voir la paille dans l’œil du voisin, mais… la poutre… On oublie toujours la poutre !

Pourquoi ce serait bien pour les enseignants et pas pour les élèves ! Lorsque l’on veut pourrir Internet, il faut aller jusqu’au bout de sa mission.

J’attends avec impatience quelques années… 2 ans max. puisqu’il semble que c’est le délai que vous préconisez, vous nous raconterez vos expériences « trompeuses » pour les enseignant. Quand on fait un travail, il faut le faire jusqu’au bout ! Et puis, ce sera encore mieux. Vous pourrez prouver que les enseignants et les élèves sont des imbéciles !

Suggestion : et si vous faisiez des cours autrement ?

Bref, ces 2 histoires sont la meilleure illustration possible que les cours tels que vous les donnez, les cours « ancienne formule » sont complètement dépassés !

Rassurez- moi (mais je crois pas que vous saurez le faire) vous prévoyez de changer de système d’enseignement prochainement ?

65 -36 = 29 ! Vous imaginez encore au moins 29 ans à tirer ! Et ce que vous avez remarqué là n’est qu’un début… J’pourrais vous en raconter d’avantage si on avait la chance de se côtoyer ! Allez, un bon geste… Dites nous où se cache le blog que vous entretenez avec vos élèves… Si, j’insiste… Avec un peu de recherche, cela me permettra d’aller voir les productions de ceux à qui vous enseignez sur leur blog ou ailleurs… Je pense qu’il y en a quelques-uns qui ne sont pas mauvais !

Ah bon, ce que font les élèves dans leur vie privée n’est pas ce que l’on doit faire à l’école, ce n’est pas un travail digne de l’école ! Moi, j’ai des exemples vivants à la maison et ils ne sont pas encore en Première ! Mais, c’est vrai que parfois pour certains travaux cela devient difficile de leur expliquer que le prof. a trouvé cela nul, alors que des pros. (y’a juste une lettre d’écart entre prof et pro, je n’avais jamais remarqué) trouve cela génial, sans flagornerie…

Faut dire qu’ils ne savent pas qui est l’auteur. Parlant d’auteur, cela me rappelle une petite histoire que j’ai vécue. Nous étions dans un établissement d’enseignement en pleine discussion pour un cours d’enseignement à distance et un vieux prof. (pas vous donc Loys) alors que l’on proposait des contenus d’élèves c’est insurgé…

«Comment, des travaux d’élèves dans le site qui nous représente, vous n’y pensez pas» et d’ajouter, «en plus c’est plein d’erreurs». Les contenus étaient d’un enseignant de l’établissement qui avaient donné les textes aux élèves et que ceux-ci, avec son accord, avaient publié sous leur signature ! Pour le gag, l’enseignant en question était présent lorsque le vieux prof. a dicté sa sentence 🙂 Vous n’êtes pas vieux mais vous, Loys, me faites pensé à ce vieux prof.

La morale de l’histoire

Ceci n’était que le hors-d’œuvre… Plus intéressant selon moi le monceau de populisme que je peux lire dans votre conclusion et votre pseudo morale.

Oui, on recommande aux professeurs d’initier les élèves aux NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) mais trop souvent le problème est que les enseignants digèrent mal cette recommandation…

Je ne m’étendrais pas les recherches demandées aux élèves qui me hérissent. Ils doivent, selon les conseils de l’enseignant, les faire sur Internet alors que l’enseignant lui-même n’a jamais effectué la requête ! Je leur conseillerai plutôt des recherches du type : dans le site, trouvez… Mais, bref, ce n’est pas l’objet de cette réflexion.

Je veux bien que l’on demande aux profs. d’initier les élèves, mais les professeurs sont-ils formés à cela ? Eux-mêmes utilisent-ils correctement le numérique ? J’en doute fort pour la plupart d’entre eux lorsque je les entends parler du droit d’auteur sur Internet ou que je constate l’utilisation des images par exemple… Même l’exception pédagogique ils ne la maîtrisent pas. Je ne dis pas que c’est de leur faute… juste qu’ils ne savent pas.

Souvent, je me demande s’ils en ressentent aussi le besoin. De même l’importance pour eux de l’initiation aux NTIC ! Par exemple, que revêt pour l’enseignant qui arrive en retard à la conférence sur l’identité numérique et qui ne pense qu’à remettre ses élèves dans un « vrai cours » (exemple mentionné dans le billet identité numérique et citoyenneté dans les médias sociaux au collège).

Un prof.qui se la pète plus qu’un élève : minable

C’est vrai, j’en ai un peu marre que l’on méprise toujours les élèves sur ces sujets… et je ne pense pas que contrairement à ce que vous écrivez améliore la situation. Je lis : Avec cette pseudo expérience, «j’ai voulu démontrer aux élèves que les professeurs peuvent parfois maîtriser les nouvelles technologies aussi bien qu’eux, voire mieux qu’eux».

C’est dingue… vous n’évoquez même pas vouloir montrer aux élèves les principes de base des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Y’a que votre petit égo surdimensionné qui compte ! On est en plein délire… le prof qui se vante d’être meilleur que ses élèves ! Et dans Facebook… vous avez combien d’amis ? Plus que vos élèves j’espère ! Ah, non, Facebook c’est privé ! Z’êtes aussi sur Twitter… Faites gaffes, les jeunes l’investissent… Alors, combien de followers ?

Je crois celui qui m’a dit un jour que les enseignants n’étaient jamais sortis de la cours d’école ne se trompait pas, en ce qui vous concerne… Vous êtes un grand gamin… qui fait la nique à ses élèves ! Pour moi, c’est déplorable…

Au passage, l’homme de la rue jusqu’à certains universitaires seraient également tombés dans votre piège… moi, le premier… je sais, je suis stupide !

Et au lieu de dire «les élèves au lycée n’ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres» et leur servitude à l’égard d’internet… j’aurais préféré que vous écriviez : «les élèves au lycée et dans les classes de niveaux inférieurs ne sont pas formés à l’utilisation d’Internet». La servitude que vous évoquez deviendrait alors un atout… mais, vous risqueriez d’être dépassé. Oh excusez- moi, cela c’est écrit tout seul !

Ce qui m’amuse dans la phrase : «en voulant faire entrer le numérique à l’école, on oublie qu’il y est déjà entré depuis longtemps et que, sous sa forme sauvage, il creuse la tombe de l’école républicaine.» Je me demande qui est le sauvage de votre histoire… Celui qui détruit le travail d’autres personnes dans Wikipédia et qui s’en vante me semble le plus sauvage de tous… Devrait même y avoir un droit de police pour saccage volontaire ou destruction d’œuvres collectives à mettre en place. Et, je ne pense pas que dans ce cas ce serait les élèves qui seraient condamnés.

si c’était l’élève qui avait raison ?

Et si après tout, les enseignants n’avait pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique… On peut se poser la question à  la vue de votre exemple. Je ne comprends pas comment un expert du numérique de votre niveau s’abaisse encore à donner du travail de cette manière… Pourquoi l’expert que vous êtes n’a pas encore transformé ses cours pour mettre à profit l’usage d’Internet dans ses cours de lettre ? C’est incompréhensible pour moi !

Mais, non, c’est vrai… vous cherchez à avoir la « plus grosse », c’est vous qui le dite : le prof qui se vante d’être meilleur que ces élèves…

Alors celle-là, elle est facile ! On vous sera reconnaissant à tout jamais d’avoir voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n’est pas nécessairement un contenu validé, ou qu’il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l’imposture intellectuelle. Vous avez fait quoi comme étude pour démontrer cela !

Doit y avoir au bas mot quelques milliers de pages, voire centaines de milliers de pages que Google nous présentent qui sont de ce type ! Et, je vous rassure — mais, t’es bête Eric, Monsieur le sait, c’est un expert ! il le dit lui-même — enfin, je l’écris quand même, vous n’êtes pas le premier à avoir tenté l’expérience (même dans mon blog, il doit y avoir des exemples… j’pense au faux profil d’Alain Juppé) et ce depuis, le début du net (donc, depuis le début des années 90 pour ma part).

Ce qui nous différencie d’ailleurs dans l’expertise, je viens de le trouver… Si vous avez besoin de tenter de prouver que les professeurs peuvent parfois maîtriser les nouvelles technologies aussi bien qu’eux, voire mieux qu’eux, moi j’aime parfois que les jeunes me prouvent qu’ils sont meilleurs que moi dans les nouvelles technologies. Et je peux vous assurer que les générations Z de la maison le font régulièrement, que je demande parfois à mes étudiants de m’expliquer…

Ce n’est pas un hasard si je me présente de plus en plus souvent comme un vieux débutant… et oui, pourtant, j’ai l’impression que beaucoup de monde me considère comme un expert ! Cherchez l’erreur M. l’expert (c’est moi qui vous décerne le titre…)

Le laïus sur l’endossement de la pensée des autres m’afflige… Vous savez mon bon Monsieur, c’était vachement mieux avant. Et puis à la Renaissance y’avait les humanistes… Ça c’était une vraie époque, avec de la réflexion, de la culture… Oui, j’ai mis un lien vers Wikipédia pour vos lycéens 🙂 Désolé, mes encyclopédies sont 2 étages au-dessus et je n’ai pas le droit de faire un scan, droit d’auteur oblige !

C’est vrai à l’époque c’était des hommes, des vrais… d’ailleurs ils pensaient tellement « bien », que par exemple la guerre n’existait même pas chez eux, que, pour les duels, ils ont inventé un code d’honneur (ça c’était exister par soi-même de se battre en duel)…

Désolé, j’emploie le même populisme que vous ! D’ailleurs, je peux vous dire que vos études, votre statut, votre démarche, c’est de la roupie de sansonnet à côté de ce que je faisais pendant mes études… Pour moi, je trouve que ceux de votre génération n’exister plus par eux-mêmes. Oui, 20 ans d’écart environ entre vos études et les miennes…

36 ans aujourd’hui… la vingtaine dans les années 90… ah oui, années 80 : « les années fric » suivi des années sida à l’époque dont on écrit sur les ados : «Suicide, dépression, violence, conduites à risques… dans les années 90, on prend conscience d’un mal-être chez les adolescents.» C’est vrai que c’était moins no-life à l’époque…

Mais, cela m’inquiète… oublier après quelques années et juger les jeunes d’aujourd’hui ? Me demande s’il n’y a pas un fond de jalousie dans tout cela !

Ah, vous êtes réellement incorrigible… «Cette expérience me vaut aujourd’hui une belle réputation dans mon lycée.» Qu’est ce qu’on s’en fout ! Non content d’avoir la plus grosse avec vos élèves, c’est avec vos collègues que vous vous comparez… Oui, vous avez fait la plus grosse connerie dans tout le lycée… On aurait viré un élève pour avoir modifié volontairement une fiche Wikipédia de façon erroné… Vous en tirez un titre de gloire… Pour moi, c’est le monde à l’envers.

Et pour conclure sur vos phrases : pour ma part je ne crois pas du tout à une moralisation possible d’enseignant comme vous et j’espère que mes enfants n’auront jamais un professeur tel que vous semblez vous décrire !

Et, je vous conseille afin de confronter vos dires de venir faire un p’tit tout par exemple à Ludovia… On ne sait jamais, vous pourriez nous convaincre 🙁

Comme il semble impossible de commenter l’article à l’origine de cette réponse, je vous propose de le faire ici !

Mise à jour le 23 à 17 h : Une suite sur le prof. saboteur de Wikipédia qui s’offusque du plagiat : le témoignage de quelqu’un qui a rencontré les élèves.

0 comments for “et si un enseignant n'avait pas la maturité pour tirer profit du numérique

  1. 23 mars 2012 at 12 h 34 min

    je suis heureux que nous partagions le meme avis
    Comme je suis nul en pédagogie, j’ai pourri le web
    http://interim.over-blog.com/article-comme-je-suis-nul-le-en-pedagogie-j-ai-pourri-le-web-102066436.html

  2. 23 mars 2012 at 12 h 34 min

    je suis heureux que nous partagions le meme avis
    Comme je suis nul en pédagogie, j’ai pourri le web
    http://interim.over-blog.com/article-comme-je-suis-nul-le-en-pedagogie-j-ai-pourri-le-web-102066436.html

  3. 23 mars 2012 at 12 h 34 min

    je suis heureux que nous partagions le meme avis
    Comme je suis nul en pédagogie, j’ai pourri le web
    http://interim.over-blog.com/article-comme-je-suis-nul-le-en-pedagogie-j-ai-pourri-le-web-102066436.html

  4. Marico
    23 mars 2012 at 13 h 20 min

    C’est vraiment dommage, ce billet est bourré de fautes.

  5. Marico
    23 mars 2012 at 13 h 20 min

    C’est vraiment dommage, ce billet est bourré de fautes.

  6. E&R
    23 mars 2012 at 13 h 51 min

    « D’autres me décrivent comme un spécialiste des réseaux sociaux ou de Facebook et Flickr. Sans oublier l’un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet, l’homme à tout faire du web (mes autres présences dans la presse) et dans des classements : 50 premiers blogs en France, dans les premiers community manager et les premiers curator (classement Twitter) en France… » (A propos de l’auteur, lien plus haut sur cette page)

    Meilleur spécialiste de la galaxie internet ? xD
    Excuse moi, qui est ce qui se vante d’avoir la plus grosse ?

    Ce prof a juste voulu démontrer que les étudiants d’aujourd’hui n’ont plus aucune patience, plus aucun courage pour travailler un peu d’eux même. C’est vrai, et votre demi cassage ici n’y changera rien.
    Vous avez juste l’air d’un mec aigri/jaloux.

  7. E&R
    23 mars 2012 at 13 h 51 min

    « D’autres me décrivent comme un spécialiste des réseaux sociaux ou de Facebook et Flickr. Sans oublier l’un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet, l’homme à tout faire du web (mes autres présences dans la presse) et dans des classements : 50 premiers blogs en France, dans les premiers community manager et les premiers curator (classement Twitter) en France… » (A propos de l’auteur, lien plus haut sur cette page)

    Meilleur spécialiste de la galaxie internet ? xD
    Excuse moi, qui est ce qui se vante d’avoir la plus grosse ?

    Ce prof a juste voulu démontrer que les étudiants d’aujourd’hui n’ont plus aucune patience, plus aucun courage pour travailler un peu d’eux même. C’est vrai, et votre demi cassage ici n’y changera rien.
    Vous avez juste l’air d’un mec aigri/jaloux.

  8. Klav'
    23 mars 2012 at 13 h 51 min

    La base semblait intéressante, mais c’était une vraie plaie à lire.
    Entre les fautes d’orthographe, les mots qui semblent avoir été oubliés, la ponctuation incohérente, ça n’aide pas beaucoup à avoir de la sympathie pour l’auteur au moment où il hausse le ton dans la deuxième partie du texte…

  9. Klav'
    23 mars 2012 at 13 h 51 min

    La base semblait intéressante, mais c’était une vraie plaie à lire.
    Entre les fautes d’orthographe, les mots qui semblent avoir été oubliés, la ponctuation incohérente, ça n’aide pas beaucoup à avoir de la sympathie pour l’auteur au moment où il hausse le ton dans la deuxième partie du texte…

  10. fvsch
    23 mars 2012 at 14 h 08 min

    Me suis arrêté au premier tiers de ce billet tellement jusque là le propos baignait dans l’imprécision et l’attaque personnelle.

    Il y avait peut-être des arguments intéressants dans ce billet, mais l’agressivité générale (dans le ton, les piques qui émaillent chaque paragraphe ou presque) les rend inaccessibles.

  11. fvsch
    23 mars 2012 at 14 h 08 min

    Me suis arrêté au premier tiers de ce billet tellement jusque là le propos baignait dans l’imprécision et l’attaque personnelle.

    Il y avait peut-être des arguments intéressants dans ce billet, mais l’agressivité générale (dans le ton, les piques qui émaillent chaque paragraphe ou presque) les rend inaccessibles.

  12. fvsch
    23 mars 2012 at 14 h 08 min

    Me suis arrêté au premier tiers de ce billet tellement jusque là le propos baignait dans l’imprécision et l’attaque personnelle.

    Il y avait peut-être des arguments intéressants dans ce billet, mais l’agressivité générale (dans le ton, les piques qui émaillent chaque paragraphe ou presque) les rend inaccessibles.

  13. 23 mars 2012 at 14 h 13 min

    Désolé, mais je ne suis pas d’accord avec ce billet (pour une fois).
    Je trouve que ce professeur avait un but tout à fait pédagogique, cela lui a surement permis d’avoir du bien meilleur travail de la part de ces élèves tout le reste de l’année.
    De plus, il faut être lucide, Internet et les smartphones sont des gros outils de triches et d’amusement pendant et en dehors des cours.

  14. 23 mars 2012 at 14 h 13 min

    Désolé, mais je ne suis pas d’accord avec ce billet (pour une fois).
    Je trouve que ce professeur avait un but tout à fait pédagogique, cela lui a surement permis d’avoir du bien meilleur travail de la part de ces élèves tout le reste de l’année.
    De plus, il faut être lucide, Internet et les smartphones sont des gros outils de triches et d’amusement pendant et en dehors des cours.

