Des amis dans Facebook et les réseaux sociaux, quels amis ?

Hier, c’était mon anniversaire… et il y a eu un déferlement de vœux à mon adresse : plus d’une centaine rien que dans Facebook.

Généralement, lors des conférences ou des séminaires sur les réseaux sociaux, je dis ne pas aimer le terme d’amis employé dans les réseaux sociaux et que je préfère de loin le terme d’amis virtuels !

Mais, hier, alors que je consultais tous ces messages de sympathie (un grand merci encore à tous pour vos marques de gentillesse), je me suis surpris à un moment en train me dire… Mais, en réalité, je les connais vraiment beaucoup de ces « amis ».

Aussi, dès le coup de minuit passé (j’ai pas tenu compte du décalage horaire), je suis passé au comptage de ces messages qui venaient des 4 coins de la planète. Le résultat (tiens, je me croirais en train de commenter le sondage du dimanche 😉 est le suivant :

  • Personnes que je fréquente, que je connais dans la vie réelle, avec qui j’ai des relations extra-internet : une soixantaine
  • Persones que je dois rencontrer prochainement ou que je rencontrerais un jour ou l’autre : une dizaine
  • Personnes que je n’ai pas l’impression d’avoir rencontré ou que je connais mais pas suffisament pour mettre un nom, une image dessus : environ 30.

Le rapport est simple à faire 70/30 ! On n’est pas loin des 80/20 de Pareto entre les personnes que je connais et les personnes « inconnue » 🙂

L’argument, qui au passage commence à m’énerver, «oui, mais vous (ou tu) êtes (es) connu, un expert» ou le pire pour moi, «un influenceur et donc c’est différent pour vous (toi)» n’a pas lieu d’être… Avant tout, je suis Eric Delcroix, comme je le dis dans mon Twitter un vieux débutant toujours en train d’apprendre comme vous, qui a les mêmes préoccupations que vous avec ces réseaux… Donc, ces chiffres ne serait certainement pas très différent si je m’appelais Bernard Dupont ou Joël Muller, homme lambda sur Internet !

Par contre, je sais les plus réticents vont encore me dire à juste titre : «oui, mais les 1 363 autres amis de Facebook ?». Bien sûr, je n’aurais pas la prétention d’appliquer les mêmes pourcentages de répartition ! Mais, il y en a quand même un « paquet » de personnes que je connais IRL (In Real Life) qui ne c’est pas manifesté (je ne leur en veux pas, qu’ils se rassurent, moi aussi j’oublie régulièrement les anniversaires dans les réseaux sociaux et dans la vraie vie 🙂 Dans l’autre côté de la balance, il doit aussi y avoir des personnes que je ne connais pas qui n’ont pas osé écrire ! Moi aussi parfois j’hésite à envoyé mes vœux à certains 😉

Pour les autres remarques du type, oui, mais ce sont vos vrais amis, vos amis d’enfances, votre famille, vos étudiants… qui vous ont souhaité votre anniversaire. Détrompez-vous ! Vu mon âge ;-), mes amis d’enfances et mes amis dans la vrai vie sont très peu nombreux à être présent dans Facebook ou dans d’autres réseaux sociaux. Pire, certains ont eu peur d’être noyé dans la liste et ont préféré me téléphoner 😉

De même pour ma famille ! Il n’y a que 2 personnes dans ce cas ! Pas lourd…

À y regarder de plus près, les 60 % restants sont des relations de travail (très rare) ou des personnes que j’ai connu au fil du temps à travers internet… et qui pour certains on rejoint un de mes cercles d’amis ou encore, des amis virtuels avec qui j’ai eu la chance de dialoguer, d’échanger dans la vie réelle, y compris avec des personnes en dehors des frontières !

Moi-même, il y a quelques années, j’ai du écrire mes craintes sur la perte de liens social à cause des réseaux sociaux… Je m’aperçois chaque jours que c’est l’inverse qui se produit ! Les réseaux social créent du lien sur la toile, mais aussi dans la vraie vie.

On se plaignait à la fin des années 90 que les gens n’avaient plus de vie sociale. Les réseaux sociaux recrée cette vie sociale qui nous manquait tant dans nos villes.

L’autre aspect de cette séquence anniversaire ce sont les messages que j’ai reçu parfois de personnes que je ne connaissais pas particulièrement.Vous savez, les messages du genre :  «un grand merci pour votre travail» ou «Et juste comme ça à un inconnu mais que je lis avec plaisir. Bravo pour l’enthousiasme et le partage de vos sujets.» Et oui, cela fait aussi du bien de recevoir ce genre de messages. Enfin, je parle pour moi…

Nous sommes dans notre « tour d’ivoire » et c’est lors de ce type d’occasions entre autres que nous avons les échos sur notre travail ! Parfois, je suis  las de ce que je fais et je me dis que ce travail que je partage ne sert pas à grand chose ! Cela amène parfois à des coups de gueule comme celui contre les enseignants de ce dimanche. Aussi, vos messages de satisfaction sont certainement le bol d’air, la ration d’oxygène qui nous est nécessaire pour continuer le chemin que nous croyons être le bon… Quoi de plus gratifiant que ces retours.

