Deux conceptions marketing des blogs s'affrontent

Comme je rattrape mon retard dans la lecture de mes messages et de mes fils RSS, je voulais répondre à Vanina Delobelle dont j’aime certains questionnements sur deux de ses derniers articles : Blog et fidélité (Rediffusion d’un billet du 30 juillet 2006) et Le blogging, après la tempête sur son blog sous-titré : Vers un nouveau marketing.

Toutefois, comme je commençais à rédiger ma première réponse, je m’aperçus rapidement que si je devais citer l’ensemble des billets qui nous opposent cela aurait pu être considéré comme de la pub, alors je préfère lui répondre, sur mes terres 🙂

Avant de continuer, voici la liste des liens que j’aurais dû placer dans ma réponse :

C’est vrai que ce genre de billet a le don de m’exaspérer… surtout affublé de l’étiquette «nouveau marketing». Et personne pour porter la contradiction. Opposer son point de vue. Dire, non, ce n’est pas vrai. À croire que tous les bloggers acquiescent. J’ai l’impression de relire les billets que je lisais lorsque je débutais mon blog, remixés au goût du jour. Ce n’est pas comme cela que les choses avances et je trouve dangereux de faire croire de pareilles choses aux nouveaux arrivants du monde des blogs dit professionnels.

Avant de commenter les billets, je rappelle que je m’occupe de blog en nord et des rencontres blog en nord, mais cela ne m’empêche pas d’avoir un point de vue «original» sur la vie des blogs et la blogospère 🙂

Je commence par la lecture du «blogging, après la tempête !» J’approuve un seul point : «des blogs se créent chaque jour mais beaucoup meurent aussi» et suis en total désaccord sur le reste. Mais si je prends ce paragraphe, lorsque je lis «ces vétérans du blogging commencent à organiser les choses et à donner un mouvement nouveau à la tendance», je décrypte : «je suis un vieux con qui a encore quelques idées et qui devrait rebondir sur la fabuleuse émergence du web 2.0 s’il veut s’en sortir…»

En fait, le vénérable vétéran que je suis, se dit : «bon, les blogs en tant que tel sont morts… Ils vont êtres inclus dans d’autres outils. Quels sont ces outils ?» ou encore «bon, les blogs ont fait leur temps… quels sont les supports de communication ou de marketing qui vont m’aider dans la vie de tous les jours au niveau de mon entreprise ?»

Je passe sur «le blogging d’aujourd’hui ne ressemble pas à celui d’hier et ne sera pas non plus celui de demain» qui me semble une évidence, pour m’arrêter après une critique de ceux (dont je fais partie) qui ont osé annoncer la fin des blogs : «Les blogs ne sont pas une mode, ils ne sont pas un gadget, ils sont un nouvel outil qui est là et bien là et qui comme toute nouveauté de poids vient de trouver son nouveau souffle.» Laissez-moi rire… euhhh, je n’ai pas senti le moindre zéphyr sur ma joue et j’ai l’impression que je ne suis pas prêt de le sentir ! (je sais, j’ai une barbe, mais je la rase bientôt comme chaque année pour quelques semaines).

Je ne peux que m’inscrire en faux lorsque je lis : «je pense même que l’on va parler d’eux de plus en plus.» J’ai l’impression de consulter une plaquette publicitaire d’une agence de communication qui vante les vertus des blogs pour en placer un chez son client, car l’agence ne sait faire que des blogs !

Seul le commentaire de Frenchmat me rassure : «les pratiques et les usages qui y (au blog) correspondent resteront» et je ne pense pas que les blogs aient été prépondérants dans la prise en compte du contenu dans les sites internet

Dans son billet, elle aborde la notion de communauté et de blogs qui m’est chère. «Ce n’est pas le nombre de visiteurs qui compte mais la fidélité au blog et le temps que chaque lecteur passe sur le blog.» Gloups ! Un peu plus loin, Vanina Delobelle pose la question qui tue : Qu’est-ce qui est le plus important pour vous ? Le choix des réponses est bien entendu limitatif : être vu ou être lu. Tout le monde répondra naturellement être lu… Nous sommes tellement nombrilistes, nous les bloggers. Mais la réalité est autre.

Pour ma part, j’opterais pour des solutions que Mme Delobelle n’a pas indiquées : 50 visiteurs qui viennent une fois sur mon blog, y restent quelques secondes et n’y reviennent plus tard lorsqu’ils recherchent une information, mais pas régulièrement ou encore 50 visiteurs qui viennent une fois sur mon blog et qui se dirigent vers les formations que nous proposons pour me demander un devis 🙂

Les 50 visiteurs qui viennent une fois sur votre blog, y restent quelques secondes et n’y reviennent plus font effectivement gonfler les statistiques et peuvent aussi développer la renommée s’ils demandent à d’autres visiteurs de passer… Cela s’appelle le buzz.

Ensuite, je trouve la fin du texte un peu trop brossage de poils pour ces lecteurs. Je vous rassure, je m’intéresse aussi aux blocs de mes lecteurs et les échanges par e-mail ou téléphone vont bon train !

Quand je vous dis que ce sont deux conceptions des blogs qui s’affrontent : d’un côté, vers un nouveau marketing ; de l’autre, le zed marketing 😉 Et vous, vous êtes plutôt nouveau ou zed ?

4 comments for “Deux conceptions marketing des blogs s'affrontent

  1. 25 juin 2007 at 0 h 14 min

    Bonjour Eric,
    Merci pour cette confrontation d’idées:) Petite précision, je n’ai rien à vendre 🙂
    @bientôt

  2. 25 juin 2007 at 0 h 35 min

    Je vais répondre à la normande : un peu des deux. Il y a certes des évolutions dans notre comportement par rapport au web : on peut notamment tous y prendre la parole et cela a un impact sur la façon de voir et de penser le marketing. Mais d’un autre côté, il faut minimiser certains propos. Dans une petite communauté, tout le monde parle et rêve de web 2.0. Seulement, en dehors de cette communauté, il y a encore des millions de consommateurs qui réagissent à des concepts plus anciens. N’oublions pas que seulement 50% des foyers sont connectés à internet, que Youtube, Daylimotion ou encore MySpace ne sont pas utilisés par 100% de la population. Nous avons tous eu notre période d’euphorie quand nos stats de visiste ont dépassé les 100 connexions jour. Mais au fur et à mesure, on relativise sur le nombre de commentaires, sur l’impact des robots de spams dans les stats, sur les internautes qui viennent et qui repartent aussi vite, etc.

  3. 26 juin 2007 at 5 h 34 min

    Et personne pour porter la contradiction. Opposer son point de vue. Dire, non, ce n’est pas vrai. À croire que tous les bloggers acquiescent. >>>> ¨pir ùa ârt; je n’acquiesce pas, c’est juste que je ne lis pas.

  4. 4 février 2008 at 15 h 23 min

    Je demeure fan du blogging que je découvre à peine avec un blog sur Jérôme Kerviel et la Société Générale
    C’est un excellent moyen pour s’exprimer
    Sylvia

Laisser un commentaire