  15. fvsch
    23 mars 2012 at 14 h 18 min

    Oh, et on parle partout d’apprendre à utiliser internet comme source d’information, croiser les informations, estimer la fiabilité d’une source. Tout ça c’est très bien, mais l’exercice dont on parle est un commentaire composé, et le commentaire composé est un exercice personnel. Pas personnel au sens où «trouver une information sur internet ou ailleurs c’est mal!», mais personnel au sens où chaque commentaire doit être le reflet non seulement du texte mais aussi de la sensibilité littéraire du commentateur. Il n’y a pas de vrai ou de faux dans cet exercice, juste une capacité à argumenter son point de vue. Le professeur avait bien sûr présenté les attendus de cet exercice particulier au préalable.

    Tout le débat sur l’éducation au Web et à la recherche documentaire est passionnant, mais limite hors-sujet ici.

  16. fvsch
    23 mars 2012 at 14 h 18 min

    Oh, et on parle partout d’apprendre à utiliser internet comme source d’information, croiser les informations, estimer la fiabilité d’une source. Tout ça c’est très bien, mais l’exercice dont on parle est un commentaire composé, et le commentaire composé est un exercice personnel. Pas personnel au sens où «trouver une information sur internet ou ailleurs c’est mal!», mais personnel au sens où chaque commentaire doit être le reflet non seulement du texte mais aussi de la sensibilité littéraire du commentateur. Il n’y a pas de vrai ou de faux dans cet exercice, juste une capacité à argumenter son point de vue. Le professeur avait bien sûr présenté les attendus de cet exercice particulier au préalable.

    Tout le débat sur l’éducation au Web et à la recherche documentaire est passionnant, mais limite hors-sujet ici.

  17. 23 mars 2012 at 14 h 25 min

    Il y a au moins un des deux professeurs qui écrit sans fautes 😉

    L’article sent un peu l’attaque personnel…

    Personnellement, je tiens pour laviemoderne.net

  18. 23 mars 2012 at 14 h 25 min

    Il y a au moins un des deux professeurs qui écrit sans fautes 😉

    L’article sent un peu l’attaque personnel…

    Personnellement, je tiens pour laviemoderne.net

  19. 23 mars 2012 at 14 h 26 min

    Dommage,

    Autant d’aigreur, une prose qui se voudrait incisive mais n’arrive qu’a etre venimeuse, fleurant bon la revanche. Oui mais la revanche sur qui? pour quoi?.

    Certes les méthodes du billet peuvent etre contestées dans un débat calme et argumenté. Mais on en est trés loin.

    Moche.

  20. 23 mars 2012 at 14 h 26 min

    Dommage,

    Autant d’aigreur, une prose qui se voudrait incisive mais n’arrive qu’a etre venimeuse, fleurant bon la revanche. Oui mais la revanche sur qui? pour quoi?.

    Certes les méthodes du billet peuvent etre contestées dans un débat calme et argumenté. Mais on en est trés loin.

    Moche.

  21. Youpy
    23 mars 2012 at 14 h 26 min

    Franchement, quelle médiocrité dans votre réaction…
    Ce professeur a voulu donner une leçon à ses élèves, ce qu’il a fait avec brio et cela les marquera certainement longtemps.
    Dans votre cas, ce n’est que dénigrement, fautes, raccourcis faciles et démonstration de caniveau.
    Il vaut mieux parfois s’abstenir que de s’indigner de n’importe quoi, vous y gagneriez en crédibilité.

  22. Youpy
    23 mars 2012 at 14 h 26 min

    Franchement, quelle médiocrité dans votre réaction…
    Ce professeur a voulu donner une leçon à ses élèves, ce qu’il a fait avec brio et cela les marquera certainement longtemps.
    Dans votre cas, ce n’est que dénigrement, fautes, raccourcis faciles et démonstration de caniveau.
    Il vaut mieux parfois s’abstenir que de s’indigner de n’importe quoi, vous y gagneriez en crédibilité.

  23. 23 mars 2012 at 14 h 44 min

    Bonjour,

    Comme la plupart des autres réactions,
    votre réponse est mal argumentée et très agressive ( le message ne passera pas )

    L’article d’origine à au moins la pertinence de dénoncé un fait de plus en plus avéré : la triche et internet.
    (et que l’éducation national a du mal à appréhender)

    Et moi j’espère que mes enfants auront des instituteurs / professeurs avec autant d’esprit et de clairvoyance.

  24. 23 mars 2012 at 14 h 44 min

    Bonjour,

    Comme la plupart des autres réactions,
    votre réponse est mal argumentée et très agressive ( le message ne passera pas )

    L’article d’origine à au moins la pertinence de dénoncé un fait de plus en plus avéré : la triche et internet.
    (et que l’éducation national a du mal à appréhender)

    Et moi j’espère que mes enfants auront des instituteurs / professeurs avec autant d’esprit et de clairvoyance.

  25. 23 mars 2012 at 15 h 32 min

    amusant pour moi… à chaque fois que je fais une réponse un peu polémiste, les réactions sont toujours les mêmes. j’ai l’impression que vous n’avez rien à avancer comme idée… vous souhaitez juste marquer votre opposition à mon point de vue mais en avançant aucun argument… J’aimerai un réaction par exemple sur le comportement des enseignants qui achètent leurs cours ! c’est juste un point de vue ! quel est le vôtre.
    Pour le côté attaque perso, je ne connaissais ni d’Adam, ni d’Éve ce Monsieur.
    Par contre, fvsch, fait d’avantage avancer le débat… est ce que le commentaire composé a encore sa place dans l’éducation sous sa forme actuelle !
    Sinon, je vous remercie de vos bons conseils… et de m’informer que le message ne passera pas 🙂
    ah oui, pour le « Meilleur spécialiste de la galaxie internet », c’est mal me connaître… sachez que cette qualification me fait sourire… et si vous rechercher dans mes billets, j’explique parfois que les titres d’expert, de spécialiste… ne veulent rien dire. En l’occurrence, cette expression était le titre d’un article dans un journal où j’étais interviewé !

  26. 23 mars 2012 at 15 h 32 min

    amusant pour moi… à chaque fois que je fais une réponse un peu polémiste, les réactions sont toujours les mêmes. j’ai l’impression que vous n’avez rien à avancer comme idée… vous souhaitez juste marquer votre opposition à mon point de vue mais en avançant aucun argument… J’aimerai un réaction par exemple sur le comportement des enseignants qui achètent leurs cours ! c’est juste un point de vue ! quel est le vôtre.
    Pour le côté attaque perso, je ne connaissais ni d’Adam, ni d’Éve ce Monsieur.
    Par contre, fvsch, fait d’avantage avancer le débat… est ce que le commentaire composé a encore sa place dans l’éducation sous sa forme actuelle !
    Sinon, je vous remercie de vos bons conseils… et de m’informer que le message ne passera pas 🙂
    ah oui, pour le « Meilleur spécialiste de la galaxie internet », c’est mal me connaître… sachez que cette qualification me fait sourire… et si vous rechercher dans mes billets, j’explique parfois que les titres d’expert, de spécialiste… ne veulent rien dire. En l’occurrence, cette expression était le titre d’un article dans un journal où j’étais interviewé !

  27. 23 mars 2012 at 15 h 47 min

    Je partage totalement ce point vue… c’est ridicule de modifier en erreur volontairement les ressources partagés… En d’autre terme si la personne modifie le Larousse … le résultat est le même … Je suis contre le plagiat mais pas contre les informations que nous pouvons véhiculer sur le web.

  28. 23 mars 2012 at 15 h 47 min

    Je partage totalement ce point vue… c’est ridicule de modifier en erreur volontairement les ressources partagés… En d’autre terme si la personne modifie le Larousse … le résultat est le même … Je suis contre le plagiat mais pas contre les informations que nous pouvons véhiculer sur le web.

  29. 23 mars 2012 at 15 h 47 min

    Je partage totalement ce point vue… c’est ridicule de modifier en erreur volontairement les ressources partagés… En d’autre terme si la personne modifie le Larousse … le résultat est le même … Je suis contre le plagiat mais pas contre les informations que nous pouvons véhiculer sur le web.

  30. 23 mars 2012 at 17 h 13 min

    Mais bien sur …
     »
    Je partage totalement ce point vue… c’est ridicule de modifier en erreur volontairement les ressources partagés… En d’autre terme si la personne modifie le Larousse … le résultat est le même … Je suis contre le plagiat mais pas contre les informations que nous pouvons véhiculer sur le web. »

    Je confirmes, après votre lecture, essayer de comprendre les mots…
    la personne a volontairement modifié des données sur un sujet que seuls ses étudiants allaient consulter donc la véracité des données n’est pas le theme du débat !

    « j’ai l’impression que vous n’avez rien à avancer comme idée »
    Désolé mais votre pseudo billet ne fait rien avancer au contraire de son expérience qui a le mérite de soulever une problématique à la charge de l’éducation nationale

    Bonne lecture et surtout bonne compréhension !

  31. 23 mars 2012 at 17 h 13 min

    Mais bien sur …
     »
    Je partage totalement ce point vue… c’est ridicule de modifier en erreur volontairement les ressources partagés… En d’autre terme si la personne modifie le Larousse … le résultat est le même … Je suis contre le plagiat mais pas contre les informations que nous pouvons véhiculer sur le web. »

    Je confirmes, après votre lecture, essayer de comprendre les mots…
    la personne a volontairement modifié des données sur un sujet que seuls ses étudiants allaient consulter donc la véracité des données n’est pas le theme du débat !

    « j’ai l’impression que vous n’avez rien à avancer comme idée »
    Désolé mais votre pseudo billet ne fait rien avancer au contraire de son expérience qui a le mérite de soulever une problématique à la charge de l’éducation nationale

    Bonne lecture et surtout bonne compréhension !

  32. 23 mars 2012 at 17 h 38 min

    « un sujet que seuls ses étudiants allaient consulter » c’est totalement faux… Car la page Charles de Vion d’Alibray a été modifiée avec des informations fausses uniquement dans l’objectif de tromper TOUS les lecteurs … bref.

  33. 23 mars 2012 at 17 h 38 min

    « un sujet que seuls ses étudiants allaient consulter » c’est totalement faux… Car la page Charles de Vion d’Alibray a été modifiée avec des informations fausses uniquement dans l’objectif de tromper TOUS les lecteurs … bref.

  34. Jennifer Carmichael
    23 mars 2012 at 17 h 48 min

    Je suis bien dégoutée de voir que pour vous il est plus grave de faire des fautes d’orthographes dans un article (écrit sous le coup de la colére que de saboter wikipédia.

    De toute façon se prof n’a rien inventé : le plagiat a toujours existé, internet l’encourage pas plus qu’avant; par exemple, faire sous traiter son travail (faire faire son DM par un pote) existe depuis la nuit des temps…
    Je me demande bien comment Loys a pu passé pour un « héros » pour ces collègues

    Internet offre comme tout nouvel outil de bonnes comme de mauvaises possibilités et la responsabilités de l’enseignant était de montrer aux élèves comment en tirer le meilleur profit au lieu de faire du sabotage sur wikipédia…

  35. Jennifer Carmichael
    23 mars 2012 at 17 h 48 min

    Je suis bien dégoutée de voir que pour vous il est plus grave de faire des fautes d’orthographes dans un article (écrit sous le coup de la colére que de saboter wikipédia.

    De toute façon se prof n’a rien inventé : le plagiat a toujours existé, internet l’encourage pas plus qu’avant; par exemple, faire sous traiter son travail (faire faire son DM par un pote) existe depuis la nuit des temps…
    Je me demande bien comment Loys a pu passé pour un « héros » pour ces collègues

    Internet offre comme tout nouvel outil de bonnes comme de mauvaises possibilités et la responsabilités de l’enseignant était de montrer aux élèves comment en tirer le meilleur profit au lieu de faire du sabotage sur wikipédia…

  36. Jennifer Carmichael
    23 mars 2012 at 17 h 48 min

    Je suis bien dégoutée de voir que pour vous il est plus grave de faire des fautes d’orthographes dans un article (écrit sous le coup de la colére que de saboter wikipédia.

    De toute façon se prof n’a rien inventé : le plagiat a toujours existé, internet l’encourage pas plus qu’avant; par exemple, faire sous traiter son travail (faire faire son DM par un pote) existe depuis la nuit des temps…
    Je me demande bien comment Loys a pu passé pour un « héros » pour ces collègues

    Internet offre comme tout nouvel outil de bonnes comme de mauvaises possibilités et la responsabilités de l’enseignant était de montrer aux élèves comment en tirer le meilleur profit au lieu de faire du sabotage sur wikipédia…

  37. Jennifer Carmichael
    23 mars 2012 at 17 h 48 min

    Je suis bien dégoutée de voir que pour vous il est plus grave de faire des fautes d’orthographes dans un article (écrit sous le coup de la colére que de saboter wikipédia.

    De toute façon se prof n’a rien inventé : le plagiat a toujours existé, internet l’encourage pas plus qu’avant; par exemple, faire sous traiter son travail (faire faire son DM par un pote) existe depuis la nuit des temps…
    Je me demande bien comment il a pu passé pour un « héros » pour ces collègues

    Internet offre comme tout nouvel outil de bonnes comme de mauvaises possibilités et la responsabilités de l’enseignant était de montrer aux élèves comment en tirer le meilleur profit au lieu de faire du sabotage sur wikipédia…

  38. Jennifer Carmichael
    23 mars 2012 at 17 h 48 min

    Je suis bien dégoutée de voir que pour vous il est plus grave de faire des fautes d’orthographes dans un article (écrit sous le coup de la colére que de saboter wikipédia.

    De toute façon se prof n’a rien inventé : le plagiat a toujours existé, internet l’encourage pas plus qu’avant; par exemple, faire sous traiter son travail (faire faire son DM par un pote) existe depuis la nuit des temps…
    Je me demande bien comment il a pu passé pour un « héros » pour ces collègues

    Internet offre comme tout nouvel outil de bonnes comme de mauvaises possibilités et la responsabilités de l’enseignant était de montrer aux élèves comment en tirer le meilleur profit au lieu de faire du sabotage sur wikipédia…

  39. 23 mars 2012 at 18 h 40 min

    La responsabilité de l’enseignant aurait été d’accompagner les élèves dans leurs recherches d’informations, recouper les sources, les analyser et les inciter à ne pas recopier bêtement (sujet-réponse sans acheminement et réflexion personnelle).

    Ne devrait-on pas faire en classe l’apprentissage du copié-collé ? Deux sources suivantes qui soulèvent la question.

    http://www.franceculture.fr/emission-tire-ta-langue-le-plagiat-a-la-loupe-2012-03-18

    +

    « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire » : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00344161/en/

  40. 23 mars 2012 at 18 h 40 min

    La responsabilité de l’enseignant aurait été d’accompagner les élèves dans leurs recherches d’informations, recouper les sources, les analyser et les inciter à ne pas recopier bêtement (sujet-réponse sans acheminement et réflexion personnelle).

    Ne devrait-on pas faire en classe l’apprentissage du copié-collé ? Deux sources suivantes qui soulèvent la question.

    http://www.franceculture.fr/emission-tire-ta-langue-le-plagiat-a-la-loupe-2012-03-18

    +

    « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire » : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00344161/en/

  41. Axel
    23 mars 2012 at 18 h 58 min

    Je ne réagit pas souvent, mais j’ai découvert cet article sur le WEB et j’ai été très surpris de le voir tant partagé.

    Un enseignant avec une certaine crédibilité au moins légitimité, à montré qu’en manipulant de l’information (très spécifique au passage) on pouvait tromper des gens…Est-ce nouveau ?

    Cette même personne a soulevé le fait que l’information sur le trouvé sur le Web pouvait être fausse ? Est-ce nouveau ?

    Cette partie est un peu dure, mais il ne me semble toujours factuel, cette même personne à exploiter les faiblesses des gens sous son influence pour tenter (selon son dire) de les éduquer. Rien ne nous interdit de penser qu’il ne s’agissait pas d’un jeu ou d’une revanche (<=Difficile à dire) ? Mais dans l'un ou l'autre des cas est-ce nouveau ?

    Qu'en ont pensé les élèves, personnellement je n'en sais rien, vos avis n'auraient au pire que de valeur spéculatives dans un sens ou dans l'autre au mieux une valeur partielle.

    Certain argumenterons que la manipulation (car c'est ainsi que cela s'appelle (cf. le Larousse) peut être éducative : je ne rentrerai pas dans le débat…elle a surtout un effet c'est la rupture de confiance puiqu'il y a tromperie.

    En tant qu'élève, j'avais beaucoup d'admiration pour ce genre de prof., je les trouvais vraiment trop malin…noter que je n'avais pas spécialement envie d'apprendre plus ou que j'avais confiance, je ne me posais pas ces questions…mais j'avais envie de leur ressembler, tromper les gens…

    En tant que lecteur du web, je suis irrité que des gens utilisent leur culture et leur intelligence pour détruire l'information plutôt que de la construire…même si le sujet en question n'est pas dans mes cibles à court terme.