Donc, à mon tour de vous rendre la pareille et vous dire que sans vous, amis connu ou inconnu, nous ne serions rien ! J’espère encore longtemps avoir la chance de vous avoir auprès de moi !

Tout le monde n’a pas la chance d’être appelé pour faire des conférences, des séminaires, de répondre aux journalistes… (d’autres formes de reconnaissance) mais, c’est avant tout pour vous lecteur de mes blogs, pour vous « amis » de Facebook, pour vous abonnés de Twitter que je travaille… C’est vous qui me supportez (dans tous les sens du terme) au quotidien !

D’ailleurs, c’est pas tout ca… mais, j’dois préparer mon interview avec M6 (pour 100% mag 🙂 au sujet de l’homonymie… Une partie sera filmée dans les rues de Lille… et dès jeudi, c’est le retour aux conférences : médias sociaux et santé le matin, FNAIM en fin d’après-midi et pour clore la journée, un débat suite à la projection du film The Social Network. Enfin, j’vois pas pourquoi j’indique ces rendez-vous, vous suivez tous déjà Eric.delcroix.com également 😉

0 comments for “Des amis dans Facebook et les réseaux sociaux, quels amis ?

  1. 17 novembre 2010 at 7 h 01 min

    Moi j’aime le terme « contact » ou « connexion »

    On est dans un réseau.

    Je regrette en tout cas le peut de possibilité dans la définition des relations

    On a « ami » « père-mère » « frère-soeur » « fils-fille » « fan »

    on a pas collègue, connaissance, pote de beuverie, voisin, membre d’une même communauté, master, servant, fils de la soeur du voisin de celui avec qui j’avais bu un verre lors de mes vacances en Laponie en 1987, …

  2. 17 novembre 2010 at 7 h 01 min

    Moi j’aime le terme « contact » ou « connexion »

    On est dans un réseau.

    Je regrette en tout cas le peut de possibilité dans la définition des relations

    On a « ami » « père-mère » « frère-soeur » « fils-fille » « fan »

    on a pas collègue, connaissance, pote de beuverie, voisin, membre d’une même communauté, master, servant, fils de la soeur du voisin de celui avec qui j’avais bu un verre lors de mes vacances en Laponie en 1987, …

  3. 17 novembre 2010 at 7 h 03 min

    argh ! ne jamais commenter à moitié réveillé :

    « Je regrette en tout cas le PEU de possibilitéS dans la définition des relations »

  4. 17 novembre 2010 at 7 h 03 min

    argh ! ne jamais commenter à moitié réveillé :

    « Je regrette en tout cas le PEU de possibilitéS dans la définition des relations »

  5. 17 novembre 2010 at 11 h 27 min

    Merci pour ce commentaire « réveillé » ou non 😉
    on pourrait l’assimiler aux sphères de connaissance 😉 mais,c’est vrai que chacun y met les étiquettes qu’il souhaite !

  6. 17 novembre 2010 at 11 h 27 min

    Merci pour ce commentaire « réveillé » ou non 😉
    on pourrait l’assimiler aux sphères de connaissance 😉 mais,c’est vrai que chacun y met les étiquettes qu’il souhaite !

  7. 17 novembre 2010 at 13 h 00 min

    Je trouve justement ça bien, de ne pas étiqueter publiquement les personnes. D’autant plus qu’une personne peut revêtir plusieurs étiquettes. Pour catégoriser les personnes il y toujours moyen de créer des groupes.

    « Amis » est peut-être un mot fort, mais il est bien moins froid que « relations » ou « connaissances ».

  8. 17 novembre 2010 at 13 h 00 min

    Je trouve justement ça bien, de ne pas étiqueter publiquement les personnes. D’autant plus qu’une personne peut revêtir plusieurs étiquettes. Pour catégoriser les personnes il y toujours moyen de créer des groupes.

    « Amis » est peut-être un mot fort, mais il est bien moins froid que « relations » ou « connaissances ».

  9. 19 novembre 2010 at 8 h 46 min

    J’ai pas d’amis sur Facebook… J’ai horreur de ce truc ! En plus la définition d' »ami » se trouve complètement galvaudée. J’ai des copains, des connaissances mais des amis que je peux appeler à 3 heures du matin sans qu’ils me raccrochent au nez je peux les compter sur les doigts d’une seule main (et surtout ne venez pas me couper les doigts qui ne me serviraient pas à les compter…)

  10. 19 novembre 2010 at 8 h 46 min

    J’ai pas d’amis sur Facebook… J’ai horreur de ce truc ! En plus la définition d' »ami » se trouve complètement galvaudée. J’ai des copains, des connaissances mais des amis que je peux appeler à 3 heures du matin sans qu’ils me raccrochent au nez je peux les compter sur les doigts d’une seule main (et surtout ne venez pas me couper les doigts qui ne me serviraient pas à les compter…)

Laisser un commentaire