    En tant que pédagogue, je me dis qu'il aurait été aussi simple de mettre en évidence leur plagiat et les erreurs que cela engendre. Il aurait pu être instructif de rechercher des erreurs sur le Web sur des sujets plutôt au programme…par exemple ou bien comparer des articles ? Voire même de valoriser leur sensibilité sur ces sujets…

    En tant que parent, je me pose la question des méthodes pédagogiques de certains enseignants et de leur réels objectifs ? Je ne fais là aucune généralité les individus sont tous différents.

    En tant qu'animal social, je me rends compte que beaucoup de mes amis sont restés des élèves. Mais Est-ce nouveau ? 🙂

  42. Axel
    23 mars 2012 at 18 h 58 min

    Je ne réagit pas souvent, mais j’ai découvert cet article sur le WEB et j’ai été très surpris de le voir tant partagé.

    Un enseignant avec une certaine crédibilité au moins légitimité, à montré qu’en manipulant de l’information (très spécifique au passage) on pouvait tromper des gens…Est-ce nouveau ?

    Cette même personne a soulevé le fait que l’information sur le trouvé sur le Web pouvait être fausse ? Est-ce nouveau ?

    Cette partie est un peu dure, mais il ne me semble toujours factuel, cette même personne à exploiter les faiblesses des gens sous son influence pour tenter (selon son dire) de les éduquer. Rien ne nous interdit de penser qu’il ne s’agissait pas d’un jeu ou d’une revanche (<=Difficile à dire) ? Mais dans l'un ou l'autre des cas est-ce nouveau ?

    Qu'en ont pensé les élèves, personnellement je n'en sais rien, vos avis n'auraient au pire que de valeur spéculatives dans un sens ou dans l'autre au mieux une valeur partielle.

    Certain argumenterons que la manipulation (car c'est ainsi que cela s'appelle (cf. le Larousse) peut être éducative : je ne rentrerai pas dans le débat…elle a surtout un effet c'est la rupture de confiance puiqu'il y a tromperie.

    En tant qu'élève, j'avais beaucoup d'admiration pour ce genre de prof., je les trouvais vraiment trop malin…noter que je n'avais pas spécialement envie d'apprendre plus ou que j'avais confiance, je ne me posais pas ces questions…mais j'avais envie de leur ressembler, tromper les gens…

    En tant que lecteur du web, je suis irrité que des gens utilisent leur culture et leur intelligence pour détruire l'information plutôt que de la construire…même si le sujet en question n'est pas dans mes cibles à court terme.

    En tant que pédagogue, je me dis qu'il aurait été aussi simple de mettre en évidence leur plagiat et les erreurs que cela engendre. Il aurait pu être instructif de rechercher des erreurs sur le Web sur des sujets plutôt au programme…par exemple ou bien comparer des articles ? Voire même de valoriser leur sensibilité sur ces sujets…

    En tant que parent, je me pose la question des méthodes pédagogiques de certains enseignants et de leur réels objectifs ? Je ne fais là aucune généralité les individus sont tous différents.

    En tant qu'animal social, je me rends compte que beaucoup de mes amis sont restés des élèves. Mais Est-ce nouveau ? 🙂

  43. Axel
    23 mars 2012 at 18 h 58 min

    Désolé pour les fautes…je comprends que cela peut déranger…

  44. Axel
    23 mars 2012 at 18 h 58 min

    Désolé pour les fautes…je comprends que cela peut déranger…

  45. 23 mars 2012 at 19 h 07 min

    Ne devrait-on pas faire un apprentissage du copier-coller en classe ?

    Deux sources qui soulèvent la question.

    http://www.franceculture.fr/emission-tire-ta-langue-le-plagiat-a-la-loupe-2012-03-18

    + « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire » : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00344161/en/

  46. 23 mars 2012 at 19 h 07 min

    Ne devrait-on pas faire un apprentissage du copier-coller en classe ?

    Deux sources qui soulèvent la question.

    http://www.franceculture.fr/emission-tire-ta-langue-le-plagiat-a-la-loupe-2012-03-18

    + « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire » : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00344161/en/

  47. 24 mars 2012 at 7 h 29 min

    Bonjour,

    Pourquoi ne pas avoir commenté directement sur le site du professeur avec lequel vous vous sentez tellement en décalage ? Votre dernière phrase « Comme il semble impossible de commenter l’article à l’origine de cette réponse, je vous propose de le faire ici ! » est infondée puisqu’il existe bel et bien un forum dédié à l’article « comment j’ai pourri le web », à l’adresse http://www.laviemoderne.net/forum.html

  48. 24 mars 2012 at 7 h 29 min

    Bonjour,

    Pourquoi ne pas avoir commenté directement sur le site du professeur avec lequel vous vous sentez tellement en décalage ? Votre dernière phrase « Comme il semble impossible de commenter l’article à l’origine de cette réponse, je vous propose de le faire ici ! » est infondée puisqu’il existe bel et bien un forum dédié à l’article « comment j’ai pourri le web », à l’adresse http://www.laviemoderne.net/forum.html

  49. duport
    24 mars 2012 at 11 h 54 min

    Bonjour Eric,

    ça sent l’énervement ton billet. Je comprend bien pourquoi, mais on peut mettre un bémol à tout cela. Les profs qui essaient de pourrir le web apprennent sans le savoir à la culture numérique. C’est un vrai paradoxe qui va pendre du temps parce que la prochaine étape sera de construire des exercices et devoirs avec le web. C’est là un vrai changement de paradigme.
    Posons l’hypothèse suivante… Je comprend que mes élèves font des copier/coller sans intérêt. Je pourris le web pour montrer que je suis le plus fort et que je comprend comment fonctionne le web. Un peu léger, mais quelle est l’étape suivante ?
    Soit il s’enferme dans l’imprimé comme unique support de diffusion. L’encyclopédie Britanicus vient d’arrêter la version « papier » et les autres suivent la danse. Les oeuvres manuscrites ont perduré jusqu’au XIXeme siècle face à l’imprimé décadent. C’est une question de temps, les profs récalcitrants viendront au web…
    Soit, après digestion, ils s’intéressent réélement au sujet et essaient d’inventer une pédagogie de l’extrême. Exercice sur table avec google et veille collective pour rédaction d’un dossier collectif dans un temps restreint nécessitant de la coordination de groupe, de la mise en place d’intelligence distribue, etc; C’est-à-dire de la complexité et on bascule dans un autre monde… Comme lors de l’introduction de la machine à calculer dans les années 70 où les exercices nécessitaient l’utilisation de cette prothèse. On va y arriver.
    Pour le moment, c’est des postures réactives; on abandonne pas facilement ses premiers amours « papier » dans la corbeille de l’humanité. Mais ils vont devoir apprendre à apprendre autrement. Cela prendra jsute du temps.
    Enfin sur les commentaires. Je suis dyslexique. Je fais régulièrement des fautes mais j’apprend à mieux écrire grâce au web et à la technologie parce qu’elle me permet de comprendre mes erreurs grâce aux feed-back. Apprendre à s’améliorer de pairs à pairs est extrêmement enrichissant.
    Eric, on se calme et on propose aux profs récalcitrants une journée de l’extrême où il sera possible d’échanger et d’inventer de nouveaux modèles où les profs et les élèves pourront retrouver leurs valeurs et une vision commune partagée. Chiche ?

  50. duport
    24 mars 2012 at 11 h 54 min

    Bonjour Eric,

    ça sent l’énervement ton billet. Je comprend bien pourquoi, mais on peut mettre un bémol à tout cela. Les profs qui essaient de pourrir le web apprennent sans le savoir à la culture numérique. C’est un vrai paradoxe qui va pendre du temps parce que la prochaine étape sera de construire des exercices et devoirs avec le web. C’est là un vrai changement de paradigme.
    Posons l’hypothèse suivante… Je comprend que mes élèves font des copier/coller sans intérêt. Je pourris le web pour montrer que je suis le plus fort et que je comprend comment fonctionne le web. Un peu léger, mais quelle est l’étape suivante ?
    Soit il s’enferme dans l’imprimé comme unique support de diffusion. L’encyclopédie Britanicus vient d’arrêter la version « papier » et les autres suivent la danse. Les oeuvres manuscrites ont perduré jusqu’au XIXeme siècle face à l’imprimé décadent. C’est une question de temps, les profs récalcitrants viendront au web…
    Soit, après digestion, ils s’intéressent réélement au sujet et essaient d’inventer une pédagogie de l’extrême. Exercice sur table avec google et veille collective pour rédaction d’un dossier collectif dans un temps restreint nécessitant de la coordination de groupe, de la mise en place d’intelligence distribue, etc; C’est-à-dire de la complexité et on bascule dans un autre monde… Comme lors de l’introduction de la machine à calculer dans les années 70 où les exercices nécessitaient l’utilisation de cette prothèse. On va y arriver.
    Pour le moment, c’est des postures réactives; on abandonne pas facilement ses premiers amours « papier » dans la corbeille de l’humanité. Mais ils vont devoir apprendre à apprendre autrement. Cela prendra jsute du temps.
    Enfin sur les commentaires. Je suis dyslexique. Je fais régulièrement des fautes mais j’apprend à mieux écrire grâce au web et à la technologie parce qu’elle me permet de comprendre mes erreurs grâce aux feed-back. Apprendre à s’améliorer de pairs à pairs est extrêmement enrichissant.
    Eric, on se calme et on propose aux profs récalcitrants une journée de l’extrême où il sera possible d’échanger et d’inventer de nouveaux modèles où les profs et les élèves pourront retrouver leurs valeurs et une vision commune partagée. Chiche ?

  51. 24 mars 2012 at 15 h 20 min

    @Esprit critique : je n’ai pas commenté sur le site concerné car il n’est pas possible de le faire sur l’article lui-même et, c’est vrai, je n’avais pas remarqué le forum. De plus, lorsque je dois faire une réponse longue, je préfère employer mon blog ! Je n’ai pas été posté d’infos concernant la publication de mes billets dans ce forum, ni dans d’autres, hormis dans des groupes Linkedin… Certains l’on peut-être fait à ma place 😉 mais il m’est déjà assez difficile de « suivre » les évolutions et commentaires de mes propres billets pour ne pas aller me disperser sur d’autres sites.
    @François je confirme : je suis énervé par de tels comportements, pire je suis colère 🙂 Cela fait pas mal d’années que toi comme moi essayons de faire passer un message opposé. Lors des conférences, nous avons a répondre à ce genre de question sur le copier-coller, etc. Cela ne me dérange pas. On peut s’expliquer dans le calme. Mais, là, je trouve un peu gros que l’on commence par se vanter de pourrir le web, de ne pas respecter le travail des autres, de ne trouver que comme moyen intéressant de piéger ses élèves via le World Wide Web… et pour finir de conclure sur des « morales », excuse du peu… où l’on se demande qui est le plus gamin et aux verdicts erronés (selon moi). Ma conclusion serait plutôt : combien de temps cela va encore durer ? J’espère ne pas rester un évangélisateur pour ce qu’il me reste à vivre 🙂
    Évidemment, je suis du même avis que toi sur ton analyse… mais ce genre d’article a un effet dévastateur sur la « masse ». Dans un an ou 2, je suis persuadé que l’on nous ressortira cette expérience malheureuse. Le temps que nous prendrons pour expliquer les erreurs, la démarche négative, etc. est du temps perdu à d’autres avancées ! C’est aussi pour cela que je réagis.
    Et, je me suis également posé la question. J’ai l’impression que l’auteur de l’article en question… maitrise effectivement très bien internet. Et, je ne m’explique pas, mais peut-être pourra t-il le faire, pourquoi il n’utilise pas mieux ses compétences. Je suis a peu près certains qu’il est capable de faire de grandes choses dans le domaine (il le fait peut-être d’ailleurs malgrés son article. Va savoir 😉
    Nous sommes également sur la même longueur d’onde François… puisque je propose à notre auteur de venir échanger avec nous lors de Ludovia ou dans d’autres circonstances. Je suis prêt à débattre… sans agressivité, même si je ne pourrais m’empêche de faire un peu de provoc. comme on le dit souvent 😉
    Dernier point, sur les fautes d’orthographes… Cette réaction depuis l’origine du blog est pour moi un révélateur… généralement, c’est le type de réactions sur les articles qui dérangent ! Ces lecteurs que je dérange n’apportent rien au débat… mais comme ils sont opposés à mes idées, c’est beaucoup plus simple pour eux de réagir en brandissant l’orthographe, ainsi aucune avancée n’est possible !

  52. 24 mars 2012 at 15 h 20 min

    @Esprit critique : je n’ai pas commenté sur le site concerné car il n’est pas possible de le faire sur l’article lui-même et, c’est vrai, je n’avais pas remarqué le forum. De plus, lorsque je dois faire une réponse longue, je préfère employer mon blog ! Je n’ai pas été posté d’infos concernant la publication de mes billets dans ce forum, ni dans d’autres, hormis dans des groupes Linkedin… Certains l’on peut-être fait à ma place 😉 mais il m’est déjà assez difficile de « suivre » les évolutions et commentaires de mes propres billets pour ne pas aller me disperser sur d’autres sites.
    @François je confirme : je suis énervé par de tels comportements, pire je suis colère 🙂 Cela fait pas mal d’années que toi comme moi essayons de faire passer un message opposé. Lors des conférences, nous avons a répondre à ce genre de question sur le copier-coller, etc. Cela ne me dérange pas. On peut s’expliquer dans le calme. Mais, là, je trouve un peu gros que l’on commence par se vanter de pourrir le web, de ne pas respecter le travail des autres, de ne trouver que comme moyen intéressant de piéger ses élèves via le World Wide Web… et pour finir de conclure sur des « morales », excuse du peu… où l’on se demande qui est le plus gamin et aux verdicts erronés (selon moi). Ma conclusion serait plutôt : combien de temps cela va encore durer ? J’espère ne pas rester un évangélisateur pour ce qu’il me reste à vivre 🙂
    Évidemment, je suis du même avis que toi sur ton analyse… mais ce genre d’article a un effet dévastateur sur la « masse ». Dans un an ou 2, je suis persuadé que l’on nous ressortira cette expérience malheureuse. Le temps que nous prendrons pour expliquer les erreurs, la démarche négative, etc. est du temps perdu à d’autres avancées ! C’est aussi pour cela que je réagis.
    Et, je me suis également posé la question. J’ai l’impression que l’auteur de l’article en question… maitrise effectivement très bien internet. Et, je ne m’explique pas, mais peut-être pourra t-il le faire, pourquoi il n’utilise pas mieux ses compétences. Je suis a peu près certains qu’il est capable de faire de grandes choses dans le domaine (il le fait peut-être d’ailleurs malgrés son article. Va savoir 😉
    Nous sommes également sur la même longueur d’onde François… puisque je propose à notre auteur de venir échanger avec nous lors de Ludovia ou dans d’autres circonstances. Je suis prêt à débattre… sans agressivité, même si je ne pourrais m’empêche de faire un peu de provoc. comme on le dit souvent 😉
    Dernier point, sur les fautes d’orthographes… Cette réaction depuis l’origine du blog est pour moi un révélateur… généralement, c’est le type de réactions sur les articles qui dérangent ! Ces lecteurs que je dérange n’apportent rien au débat… mais comme ils sont opposés à mes idées, c’est beaucoup plus simple pour eux de réagir en brandissant l’orthographe, ainsi aucune avancée n’est possible !

  53. Stephane
    25 mars 2012 at 10 h 27 min

    Ce type d’une part ne ‘maitrise’ pas internet:cette experience a deja ete vue et rerevue.
    Du fait que cette experience n’est justement pas nouvelle, les outils informatiques existent pour trouver les plagiats et autres copier coller. (et visiblement il etait pas foutu les connaitre).

    Bref ce type represente le pire de l’education nationale, le bon vieux reac incompetent qui ne sort pas de sa salle de classe pour voir comment fonctionne le monde.

  54. Stephane
    25 mars 2012 at 10 h 27 min

    Ce type d’une part ne ‘maitrise’ pas internet:cette experience a deja ete vue et rerevue.
    Du fait que cette experience n’est justement pas nouvelle, les outils informatiques existent pour trouver les plagiats et autres copier coller. (et visiblement il etait pas foutu les connaitre).

    Bref ce type represente le pire de l’education nationale, le bon vieux reac incompetent qui ne sort pas de sa salle de classe pour voir comment fonctionne le monde.

  55. Antoine Laquestion
    25 mars 2012 at 11 h 50 min

    Quelle agressivité…

    Vous avez une vision assez étriqué de la « culture numérique ». Les faux, les canulars, les plagiats en font partie, et ce professeur est totalement dans son rôle lorsqu’il donne à ses élèves les clefs pour être juges par eux-mêmes. L’esprit critique est encore plus nécessaire sur Internet, le canular était donc salutaire.

    Le seul argument recevable est celui du sabotage de la page Wikipedia. Mais il me semble assez dérisoire, et ne justifie en rien le ton méprisant et insultant de ce billet.

  56. Antoine Laquestion
    25 mars 2012 at 11 h 50 min

    Quelle agressivité…

    Vous avez une vision assez étriqué de la « culture numérique ». Les faux, les canulars, les plagiats en font partie, et ce professeur est totalement dans son rôle lorsqu’il donne à ses élèves les clefs pour être juges par eux-mêmes. L’esprit critique est encore plus nécessaire sur Internet, le canular était donc salutaire.

    Le seul argument recevable est celui du sabotage de la page Wikipedia. Mais il me semble assez dérisoire, et ne justifie en rien le ton méprisant et insultant de ce billet.

  57. 25 mars 2012 at 12 h 28 min

    L’avantage d’Internet et des outils numériques, c’est qu’il est bien plus facile qu’avant de détecter un plagiat.

    Une autre réaction intéressante, sur l’hypocrisie de l’école : http://damienbabet.com/contrebande/?p=511

    Il y a d’autres articles signalés là : http://id-libre.org/shaarli/?searchtags=p%C3%A9dagogie dont ceux qui mènent chez @cyrbone

  58. 25 mars 2012 at 12 h 28 min

    L’avantage d’Internet et des outils numériques, c’est qu’il est bien plus facile qu’avant de détecter un plagiat.

    Une autre réaction intéressante, sur l’hypocrisie de l’école : http://damienbabet.com/contrebande/?p=511

    Il y a d’autres articles signalés là : http://id-libre.org/shaarli/?searchtags=p%C3%A9dagogie dont ceux qui mènent chez @cyrbone

  59. AnOs
    25 mars 2012 at 14 h 40 min

    Bonjour,
    Je trouve votre article très agressif.

    Si j’ai bien compris, seul le fait de modifier wikipedia en vue de tromper les élèves vous dérange.

    Je peux comprendre que la méthode dérange. En aucun cas, je peux accepter les « attaques personnelles », les « comparaisons sociales » (« tout le monde le fait », « c’est pas mieux chez l’autre ») etc.

    Sa méthode est critiquable. J’espère que le résultat était là.

    Je pense personnellement que sa conclusion (un peu brutale sur le paradoxe) vous a fait réagir.

    Certes, peut-être qu’un vrai échange d’idées pourra se produire sur l’intégration du web dans l’éducation. Mais pour l’instant :

    Fait 1. Certains élèves auraient utilisés le web pour « copier-collé » des réponses.
    Fait 2. Certaines élèves auraient achetés des corrigés.
    Fait 3. Ce professeur est parti d’un constat du plagiat, et a établi une méthode qui a produit un résultat. Manipulation, tromperie était au goût du jour.

    Interprétation 1. Mise en avant de soi. Supériorité enseignant/élève ? Si c’est son intention cachée, était-ce celle de sa méthode ? Je pourrais établir un profil psychologique de ce professeur mais je m’éloignerais du « débat » plus intéressant.

    Interprétation 2. Les ressentis. Humiliation, honte ? Qui n’a pas honte d’avoir été pris la main dans le sac. là encore, ce sont des spéculations.

    Interprétation 3. Le « débat ». Finalement, que retenir de cette expérience ? Quelles idées proposées sur quels thèmes ?

    Là est la question.

    Merci,

  60. AnOs
    25 mars 2012 at 14 h 40 min

    Bonjour,
    Je trouve votre article très agressif.

    Si j’ai bien compris, seul le fait de modifier wikipedia en vue de tromper les élèves vous dérange.

    Je peux comprendre que la méthode dérange. En aucun cas, je peux accepter les « attaques personnelles », les « comparaisons sociales » (« tout le monde le fait », « c’est pas mieux chez l’autre ») etc.

    Sa méthode est critiquable. J’espère que le résultat était là.

    Je pense personnellement que sa conclusion (un peu brutale sur le paradoxe) vous a fait réagir.

    Certes, peut-être qu’un vrai échange d’idées pourra se produire sur l’intégration du web dans l’éducation. Mais pour l’instant :

    Fait 1. Certains élèves auraient utilisés le web pour « copier-collé » des réponses.
    Fait 2. Certaines élèves auraient achetés des corrigés.
    Fait 3. Ce professeur est parti d’un constat du plagiat, et a établi une méthode qui a produit un résultat. Manipulation, tromperie était au goût du jour.

    Interprétation 1. Mise en avant de soi. Supériorité enseignant/élève ? Si c’est son intention cachée, était-ce celle de sa méthode ? Je pourrais établir un profil psychologique de ce professeur mais je m’éloignerais du « débat » plus intéressant.

    Interprétation 2. Les ressentis. Humiliation, honte ? Qui n’a pas honte d’avoir été pris la main dans le sac. là encore, ce sont des spéculations.

    Interprétation 3. Le « débat ». Finalement, que retenir de cette expérience ? Quelles idées proposées sur quels thèmes ?

    Là est la question.

    Merci,

  61. brazz
    26 mars 2012 at 11 h 01 min

    Madame,
    Votre article, trouvé après les déchaînements de bêtise corporatives que j’ai pu lire ici et là, m’a rassuré tout de même sur l’Ecole de la République.
    En effet c’est uniquement de cela qu’il s’agit, de l’abus d’autorité d’un enseignant qui tente -maladroitement- de piéger ses élèves et veut nous en faire partager sa joie.
    Cette affirmation peut surprendre, cependant à aucun moment dans son article je ne trouve l’indication du rôle de pédagogue qui aurait pu être à cette occasion, pourquoi pas, un véritable cours sur l’autonomisation et l’esprit critique, par exemple en disséquant journaux, revues, télé, livres, et faire toucher du doigt tous les dangers, toutes les dérives et las manipulations.
    Quand on aborde ces thèmes, les élèves sont incontestablement plus passionnés et motivés que lorsqu’ils « planchent » sur la poésie baroque !
    Cette opposition est celle de l’École et de l’Éducation.
    Vous avez entièrement raison au sujet de ce mauvais professeur qui me fait tout à fait penser à ceux que ma génération appelait les mandarins.
    Brillants dans leur étroit savoir mais tout aussi ignares dans une multitude d’autres, ils se campent dans la posture du Sachant pour écraser les Apprenants incapables d’accéder à la Connaissance. En oubliant que c’est le coeur de leur métier, qu’on en les paie que pour éduquer c’est à dire faire accéder les enfants à une vie responsable et éclairée.
    Certes on peut objecter une grande paresse des élèves, mais il ne me souvient pas que nous ayons été particulièrement brillants de ce côté dans les années 50/60 ce qui ne nous a pas empêché d’avancer justement grace à des idées et des réflexes enseignés par nos professeurs.
    Dans l’article de ce monsieur, transparaît aussi la facilité à la mode -bien française- dans certains milieux de critiquer dédaigneusement Wikipedia, tout en se gardant bien de ne jamais y collaborer en écrivant ou corrigeant des articles!
    Attitude rabougrie qui montre bien la peur, la peur de voir se perdre des avantages et des privilèges, la peur reposant sur un total contresens sur leur métier qui est celui de pédagogues et non d’encyclopédistes ambulants.

  62. brazz
    26 mars 2012 at 11 h 01 min

    Madame,
    Votre article, trouvé après les déchaînements de bêtise corporatives que j’ai pu lire ici et là, m’a rassuré tout de même sur l’Ecole de la République.
    En effet c’est uniquement de cela qu’il s’agit, de l’abus d’autorité d’un enseignant qui tente -maladroitement- de piéger ses élèves et veut nous en faire partager sa joie.
    Cette affirmation peut surprendre, cependant à aucun moment dans son article je ne trouve l’indication du rôle de pédagogue qui aurait pu être à cette occasion, pourquoi pas, un véritable cours sur l’autonomisation et l’esprit critique, par exemple en disséquant journaux, revues, télé, livres, et faire toucher du doigt tous les dangers, toutes les dérives et las manipulations.
    Quand on aborde ces thèmes, les élèves sont incontestablement plus passionnés et motivés que lorsqu’ils « planchent » sur la poésie baroque !
    Cette opposition est celle de l’École et de l’Éducation.
    Vous avez entièrement raison au sujet de ce mauvais professeur qui me fait tout à fait penser à ceux que ma génération appelait les mandarins.
    Brillants dans leur étroit savoir mais tout aussi ignares dans une multitude d’autres, ils se campent dans la posture du Sachant pour écraser les Apprenants incapables d’accéder à la Connaissance. En oubliant que c’est le coeur de leur métier, qu’on en les paie que pour éduquer c’est à dire faire accéder les enfants à une vie responsable et éclairée.
    Certes on peut objecter une grande paresse des élèves, mais il ne me souvient pas que nous ayons été particulièrement brillants de ce côté dans les années 50/60 ce qui ne nous a pas empêché d’avancer justement grace à des idées et des réflexes enseignés par nos professeurs.
    Dans l’article de ce monsieur, transparaît aussi la facilité à la mode -bien française- dans certains milieux de critiquer dédaigneusement Wikipedia, tout en se gardant bien de ne jamais y collaborer en écrivant ou corrigeant des articles!
    Attitude rabougrie qui montre bien la peur, la peur de voir se perdre des avantages et des privilèges, la peur reposant sur un total contresens sur leur métier qui est celui de pédagogues et non d’encyclopédistes ambulants.

  63. mézigues
    26 mars 2012 at 12 h 52 min

    Merci de ce très bon article. Merci aussi pour l’énervement, je partage la même colère. L’école restera toujours l’école.

  64. mézigues
    26 mars 2012 at 12 h 52 min

    Merci de ce très bon article. Merci aussi pour l’énervement, je partage la même colère. L’école restera toujours l’école.

  65. Stephanie
    28 mars 2012 at 8 h 12 min

    Ce qu’on apprend à l’école en premier, tous les jours, même san s’en rendre compte, ce sont des nouveaux mots. Savez-vous à quoi servent ces nouveaux mots ?
    A étoffer des nouvelles idées. Sans mot à son vocabulaire, il est impossible de construire des idées claires et bien construites.
    Votre billet montre que vous n’avez guère plus de 500 mots à votre vocabulaire. Je dirais même 300 puisque lorsque l’on ne sait pas écrire un mot correctement, on ne peux non plus prétendre en comprendre le sens exacte. Avec 300 mots, les idées ne volent pas très haut, forcément.
    Alors consultez votre web que vous vénérez tant et sur lequel vous n’avez aucune critique à formuler (ce n’est pas parce que l’on critique que l’on aime pas, mais c’est parce que l’on critique que l’on est indépendant), pour apprendre de nouveaux mots. Plein plein plein de nouveaux mots. Vérifiez-en l’orthographe sur un dictionnaire, laisser mijoter 10 ans, et seulement après, pas avant surtout, reprenez vos publications.
    D’ici là je file.

  66. Stephanie
    28 mars 2012 at 8 h 12 min

    Ce qu’on apprend à l’école en premier, tous les jours, même san s’en rendre compte, ce sont des nouveaux mots. Savez-vous à quoi servent ces nouveaux mots ?
    A étoffer des nouvelles idées. Sans mot à son vocabulaire, il est impossible de construire des idées claires et bien construites.
    Votre billet montre que vous n’avez guère plus de 500 mots à votre vocabulaire. Je dirais même 300 puisque lorsque l’on ne sait pas écrire un mot correctement, on ne peux non plus prétendre en comprendre le sens exacte. Avec 300 mots, les idées ne volent pas très haut, forcément.
    Alors consultez votre web que vous vénérez tant et sur lequel vous n’avez aucune critique à formuler (ce n’est pas parce que l’on critique que l’on aime pas, mais c’est parce que l’on critique que l’on est indépendant), pour apprendre de nouveaux mots. Plein plein plein de nouveaux mots. Vérifiez-en l’orthographe sur un dictionnaire, laisser mijoter 10 ans, et seulement après, pas avant surtout, reprenez vos publications.
    D’ici là je file.

  67. 28 mars 2012 at 8 h 41 min

    Merci de vos bons conseils Stéphanie, je suis certain que je les mettrais à profit pour les prochains articles publiés dans une revue scientifique ou un magazine-journal grand public, ou mieux, lors de mon prochain livre (pas en auto-édition, mais d’un éditeur !). Désolé pour celui qui sort prochainement… je n’aurais pas mis à profit vos conseils !
    Pour connaître ses publications, je vous renvoie vers mon site porfolio eric-delcroix.com
    et désolé pour les fautes de cette réponse, mais je dois me rendre d’urgence au boulot… et je n’ai donc pas le temps de le relire !

  68. 28 mars 2012 at 8 h 41 min

    Merci de vos bons conseils Stéphanie, je suis certain que je les mettrais à profit pour les prochains articles publiés dans une revue scientifique ou un magazine-journal grand public, ou mieux, lors de mon prochain livre (pas en auto-édition, mais d’un éditeur !). Désolé pour celui qui sort prochainement… je n’aurais pas mis à profit vos conseils !
    Pour connaître ses publications, je vous renvoie vers mon site porfolio eric-delcroix.com
    et désolé pour les fautes de cette réponse, mais je dois me rendre d’urgence au boulot… et je n’ai donc pas le temps de le relire !

  69. Jérôme D
    30 mars 2012 at 20 h 17 min

    Bonjour,
    Je suis un des élèves de M. Bonod, et bien que ne m’étant pas fait piégé, je tenais à vous répondre pour éclaircir certains points.

    Votre texte étant assez déstructuré, je vais essayer de ne rien oublier, mais il se peut fort bien que j’oublie des choses. Je tacherai d’y remédier dans un autre message si tel est le cas.

    Pardonnez moi également si mon texte n’est pas lui même très structuré. Je n’ai pas toutes vos qualifications, et j’ai une expérience encore très courte de ce genre d’exercice. J’espère enfin que mon style, s’il est loin d’égaler le votre, ne gênera pas la compréhension de mon pavé. Bonne lecture.

    Premièrement, vous ne semblez pas savoir en quoi consiste un commentaire de français. J’ai eu beau chercher et chercher dans la grosse cinquantaines de titres que vous affichez fièrement en première page du site qui porte votre nom, mais je n’ai vu aucune qualification de lettres modernes, ni en pédagogie. Sapristi ! Surement un oubli de votre part. J’ose tout de même rappeler ( si ce n’est utile pour vous, cela le sera peut être pour vos lecteurs ! ) qu’un commentaire n’est pas une recherche documentaire. Mais en fait, pas du tout. Citons cette phrase  » Un commentaire est la rencontre unique entre le texte et l’élève « . D’ailleurs, croyez le ou non, mais cet exercice qui est fait depuis des dizaines d’années en classe de lettre était même réussi sans internet ! Chose assez folle, n’est ce pas ! Pas de Web pour s’aider ! Et, croyez le ou non, mais les élèves se débrouillaient plutôt bien sans.

    En fait, je pense même pouvoir m’avancer en disant qu’il n’y a aucunement besoin d’internet pour un commentaire de français. Et, chose étrange, il me semble même que les grandes instances soient du même avis ! Le Commentaire de texte, est une épreuve majeure du bac de français. L’élève est seul. Avec une feuille de papier. Un stylo. Et sans internet.
    Et si M Bonod essayait juste de préparer au Bac de français ? En professeur consciencieux qu’il est, je vous garantis que lorsque les épreuves du Bac changeront, il s’adaptera.
    Mais ce n’est pas lui qu’il faut blâmer.

    Citons ensuite votre phrase  » piège que vous tendiez sournoisement à vos élèves « . J’ai beaucoup ris. En fait, vous n’êtes absolument pas renseigné et vous voyez mon professeur comme un être pervers et retors. Qui n’a fait ça que pour éprouver un plaisir malsain. Détrompez vous. Il existe certaines personnes qui prennent juste à cœur leur métier.

    La suite également était un morceau de choix pour ceux qui connaissent ne serait ce qu’un petit peu M. Bonod. M. Bonod, dinosaure incapable d’utiliser les nouvelles technologies, et c’est pour cela qu’il leur voue une haine sans borne. C’est faux. Je peux vous assurer qu’il tient le web en haute estime, et n’est pas étranger à son monde. Vous, qui avez tout simplement généra votre site sous WordPress, vous le grand expert dans tous les domaines du Web, vous n’avez pas codé votre site entièrement comme lui.
    M. Bonod aide également un de mes camarades à tenir le site du lycée, fais les béta tests des outils créés, et a même créé une plateforme site-forum pour les élèves qu’il a en français pour mieux les préparer au bac.
    Croyez moi, il sait de quoi il parle.
    M. Bonod n’a rien contre le Web, il veut critiquer l’attitude des élèves, qui, face à leur copie, ne se font pas confiance, et préfère ne pas se mouiller en allant chercher des commentaires tous fait sur internet. C’est cette dérive qu’il dénonce.

    Vous décrivez M.B comme un  » grand gamin  » qui  » fait la nique à ses élèves « . Vous n’avez rien compris. Et croyez moi, l’important, c’est que ses élèves, eux, ont bien compris.

    Je vous invite à voir différents reportages sur lesquels il montre son point de vue. Il l’explique bien mieux que moi. Par exemple sur canalplus.
    http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?progid=611828 ( à partir de 9’35)

     » On aurait viré un élève pour avoir modifié volontairement une fiche Wikipédia de façon erroné… Vous en tirez un titre de gloire… Pour moi, c’est le monde à l’envers.  »
    Vous n’avez vraiment rien compris.

    J’ai certainement oublié beaucoup de choses. Mais je préfère développer mes idées en discutant, pour dérouler mes arguments en fonction de ce que vous répondrez, ayant énormément de choses à opposer.

    Respectueusement,
    Jérôme D

  70. Jérôme D
    30 mars 2012 at 20 h 17 min

    Bonjour,
    Je suis un des élèves de M. Bonod, et bien que ne m’étant pas fait piégé, je tenais à vous répondre pour éclaircir certains points.

    Votre texte étant assez déstructuré, je vais essayer de ne rien oublier, mais il se peut fort bien que j’oublie des choses. Je tacherai d’y remédier dans un autre message si tel est le cas.

    Pardonnez moi également si mon texte n’est pas lui même très structuré. Je n’ai pas toutes vos qualifications, et j’ai une expérience encore très courte de ce genre d’exercice. J’espère enfin que mon style, s’il est loin d’égaler le votre, ne gênera pas la compréhension de mon pavé. Bonne lecture.

    Premièrement, vous ne semblez pas savoir en quoi consiste un commentaire de français. J’ai eu beau chercher et chercher dans la grosse cinquantaines de titres que vous affichez fièrement en première page du site qui porte votre nom, mais je n’ai vu aucune qualification de lettres modernes, ni en pédagogie. Sapristi ! Surement un oubli de votre part. J’ose tout de même rappeler ( si ce n’est utile pour vous, cela le sera peut être pour vos lecteurs ! ) qu’un commentaire n’est pas une recherche documentaire. Mais en fait, pas du tout. Citons cette phrase  » Un commentaire est la rencontre unique entre le texte et l’élève « . D’ailleurs, croyez le ou non, mais cet exercice qui est fait depuis des dizaines d’années en classe de lettre était même réussi sans internet ! Chose assez folle, n’est ce pas ! Pas de Web pour s’aider ! Et, croyez le ou non, mais les élèves se débrouillaient plutôt bien sans.

    En fait, je pense même pouvoir m’avancer en disant qu’il n’y a aucunement besoin d’internet pour un commentaire de français. Et, chose étrange, il me semble même que les grandes instances soient du même avis ! Le Commentaire de texte, est une épreuve majeure du bac de français. L’élève est seul. Avec une feuille de papier. Un stylo. Et sans internet.
    Et si M Bonod essayait juste de préparer au Bac de français ? En professeur consciencieux qu’il est, je vous garantis que lorsque les épreuves du Bac changeront, il s’adaptera.
    Mais ce n’est pas lui qu’il faut blâmer.

    Citons ensuite votre phrase  » piège que vous tendiez sournoisement à vos élèves « . J’ai beaucoup ris. En fait, vous n’êtes absolument pas renseigné et vous voyez mon professeur comme un être pervers et retors. Qui n’a fait ça que pour éprouver un plaisir malsain. Détrompez vous. Il existe certaines personnes qui prennent juste à cœur leur métier.

    La suite également était un morceau de choix pour ceux qui connaissent ne serait ce qu’un petit peu M. Bonod. M. Bonod, dinosaure incapable d’utiliser les nouvelles technologies, et c’est pour cela qu’il leur voue une haine sans borne. C’est faux. Je peux vous assurer qu’il tient le web en haute estime, et n’est pas étranger à son monde. Vous, qui avez tout simplement généra votre site sous WordPress, vous le grand expert dans tous les domaines du Web, vous n’avez pas codé votre site entièrement comme lui.
    M. Bonod aide également un de mes camarades à tenir le site du lycée, fais les béta tests des outils créés, et a même créé une plateforme site-forum pour les élèves qu’il a en français pour mieux les préparer au bac.
    Croyez moi, il sait de quoi il parle.
    M. Bonod n’a rien contre le Web, il veut critiquer l’attitude des élèves, qui, face à leur copie, ne se font pas confiance, et préfère ne pas se mouiller en allant chercher des commentaires tous fait sur internet. C’est cette dérive qu’il dénonce.

    Vous décrivez M.B comme un  » grand gamin  » qui  » fait la nique à ses élèves « . Vous n’avez rien compris. Et croyez moi, l’important, c’est que ses élèves, eux, ont bien compris.

    Je vous invite à voir différents reportages sur lesquels il montre son point de vue. Il l’explique bien mieux que moi. Par exemple sur canalplus.
    http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?progid=611828 ( à partir de 9’35)

     » On aurait viré un élève pour avoir modifié volontairement une fiche Wikipédia de façon erroné… Vous en tirez un titre de gloire… Pour moi, c’est le monde à l’envers.  »
    Vous n’avez vraiment rien compris.

    J’ai certainement oublié beaucoup de choses. Mais je préfère développer mes idées en discutant, pour dérouler mes arguments en fonction de ce que vous répondrez, ayant énormément de choses à opposer.

    Respectueusement,
    Jérôme D

  71. AudreyB
    30 mars 2012 at 21 h 21 min

    Bonjour,je suis moi aussi une élève de M.Bonod. Et c’est après avoir discuté avec notre « si sadique et pervers » professeur que vous décrivez( et bien que Jérôme ait déjà dit beaucoup de choses)que je me permet de réagir à votre billet…
    Pour commencer, j’aimerais vous remercier de votre billet si clair et précis. Quand on a le culot d’attaquer un professeur de lettres sur son propre terrain sans en être un soi-même, il faut au moins apprendre à écrire sans fautes d’orthographes. Du moins, c’est mon humble avis…
    Sinon, je ne reprendrai pas les différents points évoqués par Jérôme, comme le fait que oui, le commentaire composé soit une épreuve de solitude et que, jusqu’à preuve du contraire, le bac ne se passe pas à l’aide de tablettes numériques. Mais si le Net est si merveilleux, pourquoi l’accès à la connaissance illimitée nous est-il refusé durant l’épreuve ? Alors, en y réfléchissant bien, peut-être qu’effectivement, M.B prépare simplement ses élèves au bac…
    Et vous avez raison,il est communément admis à Chaptal que M.Bonod est un professeur sadique autre… A tel point que ses élèves viennent un samedi soir le défendre d’attaques ridicules…
    Enfin, un point de votre critique a eu le mérite de me faire rire. Vous faites dans votre page d’accueil de blog une liste (« non exhaustive ») de vos compétences, et vous autoproclamez « un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet », et c’est M
    .Bonod le narcissique dans l’histoire ? Si j’étais vous, je rajouterais « maître du mode » à votre liste,je trouve que ça manque…
    Sinon, puis-je vous rappeler que notre professeur est père de famille et a probablement d’autre activités que celle de chercher à faire le buzz ? S’occuper de sa famille par exemple ? Non ?
    J’ai très probablement moi aussi omis quelques points mais peu importe.
    Respectueusement,
    AudreyB

  72. AudreyB
    30 mars 2012 at 21 h 21 min

    Bonjour,je suis moi aussi une élève de M.Bonod. Et c’est après avoir discuté avec notre « si sadique et pervers » professeur que vous décrivez( et bien que Jérôme ait déjà dit beaucoup de choses)que je me permet de réagir à votre billet…
    Pour commencer, j’aimerais vous remercier de votre billet si clair et précis. Quand on a le culot d’attaquer un professeur de lettres sur son propre terrain sans en être un soi-même, il faut au moins apprendre à écrire sans fautes d’orthographes. Du moins, c’est mon humble avis…
    Sinon, je ne reprendrai pas les différents points évoqués par Jérôme, comme le fait que oui, le commentaire composé soit une épreuve de solitude et que, jusqu’à preuve du contraire, le bac ne se passe pas à l’aide de tablettes numériques. Mais si le Net est si merveilleux, pourquoi l’accès à la connaissance illimitée nous est-il refusé durant l’épreuve ? Alors, en y réfléchissant bien, peut-être qu’effectivement, M.B prépare simplement ses élèves au bac…
    Et vous avez raison,il est communément admis à Chaptal que M.Bonod est un professeur sadique autre… A tel point que ses élèves viennent un samedi soir le défendre d’attaques ridicules…
    Enfin, un point de votre critique a eu le mérite de me faire rire. Vous faites dans votre page d’accueil de blog une liste (« non exhaustive ») de vos compétences, et vous autoproclamez « un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet », et c’est M
    .Bonod le narcissique dans l’histoire ? Si j’étais vous, je rajouterais « maître du mode » à votre liste,je trouve que ça manque…
    Sinon, puis-je vous rappeler que notre professeur est père de famille et a probablement d’autre activités que celle de chercher à faire le buzz ? S’occuper de sa famille par exemple ? Non ?
    J’ai très probablement moi aussi omis quelques points mais peu importe.
    Respectueusement,
    AudreyB

  73. 31 mars 2012 at 0 h 08 min

    @Jérôme D et @AudreyB merci de vos commentaires… mais j’aimerai avoir quelques renseignements complémentaires avant de vous répondre réellement.

    Désolé, je dois vérifier un minimum car je ne vous connais pas et nous n’avons jamais échangé avant. Je veux bien croire que vous soyez élèves de l’enseignant dont je parle mais j’aimerai avoir quelques informations complémentaire. Si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous m’indiquer et pour être clair, je vous fais une petite liste ;

    * Si je ne me trompe pas, vous avez vécu l’expérience en septembre 2010 ?
    * pour l’année 2011-2012, vous êtes donc en Terminale, avec le bac à la fin cette l’année ?
    * quel type de 1er vous avez suivi : littéraire, économique et social ou scientifique ?

    Désolé pour mon inquisition, mais c’est à mon avis pour le bien de tous et nous faire avancer… L’idéal serait une preuve de votre participation effective à ces cours… 🙂

    Je profite de votre intervention pour dire aux élèves mécontents qu’ils peuvent me contacter en privé… je tenterai de vérifier le mieux possible leur participation réelle à l’expérience et je leur garanti le respect de l’anonymat, étant bien conscient que la plupart d’entre vous sont toujours dans le même lycée, éventuellement avec le même enseignant !

  74. 31 mars 2012 at 0 h 08 min

    @Jérôme D et @AudreyB merci de vos commentaires… mais j’aimerai avoir quelques renseignements complémentaires avant de vous répondre réellement.

    Désolé, je dois vérifier un minimum car je ne vous connais pas et nous n’avons jamais échangé avant. Je veux bien croire que vous soyez élèves de l’enseignant dont je parle mais j’aimerai avoir quelques informations complémentaire. Si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous m’indiquer et pour être clair, je vous fais une petite liste ;

    * Si je ne me trompe pas, vous avez vécu l’expérience en septembre 2010 ?
    * pour l’année 2011-2012, vous êtes donc en Terminale, avec le bac à la fin cette l’année ?
    * quel type de 1er vous avez suivi : littéraire, économique et social ou scientifique ?

    Désolé pour mon inquisition, mais c’est à mon avis pour le bien de tous et nous faire avancer… L’idéal serait une preuve de votre participation effective à ces cours… 🙂

    Je profite de votre intervention pour dire aux élèves mécontents qu’ils peuvent me contacter en privé… je tenterai de vérifier le mieux possible leur participation réelle à l’expérience et je leur garanti le respect de l’anonymat, étant bien conscient que la plupart d’entre vous sont toujours dans le même lycée, éventuellement avec le même enseignant !

  75. Jérôme D
    31 mars 2012 at 0 h 24 min

    J’ai dû mal m’exprimer. Je ne fais pas parti des élèves piégés ( Ouch la coquille d’infinitif dans mon premier message, d’ailleurs.. ). Je suis  » un niveau au dessous « , c’est à dire actuellement en première S. Petite précision, même si je ne vois pas le rapport avec la choucroute, il n’y a au lycée Chaptal pas de filière L, mais surtout des S, une ES, et depuis cette année une STI2D.

    Audrey n’a pas non plus participé à l’expérience. Nous sommes tous deux dans la même classe et avons M. Bonod en latin et ce depuis deux ans.

    C’est assez fou, nous avions tout deux déjà réagit sur un autre blog, et là aussi notre identité avait été mise en doute. J’espère que vous, vous ne ferez pas de post paranoïaque mettant en avant l’hypothèse que M. Bonod usurpe l’identité de ses élèves en passant pour un proxy pour changer son adresse IP.

    Respectueusement,
    Jérôme D.

  76. Jérôme D
    31 mars 2012 at 0 h 24 min

    J’ai dû mal m’exprimer. Je ne fais pas parti des élèves piégés ( Ouch la coquille d’infinitif dans mon premier message, d’ailleurs.. ). Je suis  » un niveau au dessous « , c’est à dire actuellement en première S. Petite précision, même si je ne vois pas le rapport avec la choucroute, il n’y a au lycée Chaptal pas de filière L, mais surtout des S, une ES, et depuis cette année une STI2D.

    Audrey n’a pas non plus participé à l’expérience. Nous sommes tous deux dans la même classe et avons M. Bonod en latin et ce depuis deux ans.

    C’est assez fou, nous avions tout deux déjà réagit sur un autre blog, et là aussi notre identité avait été mise en doute. J’espère que vous, vous ne ferez pas de post paranoïaque mettant en avant l’hypothèse que M. Bonod usurpe l’identité de ses élèves en passant pour un proxy pour changer son adresse IP.

    Respectueusement,
    Jérôme D.

  77. Jérôme D
    31 mars 2012 at 0 h 24 min

    J’ai dû mal m’exprimer. Je ne fais pas parti des élèves piégés ( Ouch la coquille d’infinitif dans mon premier message, d’ailleurs.. ). Je suis  » un niveau au dessous « , c’est à dire actuellement en première S. Petite précision, même si je ne vois pas le rapport avec la choucroute, il n’y a au lycée Chaptal pas de filière L, mais surtout des S, une ES, et depuis cette année une STI2D.

    Audrey n’a pas non plus participé à l’expérience. Nous sommes tous deux dans la même classe et avons M. Bonod en latin et ce depuis deux ans.

    C’est assez fou, nous avions tout deux déjà réagit sur un autre blog, et là aussi notre identité avait été mise en doute. J’espère que vous, vous ne ferez pas de post paranoïaque mettant en avant l’hypothèse que M. Bonod usurpe l’identité de ses élèves en passant pour un proxy pour changer son adresse IP.

    Respectueusement,
    Jérôme D.

  78. 31 mars 2012 at 2 h 48 min

    Merci Jérôme de votre réponse… J’avais réussi à trouver quelques infos sur vous que vous me confirmez et comme vous l’indiquez vous n’avez pas été piégé tout comme Audrey, mais vous avez cette année le prof en question en cours.

    Je fais réponse tout de suite à votre questionnement sur les raisons qui nous poussent à vérifier votre « identité ». Vous l’avez certainement compris nous cherchons à savoir qui à fait quoi dans cette histoire… afin de fournir un éclairage le plus précis possible. Cette remise en cause que j’effectue dans un sens ou dans l’autre, contrairement peut-être aux apparences, me semble nécessaire. Donc, pas de paranoïa à craindre de ma part sur l’usurpation d’identité 🙂 Et ne vous en faites pas pour le proxy pour changer son adresse IP d’autres moyens sont beaucoup plus efficace à mon sens !
     
    Voilà mon préambule terminé… Maintenant, je vous réponds ainsi qu’à Audrey et vous rassure, vous vous débrouillez très bien 😉

    Toutefois, dans vos explications sur le commentaire de français, vous vous méprenez à plusieurs reprises. Contrairement à ce que vous pensez, je sais, peut-être, ce qu’est un commentaire de Français. Tout n’est peut-être pas dit de mes activités dans mes différents profils…

    Pour information, le site qui porte mon nom est un portfolio numérique…  une sorte de CV… donc, normal que j’indique ce que j’ai fait en 30 ans… Il n’y a aucune fierté là dedans, juste un moyen de me vendre !
    C’est vrai que je n’ai aucune qualification dans le sens : études et diplomes en lettre dans mon parcours, ni en pédagogie. Cela m’ôte t-il le droit de m’exprimer sur le sujet ? Je prends des positions ouvertes sur le sujet depuis l’ouverture de ce blog et au préalable, au vue de mes fonctions dans la formation continue, depuis les années 90 ! Cette reconnaissance de mes compétences pédagogiques parait évident désormais pour certains. Hier encore, je rencontrais un inspecteur de l’éducation nationale pour parler pédagogie. Donc, je pense que votre réaction est plus du parti pris dans le jugement de ce qui est ou non une qualification. Nous n’avons pas le même vécu, je peux le comprendre 🙂 D’ailleurs, si je peux me permettre un conseil pour votre avenir ne focaliser pas sur les titres… regardez plutôt du côté des compétences, cela vous sera certainement plus utile.

    Puisque vous m’attirez sur le terrain du passé, je suis bien placé pour en parler. Et, vous allez certainement trouvé cela amusant, je confirme que l’exercice du commentaire de texte se pratique depuis des dizaines d’années en cours de Français (vocabulaire de l’époque). SI nous n’avions pas Internet, nous consultions au besoin des textes qui pouvaient nous aider, enrichir notre réflexion… Je suis désolé, je n’ai jamais été un élève idéal. Et pour aller plus loin, la seule solution pour en discuter avec nos amis était la rencontre physique, le téléphone n’existait pas pour tous et encore moins Facebook.

    Sinon, je ne remets pas en cause l’importance que peut revêtir cette épreuve au bac de Français. Là, n’est pas le propos de mes commentaires… Mais reconnaissez avec moi que votre enseignant ne mets pas trop en avant ce point dans son article primaire. D’ailleurs, son titre ne porte pas sur cela… La présence de telles épreuves dans des examens est pour moi le sujet d’un autre débat que nous aurons peut-être le plaisir de discuter un jour… Par contre, il est vrai que je pense comme pas mal de monde sur le net semble t-il (suffit de voir le nombre d’articles critiques sur la pédagogie employée alors que je vois très peu d’article de spécialistes de l’éducation : pédagoge ou autre prendre la défense de ce qui a été fait) qu’il y a d’autres méthodes d’apprentissage que celle que votre prof. a employer.

    Je reviendrai plus loin sur l’adaptation de votre enseignant… au risque de vous surprendre.

    «Vous n’êtes absolument pas renseigné et vous voyez mon professeur comme un être pervers et retors». En effet, difficile de se renseigner sur une personne qui n’engage pas le dialogue malgré mes propositions… dans mes différents articles. Cela d’ailleurs n’exclue en rien qu’il prenne à coeur son métier ou pas. Disons que nous avons des points de vue différents sur le métier.

    Votre passage sur «le dinosaure incapable d’utiliser les nouvelles technologies» me fait sourire… Certains on pu l’écrire. Je le déplore. Relisez les 3 billets que j’ai commis sur le sujet et vous constaterez que je pense l’inverse, que c’est une personne très doué dans l’usage d’Internet (comme quoi je ne lui reconnais pas que des torts 🙂 Je dis simplement qu’il ferait mieux de mettre à profit justement ces connaissances approfondies d’une autre manière, il en est capable en plus… c’est cela qui est surprenant, qui nous faite réagir ! Par contre, je ne peux vous laisser dire qu’il tient le web en haute estime… Pas en piratant Wikipédia surtout qu’il avait été prévenu (voir la copie d’écran dans mon 3 billets sur le sujet). Qu’il sache utiliser le web est une chose, qu’il le tienne en haute estime avec le respect des auteurs en est une autre.

    Votre remarque sur le WordPress que j’utilise et qui fait de moi, un presque rien par rapport à ceux qui codent… me laisse perplexe. Allez, je vous donne un nouveau conseil que vous pouvez faire remonter à votre enseignant : apprenez à étudier ce qu’à fait, ce qu’a écrit… la personne en dehors d’un billet… Les archives du net existent, vous le saviez je pense… et pas de chance, le plus ancien de mes sites n’est pas en ligne actuellement… Toutefois, je pense qu’il est assez facile de trouver que j’ai commencé à créer mes premiers sites à la fin des années 90 et magique, pas de WordPress à l’époque ! Comment j’ai fait ? Et dans les formations pour les entreprises, je devais expliquer la création de site, les feuilles de style… Je vous livre même une info de première main… je serais le co-auteur de la prochaine édition du livre : Réussir son site web en 60 fiches 🙂 Surprenant pour quelqu’un qui ne sait pas écrire et qui fait beaucoup de fautes d’orthographe Audrey (ils prennent vraiment n’importe qui dans les maisons d’édition maintenant !).

    Au passage, puisque Audrey insiste sur ma liste d’activité et histoire de me faire encore un peu plus de pub (vous noterez je l’ajoute juste en commentaire, comme l’explication sur l’un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet, ce qui me prouve que vous n’avez pas lu les commentaires avant de répondre… une erreur selon moi lorsque l’on veut commenter un blog —c’est différent du commentaire de texte, là, au contraire, il faut tout lire avant de s’exprimer), donc, Audrey, j’espère que votre enseignant mettra à son programe le livre qui va bientôt sortir : les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? entre un universitaire sociologue qui est « contre » et moi qui suis « pour » ! Je vous en recommande la lecture aussi bien pour la partie contre que pour, ainsi que pour la conclusion écrite par une universitaire… scoop, on y parle même de l’éducation nationale 😉

    Pour le jugement que vous apportez en écrivant que l’important, c’est que ses élèves, eux, ont bien compris, j’aimerai beaucoup obtenir le témoignage de l’ensemble des élèves qui ont été piégé. Je suis désolé, j’ai toujours été comme cela… Quand on me raconte une histoire, je me mets à la place de ceux qui subissent… et je me demande comment j’aurai réagi ! Ensuite, je tente d’avoir l’autre son de cloche. C’est vrai que j’aurai préféré répondre à un élève actuellement en Terminale qui aurait subi cette expérience (je réitère ma demande, en garantissant l’anonymat de la diffusion , à moins que les réactions n’apparaissent qu’après le Bac, qui sait ! Ayant pratiqué le journalisme, je connais l’embargo sur l’information 🙂

    Je maintiens, même si je n’ai rien compris selon vous que l’on virerait un élève pour avoir modifié volontairement une fiche Wikipédia de façon erronée… et ce n’est pas pour cela que je n’ai rien compris.

    Audrey, je ne sais pas si je peux vous répondre… Je ne suis plus lycéen depuis longtemps… et j’ai répondu à votre remarque concernant le seul droit donné aux professeur de lettres d’attaquer un texte mis en ligne de façon publique dans un autre de mes billets (quand je vous dis qu’il faut tout lire avant d’émettre quelque chose). Oui, j’ai le culot d’attaquer sur mon terrain : l’usage d’Internet de façon générale, quelqu’un qui publie des choses qui me semblent incorrectes.

    Toutefois je vous réponds car vous posez la bonne question : pourquoi l’accès à internet est-il refusé durant l’épreuve ?

    Je ne vois pas ce que viens faire votre phrase : «Sinon, puis-je vous rappeler que notre professeur est père de famille et a probablement d’autre activités que celle de chercher à faire le buzz ? S’occuper de sa famille par exemple ? Non ?». Vous n’allez quand même pas me reprocher aujourd’hui que votre enseignant à pris « beaucoup » de temps de s’occuper de tenter de saboter Wikipédia pendant ses vacances, au lieu de s’occuper de sa famille ; qu’il a perdu du temps à écrire des commentaires non consultés sur le web au lieu de s’occuper de sa famille ; pour les forums, on n’en sais rien (cf. mon dernier article sur le sujet) ; qu’il a pris sur le temps de s’occuper de ses enfants pour écrire un billet ; qu’il a le temps de répondre aux médias (au détriment du temps qu’il peut accorder à sa progéniture (désolé, je ne connais ni le nombre d’enfants, ni le sexe, donc difficile pour moi de trouver un autre terme)… Vous allez nous faire pleurer en nous accusant de lui voler son temps.

    D’ailleurs, je note que je n’ai vu que de très cours commentaires sur mes billets réclamant quelque chose d’improbable (de dénoncer publiquement des élèves qui n’ont pas apprécié son expérience) de la part de votre prof.

    Par contre, je réponds personnellement aux commentaires qui sont émis ici… et parfois d’une façon longue… Contrairement à ce que vous pensez, je ne cherche pas à faire le buzz (cela vous demande certainement trop de lectures pour trouver l’info… un indice, le terme buzz est assez récent, donc, j’emploie un autre terme dans ce blog) et j’assume également mon rôle de père de famille et j’ai beaucoup d’autres activités que d’avoir besoin de répondre à un billet qui me met en colère… C’est un choix comme celui de rendre public un texte où on narre une histoire qui c’est déroulé il y a un an et demi !

    Rien ne m’oblige à répondre, rien ne l’obligeais à le publier ! Et ne me dites pas que l’on ne savait pas que le billet de base ferait du bruit, du buzz… en cherchant bien vous trouverez que j’ai parlé de cette situation dans le passé, en indiquant ses dangers, le fait d’assumer les conséquences de ce que l’on publie…

    Bref, je regrette juste une chose à vos interventions, mais vous n’y pouvez rien, vous n’avez pas vécu l’expérience… toutefois, je trouve intéressant de pouvoir répondre à vos remarques… J’espère juste vous apporter un point de vue différent de celui de votre enseignant… Je n’ai pas la chance comme lui, de pouvoir vous expliquer mon point de vue («c’est après avoir discuté avec notre professeur». Tiens, lundi, vous pourriez lui poser une question qui m’intrigue… Pourquoi n’a t-il pas mis en place de commentaires dans son blog ?

    Désolé, je ne relis pas après avoir écrit… mais c’est expliqué quelque part dans les 1 800 articles de ce blog… Moi-même, je ne sais plus où mais un jour un étudiant l’avait retrouvé pour me dire que c’est fautes à lui n’étaient pas grave.

  79. 31 mars 2012 at 2 h 48 min

    Merci Jérôme de votre réponse… J’avais réussi à trouver quelques infos sur vous que vous me confirmez et comme vous l’indiquez vous n’avez pas été piégé tout comme Audrey, mais vous avez cette année le prof en question en cours.

    Je fais réponse tout de suite à votre questionnement sur les raisons qui nous poussent à vérifier votre « identité ». Vous l’avez certainement compris nous cherchons à savoir qui à fait quoi dans cette histoire… afin de fournir un éclairage le plus précis possible. Cette remise en cause que j’effectue dans un sens ou dans l’autre, contrairement peut-être aux apparences, me semble nécessaire. Donc, pas de paranoïa à craindre de ma part sur l’usurpation d’identité 🙂 Et ne vous en faites pas pour le proxy pour changer son adresse IP d’autres moyens sont beaucoup plus efficace à mon sens !
     
    Voilà mon préambule terminé… Maintenant, je vous réponds ainsi qu’à Audrey et vous rassure, vous vous débrouillez très bien 😉

    Toutefois, dans vos explications sur le commentaire de français, vous vous méprenez à plusieurs reprises. Contrairement à ce que vous pensez, je sais, peut-être, ce qu’est un commentaire de Français. Tout n’est peut-être pas dit de mes activités dans mes différents profils…

    Pour information, le site qui porte mon nom est un portfolio numérique…  une sorte de CV… donc, normal que j’indique ce que j’ai fait en 30 ans… Il n’y a aucune fierté là dedans, juste un moyen de me vendre !
    C’est vrai que je n’ai aucune qualification dans le sens : études et diplomes en lettre dans mon parcours, ni en pédagogie. Cela m’ôte t-il le droit de m’exprimer sur le sujet ? Je prends des positions ouvertes sur le sujet depuis l’ouverture de ce blog et au préalable, au vue de mes fonctions dans la formation continue, depuis les années 90 ! Cette reconnaissance de mes compétences pédagogiques parait évident désormais pour certains. Hier encore, je rencontrais un inspecteur de l’éducation nationale pour parler pédagogie. Donc, je pense que votre réaction est plus du parti pris dans le jugement de ce qui est ou non une qualification. Nous n’avons pas le même vécu, je peux le comprendre 🙂 D’ailleurs, si je peux me permettre un conseil pour votre avenir ne focaliser pas sur les titres… regardez plutôt du côté des compétences, cela vous sera certainement plus utile.

    Puisque vous m’attirez sur le terrain du passé, je suis bien placé pour en parler. Et, vous allez certainement trouvé cela amusant, je confirme que l’exercice du commentaire de texte se pratique depuis des dizaines d’années en cours de Français (vocabulaire de l’époque). SI nous n’avions pas Internet, nous consultions au besoin des textes qui pouvaient nous aider, enrichir notre réflexion… Je suis désolé, je n’ai jamais été un élève idéal. Et pour aller plus loin, la seule solution pour en discuter avec nos amis était la rencontre physique, le téléphone n’existait pas pour tous et encore moins Facebook.

    Sinon, je ne remets pas en cause l’importance que peut revêtir cette épreuve au bac de Français. Là, n’est pas le propos de mes commentaires… Mais reconnaissez avec moi que votre enseignant ne mets pas trop en avant ce point dans son article primaire. D’ailleurs, son titre ne porte pas sur cela… La présence de telles épreuves dans des examens est pour moi le sujet d’un autre débat que nous aurons peut-être le plaisir de discuter un jour… Par contre, il est vrai que je pense comme pas mal de monde sur le net semble t-il (suffit de voir le nombre d’articles critiques sur la pédagogie employée alors que je vois très peu d’article de spécialistes de l’éducation : pédagoge ou autre prendre la défense de ce qui a été fait) qu’il y a d’autres méthodes d’apprentissage que celle que votre prof. a employer.

    Je reviendrai plus loin sur l’adaptation de votre enseignant… au risque de vous surprendre.

    «Vous n’êtes absolument pas renseigné et vous voyez mon professeur comme un être pervers et retors». En effet, difficile de se renseigner sur une personne qui n’engage pas le dialogue malgré mes propositions… dans mes différents articles. Cela d’ailleurs n’exclue en rien qu’il prenne à coeur son métier ou pas. Disons que nous avons des points de vue différents sur le métier.

    Votre passage sur «le dinosaure incapable d’utiliser les nouvelles technologies» me fait sourire… Certains on pu l’écrire. Je le déplore. Relisez les 3 billets que j’ai commis sur le sujet et vous constaterez que je pense l’inverse, que c’est une personne très doué dans l’usage d’Internet (comme quoi je ne lui reconnais pas que des torts 🙂 Je dis simplement qu’il ferait mieux de mettre à profit justement ces connaissances approfondies d’une autre manière, il en est capable en plus… c’est cela qui est surprenant, qui nous faite réagir ! Par contre, je ne peux vous laisser dire qu’il tient le web en haute estime… Pas en piratant Wikipédia surtout qu’il avait été prévenu (voir la copie d’écran dans mon 3 billets sur le sujet). Qu’il sache utiliser le web est une chose, qu’il le tienne en haute estime avec le respect des auteurs en est une autre.

    Votre remarque sur le WordPress que j’utilise et qui fait de moi, un presque rien par rapport à ceux qui codent… me laisse perplexe. Allez, je vous donne un nouveau conseil que vous pouvez faire remonter à votre enseignant : apprenez à étudier ce qu’à fait, ce qu’a écrit… la personne en dehors d’un billet… Les archives du net existent, vous le saviez je pense… et pas de chance, le plus ancien de mes sites n’est pas en ligne actuellement… Toutefois, je pense qu’il est assez facile de trouver que j’ai commencé à créer mes premiers sites à la fin des années 90 et magique, pas de WordPress à l’époque ! Comment j’ai fait ? Et dans les formations pour les entreprises, je devais expliquer la création de site, les feuilles de style… Je vous livre même une info de première main… je serais le co-auteur de la prochaine édition du livre : Réussir son site web en 60 fiches 🙂 Surprenant pour quelqu’un qui ne sait pas écrire et qui fait beaucoup de fautes d’orthographe Audrey (ils prennent vraiment n’importe qui dans les maisons d’édition maintenant !).

    Au passage, puisque Audrey insiste sur ma liste d’activité et histoire de me faire encore un peu plus de pub (vous noterez je l’ajoute juste en commentaire, comme l’explication sur l’un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet, ce qui me prouve que vous n’avez pas lu les commentaires avant de répondre… une erreur selon moi lorsque l’on veut commenter un blog —c’est différent du commentaire de texte, là, au contraire, il faut tout lire avant de s’exprimer), donc, Audrey, j’espère que votre enseignant mettra à son programe le livre qui va bientôt sortir : les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? entre un universitaire sociologue qui est « contre » et moi qui suis « pour » ! Je vous en recommande la lecture aussi bien pour la partie contre que pour, ainsi que pour la conclusion écrite par une universitaire… scoop, on y parle même de l’éducation nationale 😉

    Pour le jugement que vous apportez en écrivant que l’important, c’est que ses élèves, eux, ont bien compris, j’aimerai beaucoup obtenir le témoignage de l’ensemble des élèves qui ont été piégé. Je suis désolé, j’ai toujours été comme cela… Quand on me raconte une histoire, je me mets à la place de ceux qui subissent… et je me demande comment j’aurai réagi ! Ensuite, je tente d’avoir l’autre son de cloche. C’est vrai que j’aurai préféré répondre à un élève actuellement en Terminale qui aurait subi cette expérience (je réitère ma demande, en garantissant l’anonymat de la diffusion , à moins que les réactions n’apparaissent qu’après le Bac, qui sait ! Ayant pratiqué le journalisme, je connais l’embargo sur l’information 🙂

    Je maintiens, même si je n’ai rien compris selon vous que l’on virerait un élève pour avoir modifié volontairement une fiche Wikipédia de façon erronée… et ce n’est pas pour cela que je n’ai rien compris.

    Audrey, je ne sais pas si je peux vous répondre… Je ne suis plus lycéen depuis longtemps… et j’ai répondu à votre remarque concernant le seul droit donné aux professeur de lettres d’attaquer un texte mis en ligne de façon publique dans un autre de mes billets (quand je vous dis qu’il faut tout lire avant d’émettre quelque chose). Oui, j’ai le culot d’attaquer sur mon terrain : l’usage d’Internet de façon générale, quelqu’un qui publie des choses qui me semblent incorrectes.

    Toutefois je vous réponds car vous posez la bonne question : pourquoi l’accès à internet est-il refusé durant l’épreuve ?

    Je ne vois pas ce que viens faire votre phrase : «Sinon, puis-je vous rappeler que notre professeur est père de famille et a probablement d’autre activités que celle de chercher à faire le buzz ? S’occuper de sa famille par exemple ? Non ?». Vous n’allez quand même pas me reprocher aujourd’hui que votre enseignant à pris « beaucoup » de temps de s’occuper de tenter de saboter Wikipédia pendant ses vacances, au lieu de s’occuper de sa famille ; qu’il a perdu du temps à écrire des commentaires non consultés sur le web au lieu de s’occuper de sa famille ; pour les forums, on n’en sais rien (cf. mon dernier article sur le sujet) ; qu’il a pris sur le temps de s’occuper de ses enfants pour écrire un billet ; qu’il a le temps de répondre aux médias (au détriment du temps qu’il peut accorder à sa progéniture (désolé, je ne connais ni le nombre d’enfants, ni le sexe, donc difficile pour moi de trouver un autre terme)… Vous allez nous faire pleurer en nous accusant de lui voler son temps.

    D’ailleurs, je note que je n’ai vu que de très cours commentaires sur mes billets réclamant quelque chose d’improbable (de dénoncer publiquement des élèves qui n’ont pas apprécié son expérience) de la part de votre prof.

    Par contre, je réponds personnellement aux commentaires qui sont émis ici… et parfois d’une façon longue… Contrairement à ce que vous pensez, je ne cherche pas à faire le buzz (cela vous demande certainement trop de lectures pour trouver l’info… un indice, le terme buzz est assez récent, donc, j’emploie un autre terme dans ce blog) et j’assume également mon rôle de père de famille et j’ai beaucoup d’autres activités que d’avoir besoin de répondre à un billet qui me met en colère… C’est un choix comme celui de rendre public un texte où on narre une histoire qui c’est déroulé il y a un an et demi !

    Rien ne m’oblige à répondre, rien ne l’obligeais à le publier ! Et ne me dites pas que l’on ne savait pas que le billet de base ferait du bruit, du buzz… en cherchant bien vous trouverez que j’ai parlé de cette situation dans le passé, en indiquant ses dangers, le fait d’assumer les conséquences de ce que l’on publie…

    Bref, je regrette juste une chose à vos interventions, mais vous n’y pouvez rien, vous n’avez pas vécu l’expérience… toutefois, je trouve intéressant de pouvoir répondre à vos remarques… J’espère juste vous apporter un point de vue différent de celui de votre enseignant… Je n’ai pas la chance comme lui, de pouvoir vous expliquer mon point de vue («c’est après avoir discuté avec notre professeur». Tiens, lundi, vous pourriez lui poser une question qui m’intrigue… Pourquoi n’a t-il pas mis en place de commentaires dans son blog ?

    Désolé, je ne relis pas après avoir écrit… mais c’est expliqué quelque part dans les 1 800 articles de ce blog… Moi-même, je ne sais plus où mais un jour un étudiant l’avait retrouvé pour me dire que c’est fautes à lui n’étaient pas grave.

  80. 31 mars 2012 at 2 h 48 min

    Merci Jérôme de votre réponse… J’avais réussi à trouver quelques infos sur vous que vous me confirmez et comme vous l’indiquez vous n’avez pas été piégé tout comme Audrey, mais vous avez cette année le prof en question en cours.

    Je fais réponse tout de suite à votre questionnement sur les raisons qui nous poussent à vérifier votre « identité ». Vous l’avez certainement compris nous cherchons à savoir qui à fait quoi dans cette histoire… afin de fournir un éclairage le plus précis possible. Cette remise en cause que j’effectue dans un sens ou dans l’autre, contrairement peut-être aux apparences, me semble nécessaire. Donc, pas de paranoïa à craindre de ma part sur l’usurpation d’identité 🙂 Et ne vous en faites pas pour le proxy pour changer son adresse IP d’autres moyens sont beaucoup plus efficace à mon sens !
     
    Voilà mon préambule terminé… Maintenant, je vous réponds ainsi qu’à Audrey et vous rassure, vous vous débrouillez très bien 😉

    Toutefois, dans vos explications sur le commentaire de français, vous vous méprenez à plusieurs reprises. Contrairement à ce que vous pensez, je sais, peut-être, ce qu’est un commentaire de Français. Tout n’est peut-être pas dit de mes activités dans mes différents profils…

    Pour information, le site qui porte mon nom est un portfolio numérique…  une sorte de CV… donc, normal que j’indique ce que j’ai fait en 30 ans… Il n’y a aucune fierté là dedans, juste un moyen de me vendre !
    C’est vrai que je n’ai aucune qualification dans le sens : études et diplomes en lettre dans mon parcours, ni en pédagogie. Cela m’ôte t-il le droit de m’exprimer sur le sujet ? Je prends des positions ouvertes sur le sujet depuis l’ouverture de ce blog et au préalable, au vue de mes fonctions dans la formation continue, depuis les années 90 ! Cette reconnaissance de mes compétences pédagogiques parait évident désormais pour certains. Hier encore, je rencontrais un inspecteur de l’éducation nationale pour parler pédagogie. Donc, je pense que votre réaction est plus du parti pris dans le jugement de ce qui est ou non une qualification. Nous n’avons pas le même vécu, je peux le comprendre 🙂 D’ailleurs, si je peux me permettre un conseil pour votre avenir ne focaliser pas sur les titres… regardez plutôt du côté des compétences, cela vous sera certainement plus utile.

    Puisque vous m’attirez sur le terrain du passé, je suis bien placé pour en parler. Et, vous allez certainement trouvé cela amusant, je confirme que l’exercice du commentaire de texte se pratique depuis des dizaines d’années en cours de Français (vocabulaire de l’époque). SI nous n’avions pas Internet, nous consultions au besoin des textes qui pouvaient nous aider, enrichir notre réflexion… Je suis désolé, je n’ai jamais été un élève idéal. Et pour aller plus loin, la seule solution pour en discuter avec nos amis était la rencontre physique, le téléphone n’existait pas pour tous et encore moins Facebook.

    Sinon, je ne remets pas en cause l’importance que peut revêtir cette épreuve au bac de Français. Là, n’est pas le propos de mes commentaires… Mais reconnaissez avec moi que votre enseignant ne mets pas trop en avant ce point dans son article primaire. D’ailleurs, son titre ne porte pas sur cela… La présence de telles épreuves dans des examens est pour moi le sujet d’un autre débat que nous aurons peut-être le plaisir de discuter un jour… Par contre, il est vrai que je pense comme pas mal de monde sur le net semble t-il (suffit de voir le nombre d’articles critiques sur la pédagogie employée alors que je vois très peu d’article de spécialistes de l’éducation : pédagoge ou autre prendre la défense de ce qui a été fait) qu’il y a d’autres méthodes d’apprentissage que celle que votre prof. a employer.

    Je reviendrai plus loin sur l’adaptation de votre enseignant… au risque de vous surprendre.

    «Vous n’êtes absolument pas renseigné et vous voyez mon professeur comme un être pervers et retors». En effet, difficile de se renseigner sur une personne qui n’engage pas le dialogue malgré mes propositions… dans mes différents articles. Cela d’ailleurs n’exclue en rien qu’il prenne à coeur son métier ou pas. Disons que nous avons des points de vue différents sur le métier.

    Votre passage sur «le dinosaure incapable d’utiliser les nouvelles technologies» me fait sourire… Certains on pu l’écrire. Je le déplore. Relisez les 3 billets que j’ai commis sur le sujet et vous constaterez que je pense l’inverse, que c’est une personne très doué dans l’usage d’Internet (comme quoi je ne lui reconnais pas que des torts 🙂 Je dis simplement qu’il ferait mieux de mettre à profit justement ces connaissances approfondies d’une autre manière, il en est capable en plus… c’est cela qui est surprenant, qui nous faite réagir ! Par contre, je ne peux vous laisser dire qu’il tient le web en haute estime… Pas en piratant Wikipédia surtout qu’il avait été prévenu (voir la copie d’écran dans mon 3 billets sur le sujet). Qu’il sache utiliser le web est une chose, qu’il le tienne en haute estime avec le respect des auteurs en est une autre.

    Votre remarque sur le WordPress que j’utilise et qui fait de moi, un presque rien par rapport à ceux qui codent… me laisse perplexe. Allez, je vous donne un nouveau conseil que vous pouvez faire remonter à votre enseignant : apprenez à étudier ce qu’à fait, ce qu’a écrit… la personne en dehors d’un billet… Les archives du net existent, vous le saviez je pense… et pas de chance, le plus ancien de mes sites n’est pas en ligne actuellement… Toutefois, je pense qu’il est assez facile de trouver que j’ai commencé à créer mes premiers sites à la fin des années 90 et magique, pas de WordPress à l’époque ! Comment j’ai fait ? Et dans les formations pour les entreprises, je devais expliquer la création de site, les feuilles de style… Je vous livre même une info de première main… je serais le co-auteur de la prochaine édition du livre : Réussir son site web en 60 fiches 🙂 Surprenant pour quelqu’un qui ne sait pas écrire et qui fait beaucoup de fautes d’orthographe Audrey (ils prennent vraiment n’importe qui dans les maisons d’édition maintenant !).

    Au passage, puisque Audrey insiste sur ma liste d’activité et histoire de me faire encore un peu plus de pub (vous noterez je l’ajoute juste en commentaire, comme l’explication sur l’un des meilleurs spécialistes de la galaxie Internet, ce qui me prouve que vous n’avez pas lu les commentaires avant de répondre… une erreur selon moi lorsque l’on veut commenter un blog —c’est différent du commentaire de texte, là, au contraire, il faut tout lire avant de s’exprimer), donc, Audrey, j’espère que votre enseignant mettra à son programe le livre qui va bientôt sortir : les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? entre un universitaire sociologue qui est « contre » et moi qui suis « pour » ! Je vous en recommande la lecture aussi bien pour la partie contre que pour, ainsi que pour la conclusion écrite par une universitaire… scoop, on y parle même de l’éducation nationale 😉

    Pour le jugement que vous apportez en écrivant que l’important, c’est que ses élèves, eux, ont bien compris, j’aimerai beaucoup obtenir le témoignage de l’ensemble des élèves qui ont été piégé. Je suis désolé, j’ai toujours été comme cela… Quand on me raconte une histoire, je me mets à la place de ceux qui subissent… et je me demande comment j’aurai réagi ! Ensuite, je tente d’avoir l’autre son de cloche. C’est vrai que j’aurai préféré répondre à un élève actuellement en Terminale qui aurait subi cette expérience (je réitère ma demande, en garantissant l’anonymat de la diffusion , à moins que les réactions n’apparaissent qu’après le Bac, qui sait ! Ayant pratiqué le journalisme, je connais l’embargo sur l’information 🙂

    Je maintiens, même si je n’ai rien compris selon vous que l’on virerait un élève pour avoir modifié volontairement une fiche Wikipédia de façon erronée… et ce n’est pas pour cela que je n’ai rien compris.

    Audrey, je ne sais pas si je peux vous répondre… Je ne suis plus lycéen depuis longtemps… et j’ai répondu à votre remarque concernant le seul droit donné aux professeur de lettres d’attaquer un texte mis en ligne de façon publique dans un autre de mes billets (quand je vous dis qu’il faut tout lire avant d’émettre quelque chose). Oui, j’ai le culot d’attaquer sur mon terrain : l’usage d’Internet de façon générale, quelqu’un qui publie des choses qui me semblent incorrectes.

    Toutefois je vous réponds car vous posez la bonne question : pourquoi l’accès à internet est-il refusé durant l’épreuve ?

    Je ne vois pas ce que viens faire votre phrase : «Sinon, puis-je vous rappeler que notre professeur est père de famille et a probablement d’autre activités que celle de chercher à faire le buzz ? S’occuper de sa famille par exemple ? Non ?». Vous n’allez quand même pas me reprocher aujourd’hui que votre enseignant à pris « beaucoup » de temps de s’occuper de tenter de saboter Wikipédia pendant ses vacances, au lieu de s’occuper de sa famille ; qu’il a perdu du temps à écrire des commentaires non consultés sur le web au lieu de s’occuper de sa famille ; pour les forums, on n’en sais rien (cf. mon dernier article sur le sujet) ; qu’il a pris sur le temps de s’occuper de ses enfants pour écrire un billet ; qu’il a le temps de répondre aux médias (au détriment du temps qu’il peut accorder à sa progéniture (désolé, je ne connais ni le nombre d’enfants, ni le sexe, donc difficile pour moi de trouver un autre terme)… Vous allez nous faire pleurer en nous accusant de lui voler son temps.

    D’ailleurs, je note que je n’ai vu que de très cours commentaires sur mes billets réclamant quelque chose d’improbable (de dénoncer publiquement des élèves qui n’ont pas apprécié son expérience) de la part de votre prof.

    Par contre, je réponds personnellement aux commentaires qui sont émis ici… et parfois d’une façon longue… Contrairement à ce que vous pensez, je ne cherche pas à faire le buzz (cela vous demande certainement trop de lectures pour trouver l’info… un indice, le terme buzz est assez récent, donc, j’emploie un autre terme dans ce blog) et j’assume également mon rôle de père de famille et j’ai beaucoup d’autres activités que d’avoir besoin de répondre à un billet qui me met en colère… C’est un choix comme celui de rendre public un texte où on narre une histoire qui c’est déroulé il y a un an et demi !

    Rien ne m’oblige à répondre, rien ne l’obligeais à le publier ! Et ne me dites pas que l’on ne savait pas que le billet de base ferait du bruit, du buzz… en cherchant bien vous trouverez que j’ai parlé de cette situation dans le passé, en indiquant ses dangers, le fait d’assumer les conséquences de ce que l’on publie…

    Bref, je regrette juste une chose à vos interventions, mais vous n’y pouvez rien, vous n’avez pas vécu l’expérience… toutefois, je trouve intéressant de pouvoir répondre à vos remarques… J’espère juste vous apporter un point de vue différent de celui de votre enseignant… Je n’ai pas la chance comme lui, de pouvoir vous expliquer mon point de vue («c’est après avoir discuté avec notre professeur». Tiens, lundi, vous pourriez lui poser une question qui m’intrigue… Pourquoi n’a t-il pas mis en place de commentaires dans son blog ?

    Désolé, je ne relis pas après avoir écrit… mais c’est expliqué quelque part dans les 1 800 articles de ce blog… Moi-même, je ne sais plus où mais un jour un étudiant l’avait retrouvé pour me dire que c’est fautes à lui n’étaient pas grave.

  81. Adeimantos
    31 mars 2012 at 11 h 25 min

    Quousque tandem, Eric Delcroix, abutere patientia nostra ! Autant de mauvaise foi est le summum du ridicule !

    Les élèves qui trichent sont légion et ce n’est pas nouveau. La plupart des tricheurs ne cherchent pas à s’approprier ce qu’ils lisent : ils recopient purement et simplement. Et il faudrait défendre les tricheurs et accuser ceux qui les confondent de pervers et de vicieux, comme s’en fait l’écho Philippe Watrelot sur son blog ? Quant au ton haineux employé par Eric Delcroix, il donne une excellente image du niveau de mauvaise conscience atteint par ceux qu’il faut bien appeler « les profs », mélange de bobos technophiles, d’adeptes du tantrisme pédagogique, de la tisane syndicale et de la militance en patins à roulettes.

  82. Adeimantos
    31 mars 2012 at 11 h 25 min

    Quousque tandem, Eric Delcroix, abutere patientia nostra ! Autant de mauvaise foi est le summum du ridicule !

    Les élèves qui trichent sont légion et ce n’est pas nouveau. La plupart des tricheurs ne cherchent pas à s’approprier ce qu’ils lisent : ils recopient purement et simplement. Et il faudrait défendre les tricheurs et accuser ceux qui les confondent de pervers et de vicieux, comme s’en fait l’écho Philippe Watrelot sur son blog ? Quant au ton haineux employé par Eric Delcroix, il donne une excellente image du niveau de mauvaise conscience atteint par ceux qu’il faut bien appeler « les profs », mélange de bobos technophiles, d’adeptes du tantrisme pédagogique, de la tisane syndicale et de la militance en patins à roulettes.

  83. Adeimantos
    31 mars 2012 at 11 h 25 min

    Quousque tandem, Eric Delcroix, abutere patientia nostra ! Autant de mauvaise foi est le summum du ridicule !

    Les élèves qui trichent sont légion et ce n’est pas nouveau. La plupart des tricheurs ne cherchent pas à s’approprier ce qu’ils lisent : ils recopient purement et simplement. Et il faudrait défendre les tricheurs et accuser ceux qui les confondent de pervers et de vicieux, comme s’en fait l’écho Philippe Watrelot sur son blog ? Quant au ton haineux employé par Eric Delcroix, il donne une excellente image du niveau de mauvaise conscience atteint par ceux qu’il faut bien appeler « les profs », mélange de bobos technophiles, d’adeptes du tantrisme pédagogique, de la tisane syndicale et de la militance en patins à roulettes.

  84. 31 mars 2012 at 13 h 02 min

    c’est un honneur pour moi @Adeimantos de recevoir un tel éloge de la part d’une personne qui se présente dans Facebook comme un «enseignant de philosophie en lycée, qui s’intéresse à la philosophie politique, à la littérature, à l’histoire, et tout le tralala ! et qui déteste Facebook !».

    Cerise sur le gâteau… je suis même fier d’appartenir à la «piétaille des experts» qu’il me semble bien vous mentionnez dans l’un de vos (de votre) blog(s) ! Je ne mérite certainement pas tant d’honneurs !

    Je laisse le soin à Philippe Watrelot de réagir s’il le souhaite !

  85. 31 mars 2012 at 13 h 02 min

    c’est un honneur pour moi @Adeimantos de recevoir un tel éloge de la part d’une personne qui se présente dans Facebook comme un «enseignant de philosophie en lycée, qui s’intéresse à la philosophie politique, à la littérature, à l’histoire, et tout le tralala ! et qui déteste Facebook !».

    Cerise sur le gâteau… je suis même fier d’appartenir à la «piétaille des experts» qu’il me semble bien vous mentionnez dans l’un de vos (de votre) blog(s) ! Je ne mérite certainement pas tant d’honneurs !

    Je laisse le soin à Philippe Watrelot de réagir s’il le souhaite !

  86. 31 mars 2012 at 13 h 02 min

    c’est un honneur pour moi @Adeimantos de recevoir un tel éloge de la part d’une personne qui se présente dans Facebook comme un «enseignant de philosophie en lycée, qui s’intéresse à la philosophie politique, à la littérature, à l’histoire, et tout le tralala ! et qui déteste Facebook !».

    Cerise sur le gâteau… je suis même fier d’appartenir à la «piétaille des experts» qu’il me semble bien vous mentionnez dans l’un de vos (de votre) blog(s) ! Je ne mérite certainement pas tant d’honneurs !

    Je laisse le soin à Philippe Watrelot de réagir s’il le souhaite !

  87. Adeimantos
    31 mars 2012 at 16 h 09 min

    En tout cas, c’est vous le spécialiste et l’expert de toutes sortes de choses sur le Ouaibe. Ne vous croyez pas honoré de ce que l’on vienne vous défriser la moustache, il n’y a là rien d’honorable que de se faire reprendre parce que l’on dit des bêtises avec la conscience ferme d’avoir été juste et objectif, sinon bien inspiré. Et puisqu’être un expert vous semble le summum bonum, relisons en quoi vous êtes bien cet expert qui vous fasse bien juger de l’expérience de Loys Bonnod ?

    Il devrait suffire d’être un dialecticien, cette compétence générale en laquelle Aristote voit le propre de ceux qu’intéressent les principes. Et puisque vous tenez tant à l’expertise vous omettez à mon propos de préciser mon taux de particpation à Wikipedia (cf. Wikiscan), par le biais duquel je vous invite à méditer sur les heurs et malheurs du tweet et de facebook … c’est bien beau de converser et d’accabler les autres, mais il y a un moment où il faut enseigner quelque chose. Et je ne vois pas bien, dans toute votre expertise, ce que vous enseignez, sinon le fait de se faire bien connaître sur la Toile, ce qui est, vous l’avouerez, une triste perspective dans la vie …

    http://wikiscan.org/utilisateur/Adeimantos

    Lisons donc votre joyeux CV tel qu’il est accessible sur votre blog. Il semble y manquer toutes sortes de choses qu’il faudrait énumérer (histoire d’étoffer ce CV qui fait un peu inventaire à la Prévert et qui désigne par des mots différents les mêmes choses). Il manque « maître-nageur-sauveteur », « plongeur-démineur », « randonneur en haute montagne », « spécialiste de la pâte feuilletée » et autres facultés ou qualités techniques qui marquent d’un rien la noblesse des fonctions, mêmes les plus humbles. Pourquoi arrêter arrêter l’énumération de vos qualités à cette liste déjà un peu ennuyeuse ?

    Personnellement, je me contrefiche de ces CV qui ne signifient rien. Mais je remarque que, très souvent, lorsque la critique porte sur un propos tenu sur un blog, on vous demande votre pedigree. Mon cher Éric Delcroix, il faudrait répondre à vos critiques et sur le fond et pas seulement botter en touche, avec quelque sarcasme à la clé. Sinon, votre blog ne serait qu’un déversoir pour atrabilaires endurcis comme on en voit déjà trop.

    Pour mémoire, votre CV :

    Mise à jour Eric Delcroix, le 31 mars à 17:09. Je supprime le texte présenté comme mon CV par la page d’origine : http://eric-delcroix.com/

  88. Adeimantos
    31 mars 2012 at 16 h 09 min

    En tout cas, c’est vous le spécialiste et l’expert de toutes sortes de choses sur le Ouaibe. Ne vous croyez pas honoré de ce que l’on vienne vous défriser la moustache, il n’y a là rien d’honorable que de se faire reprendre parce que l’on dit des bêtises avec la conscience ferme d’avoir été juste et objectif, sinon bien inspiré. Et puisqu’être un expert vous semble le summum bonum, relisons en quoi vous êtes bien cet expert qui vous fasse bien juger de l’expérience de Loys Bonnod ?

    Il devrait suffire d’être un dialecticien, cette compétence générale en laquelle Aristote voit le propre de ceux qu’intéressent les principes. Et puisque vous tenez tant à l’expertise vous omettez à mon propos de préciser mon taux de particpation à Wikipedia (cf. Wikiscan), par le biais duquel je vous invite à méditer sur les heurs et malheurs du tweet et de facebook … c’est bien beau de converser et d’accabler les autres, mais il y a un moment où il faut enseigner quelque chose. Et je ne vois pas bien, dans toute votre expertise, ce que vous enseignez, sinon le fait de se faire bien connaître sur la Toile, ce qui est, vous l’avouerez, une triste perspective dans la vie …

    http://wikiscan.org/utilisateur/Adeimantos

    Lisons donc votre joyeux CV tel qu’il est accessible sur votre blog. Il semble y manquer toutes sortes de choses qu’il faudrait énumérer (histoire d’étoffer ce CV qui fait un peu inventaire à la Prévert et qui désigne par des mots différents les mêmes choses). Il manque « maître-nageur-sauveteur », « plongeur-démineur », « randonneur en haute montagne », « spécialiste de la pâte feuilletée » et autres facultés ou qualités techniques qui marquent d’un rien la noblesse des fonctions, mêmes les plus humbles. Pourquoi arrêter arrêter l’énumération de vos qualités à cette liste déjà un peu ennuyeuse ?

    Personnellement, je me contrefiche de ces CV qui ne signifient rien. Mais je remarque que, très souvent, lorsque la critique porte sur un propos tenu sur un blog, on vous demande votre pedigree. Mon cher Éric Delcroix, il faudrait répondre à vos critiques et sur le fond et pas seulement botter en touche, avec quelque sarcasme à la clé. Sinon, votre blog ne serait qu’un déversoir pour atrabilaires endurcis comme on en voit déjà trop.

    Pour mémoire, votre CV :

    Mise à jour Eric Delcroix, le 31 mars à 17:09. Je supprime le texte présenté comme mon CV par la page d’origine : http://eric-delcroix.com/

  89. Adeimantos
    31 mars 2012 at 16 h 09 min

    En tout cas, c’est vous le spécialiste et l’expert de toutes sortes de choses sur le Ouaibe. Ne vous croyez pas honoré de ce que l’on vienne vous défriser la moustache, il n’y a là rien d’honorable que de se faire reprendre parce que l’on dit des bêtises avec la conscience ferme d’avoir été juste et objectif, sinon bien inspiré. Et puisqu’être un expert vous semble le summum bonum, relisons en quoi vous êtes bien cet expert qui vous fasse bien juger de l’expérience de Loys Bonnod ?

    Il devrait suffire d’être un dialecticien, cette compétence générale en laquelle Aristote voit le propre de ceux qu’intéressent les principes. Et puisque vous tenez tant à l’expertise vous omettez à mon propos de préciser mon taux de particpation à Wikipedia (cf. Wikiscan), par le biais duquel je vous invite à méditer sur les heurs et malheurs du tweet et de facebook … c’est bien beau de converser et d’accabler les autres, mais il y a un moment où il faut enseigner quelque chose. Et je ne vois pas bien, dans toute votre expertise, ce que vous enseignez, sinon le fait de se faire bien connaître sur la Toile, ce qui est, vous l’avouerez, une triste perspective dans la vie …

    http://wikiscan.org/utilisateur/Adeimantos

    Lisons donc votre joyeux CV tel qu’il est accessible sur votre blog. Il semble y manquer toutes sortes de choses qu’il faudrait énumérer (histoire d’étoffer ce CV qui fait un peu inventaire à la Prévert et qui désigne par des mots différents les mêmes choses). Il manque « maître-nageur-sauveteur », « plongeur-démineur », « randonneur en haute montagne », « spécialiste de la pâte feuilletée » et autres facultés ou qualités techniques qui marquent d’un rien la noblesse des fonctions, mêmes les plus humbles. Pourquoi arrêter arrêter l’énumération de vos qualités à cette liste déjà un peu ennuyeuse ?

    Personnellement, je me contrefiche de ces CV qui ne signifient rien. Mais je remarque que, très souvent, lorsque la critique porte sur un propos tenu sur un blog, on vous demande votre pedigree. Mon cher Éric Delcroix, il faudrait répondre à vos critiques et sur le fond et pas seulement botter en touche, avec quelque sarcasme à la clé. Sinon, votre blog ne serait qu’un déversoir pour atrabilaires endurcis comme on en voit déjà trop.

    Pour mémoire, votre CV :

    Mise à jour Eric Delcroix, le 31 mars à 17:09. Je supprime le texte présenté comme mon CV par la page d’origine : http://eric-delcroix.com/

  90. 31 mars 2012 at 17 h 05 min

    @Adeimantos et pourtant, il est maitre de conf.

    Je comprends aisément que pour un enseignant en lycée, un CV ne représente rien… donc, je comprends votre position ! Toutefois, vous citez une page Internet, écrite pour le web, ce qui explique l’inventaire à la Prévert et qui désigne par des mots différents les mêmes choses (je crois que cela s’appelle du référencement)… comme mon CV. C’est mal connaître le monde de l’entreprise ! Et, je pense que le fait de se faire bien connaître sur la Toile intéresse les entreprises, notamment les responsables communication, marketing, RH… Enfin, c’est un avis !

    Votre dernière intervention met certainement en exergue ce qui nous sépare. Vous êtes dans le monde de l’enseignement, je suis à la fois dans ce monde et dans celui de l’entreprise !
    Et si je comprends ce qui vous dérange c’est mon parcours atypique.

    Pour votre phrase sur lorsque la critique porte sur un propos tenu sur un blog, on vous demande votre pedigree. Mon cher Éric Delcroix, il faudrait répondre à vos critiques et sur le fond. C’est peut-être l’hôpital qui se moque de la charité… Qu’est ce que vous voulez que je réponde sur le fond à votre affirmation : «il donne une excellente image du niveau de mauvaise conscience atteint par ceux qu’il faut bien appeler « les profs », mélange de bobos technophiles, d’adeptes du tantrisme pédagogique, de la tisane syndicale et de la militance en patins à roulettes.» Je ne sais même pas à qui s’adresse cette phrase car je m’y reconnais pas ! Et l’autre attaque semble plus destinée à M. Watrelot (mais, j’ai peut-être mal lu votre commentaire).

    C’est vrai, j’aurai préféré engager avec vous un débat sur le droit ou non, de modifier sciemment un article de Wikipédia… après avoir été informé au premier essai que cette pratique était interdite ! J’avais noté pour répondre au précedent commentaire votre participation à Wikipédia, mais mon choix dans ma réponse n’a pas permis de le mentionner.

    Afin d’éviter un nouveau duplicate content, je suis désolé de modifier votre commentaire et je remplace mon « CV » par le lien vers la page d’origine… Petit clin d’oeil, il faudra que je vérifie que le lien ne soit pas en nofollow !

  91. 31 mars 2012 at 17 h 05 min

    @Adeimantos et pourtant, il est maitre de conf.

    Je comprends aisément que pour un enseignant en lycée, un CV ne représente rien… donc, je comprends votre position ! Toutefois, vous citez une page Internet, écrite pour le web, ce qui explique l’inventaire à la Prévert et qui désigne par des mots différents les mêmes choses (je crois que cela s’appelle du référencement)… comme mon CV. C’est mal connaître le monde de l’entreprise ! Et, je pense que le fait de se faire bien connaître sur la Toile intéresse les entreprises, notamment les responsables communication, marketing, RH… Enfin, c’est un avis !

    Votre dernière intervention met certainement en exergue ce qui nous sépare. Vous êtes dans le monde de l’enseignement, je suis à la fois dans ce monde et dans celui de l’entreprise !
    Et si je comprends ce qui vous dérange c’est mon parcours atypique.

    Pour votre phrase sur lorsque la critique porte sur un propos tenu sur un blog, on vous demande votre pedigree. Mon cher Éric Delcroix, il faudrait répondre à vos critiques et sur le fond. C’est peut-être l’hôpital qui se moque de la charité… Qu’est ce que vous voulez que je réponde sur le fond à votre affirmation : «il donne une excellente image du niveau de mauvaise conscience atteint par ceux qu’il faut bien appeler « les profs », mélange de bobos technophiles, d’adeptes du tantrisme pédagogique, de la tisane syndicale et de la militance en patins à roulettes.» Je ne sais même pas à qui s’adresse cette phrase car je m’y reconnais pas ! Et l’autre attaque semble plus destinée à M. Watrelot (mais, j’ai peut-être mal lu votre commentaire).

    C’est vrai, j’aurai préféré engager avec vous un débat sur le droit ou non, de modifier sciemment un article de Wikipédia… après avoir été informé au premier essai que cette pratique était interdite ! J’avais noté pour répondre au précedent commentaire votre participation à Wikipédia, mais mon choix dans ma réponse n’a pas permis de le mentionner.

    Afin d’éviter un nouveau duplicate content, je suis désolé de modifier votre commentaire et je remplace mon « CV » par le lien vers la page d’origine… Petit clin d’oeil, il faudra que je vérifie que le lien ne soit pas en nofollow !

  92. 31 mars 2012 at 17 h 05 min

    @Adeimantos et pourtant, il est maitre de conf.

    Je comprends aisément que pour un enseignant en lycée, un CV ne représente rien… donc, je comprends votre position ! Toutefois, vous citez une page Internet, écrite pour le web, ce qui explique l’inventaire à la Prévert et qui désigne par des mots différents les mêmes choses (je crois que cela s’appelle du référencement)… comme mon CV. C’est mal connaître le monde de l’entreprise ! Et, je pense que le fait de se faire bien connaître sur la Toile intéresse les entreprises, notamment les responsables communication, marketing, RH… Enfin, c’est un avis !

    Votre dernière intervention met certainement en exergue ce qui nous sépare. Vous êtes dans le monde de l’enseignement, je suis à la fois dans ce monde et dans celui de l’entreprise !
    Et si je comprends ce qui vous dérange c’est mon parcours atypique.

    Pour votre phrase sur lorsque la critique porte sur un propos tenu sur un blog, on vous demande votre pedigree. Mon cher Éric Delcroix, il faudrait répondre à vos critiques et sur le fond. C’est peut-être l’hôpital qui se moque de la charité… Qu’est ce que vous voulez que je réponde sur le fond à votre affirmation : «il donne une excellente image du niveau de mauvaise conscience atteint par ceux qu’il faut bien appeler « les profs », mélange de bobos technophiles, d’adeptes du tantrisme pédagogique, de la tisane syndicale et de la militance en patins à roulettes.» Je ne sais même pas à qui s’adresse cette phrase car je m’y reconnais pas ! Et l’autre attaque semble plus destinée à M. Watrelot (mais, j’ai peut-être mal lu votre commentaire).

    C’est vrai, j’aurai préféré engager avec vous un débat sur le droit ou non, de modifier sciemment un article de Wikipédia… après avoir été informé au premier essai que cette pratique était interdite ! J’avais noté pour répondre au précedent commentaire votre participation à Wikipédia, mais mon choix dans ma réponse n’a pas permis de le mentionner.

    Afin d’éviter un nouveau duplicate content, je suis désolé de modifier votre commentaire et je remplace mon « CV » par le lien vers la page d’origine… Petit clin d’oeil, il faudra que je vérifie que le lien ne soit pas en nofollow !

Laisser un commentaire