créer sa e-réputation et son personal branding

L’envie d’écrire ce billet sur comment amorcer sa e-réputation et son personal branding (tend à devenir le professional branding – marque professionnelle ou image professionnelle) m’est venu à la suite de la journée d’étude de la semaine dernière : identité numérique et réseaux sociaux, des ateliers d’hier après-midi sur les réseaux sociaux et l’emploi et à la lecture du billet de Sébastien Grégoire : démarrer sa e-réputation en partant de zéro.

Bon, autant annoncer la couleur, je ne partage pas l’avis de l’auteur du billet, aspirant personnalité influente du web 2.0 (cela choque toujours que le vieux débutant que je suis de voir s’afficher de telles ambitions ! – si, si, regarder dans le À propos) pour ce qui est de démarche de la création de sa e-réputation et de son personal branding (ou marque personnelle) .

Pourtant le billet en question commence bien ! un court passage sur la notion d’e-réputation ne fait de mal à personne. Par contre, je pense qu’il ne faut pas se limiter à googleliser son nom (effectuer une recherche sur son nom dans Google). Un tour sur l’onglet e-réputation-personal branding sur Netvibes vous aidera

Définir son domaine de compétence (en rapport avec la réputation que vous voulez créer) me paraît aussi logique avant d’aller plus loin ! Il faut savoir de quoi vous allez parler avant de commencer. Si vous n’avez rien à dire, cela va compliquer les choses.

Par contre, non, le blog n’est pas le premier outil à mettre en place et les réseaux sociaux ne sont pas le complément ! Je m’en explique.

Établissez plutôt votre présence à partir des réseaux sociaux : Viadeo, Linkedin ou/et Facebook étant les plus cités, à tort ou à raison (mais ce n’est pas le but de ce billet de disserter sur le sujet) par le public dans les conférences ou les ateliers.

Encore, ne faut-il pas s’inscrire à ces réseaux avec la mentalité passée de les utiliser comme de simples sites de dépôt de CV. Oui, vous devez remplir votre profil (et donc, écrire un CV…) mais ce n’est pas tout !

Comme ce sont des réseaux sociaux… le mot social est inclus dans la définition de ces outils. J’aime assez l’une des entrées du Littré sur le mot social : La vie sociale de chaque homme n’est point concentrée dans l’espace matériel qui en est le théâtre et dans le moment qui s’enfuit ; elle se répand dans toutes les relations qu’il a contractées sur les différents points du territoire, GUIZOT, Hist. de la civ. en France, 8e leçon. J’ajouterai juste des territoires réels et virtuels.

Bref, vous m’avez compris, il faut rassembler vos amis ! D’ailleurs, dans la recherche d’emploi, ce sont souvent les signaux faibles (le bouche à oreille) qui sont les plus adaptés pour favoriser le recrutement. Comme le dirait Michelle Blanc, votre belle-soeur va peut-être repérer pour vous l’annonce pour le poste idéal qu’un copain à elle lui aura relayé !

Et dans ces réseaux sociaux, il existe des hubs ou des groupes… Si effectivement vous vous intéressez à un domaine, il semble normal de vous retrouver à ces endroits ! L’idéal est d’y prendre la parole, de commenter… Vous pouvez même être le créateur de l’un de ces lieux. Personne ne vous reprochera d’avoir essayé à partir du moment où vous n’avez pas voulu devenir calife à la place du calife !

Et puis, il y a les médias sociaux… : Flickr, Slideshare, Issuu et les autres (un tour sur la carte heuristique que nous avons utilisée avec Émilie Ogez à Pont-À-Mousson vous éclairera sur ce sujet !). Vous avez certainement des contenus qui peuvent vous mettre en valeur que vous pouvez ou souhaitez diffuser… faites le. Montrer votre expertise quelle qu’elle soit : véritable professionnel ou pro-am (professionnel amateur).

Évidemment, comme vous êtes passionné, vous consultez des sites, des blogs, des forums sur vos sujets de préoccupations professionnelles… et là encore, vous participez !

Sans vous en rendre compte, Google et les autres moteurs indexeront vos interventions.

Vous pouvez également préparer une ou des pages Netvibes (Netvibes n’est pas qu’un agrégateur de flux contrairement à ce beaucoup de monde pense !), un Symbaloo, un Pearltrees, un Friendfeed, etc. Pourquoi pas un Tumblr… Mais, là, on s’approche « dangereusement » des blogs.

Oui, un blog peut être l’une des base de votre crédibilité en ligne. Encore faut-il avoir des choses à raconter et savoir/aimer écrire. Cela n’est peut-être pas le lot de tout un chacun !

Toutefois, oui… à terme, après avoir débuté la mise en place de votre e-réputation et de votre personal branding, penser à l’outil blog est une bonne chose… car vous devrez si vous devenez « expert » dans un domaine posséder un endroit où vous diffusez, archivez… vos articles de fond qui alimenteront vos réseaux et médias sociaux.

Enfin, je rejoins de nouveau Sébastien Grégoire, lorsqu’il écrit que la réputation en ligne se construit à long terme. Effectivement, ce n’est pas d’un coup de baguette magique que votre e-réputation va apparaître en ligne ; que, comme trop de personne le pense, parce qu’elles se sont inscrites ici ou là, par magie, leur présence sur le web est assurée !

La cyber réputation se travaille dans le temps et ne s’arrête jamais !

0 comments for “créer sa e-réputation et son personal branding

  1. Stéphane LEPRINCE
    9 octobre 2010 at 8 h 06 min

    Bonjour Eric, je vais bien aussi dans ton sens… Par rapport à ce que tu indiques vis à vis des blogs, en effet pas évident de faire vivre son blog (je sais de quoi je parles !), mais avoir un compte twitter à son nom peut être un moyen simple de compléter son identité en ligne. Par le micro blogging, de simples retweets bien choisis, on peut contribuer sur le web et améliorer sa visibilté dans Google.
    Enfin, pourquoi pas comme cerise sur le gâteau pour sa e-reputation, se payer son nom de domaine bien à soi qui pointera sur son netvibes, sa page twitter ou encore sur un cv créé sur , qui est bien référencé.
    Doyoubuzz propose d’ailleurs une fonctionnalité intéressante qui permet de rajouter un onglet Cv sur votre profil Facebook. Il est alors possible de ne faire apparaitre que cet onglet sur son profil public et vous bénéficiez du repérage de Facebook dans Google mais avec une visibilité plus axée pro…en tout cas pour ceux qui ne font pas parti des « amis ».

  2. Stéphane LEPRINCE
    9 octobre 2010 at 8 h 06 min

    Bonjour Eric, je vais bien aussi dans ton sens… Par rapport à ce que tu indiques vis à vis des blogs, en effet pas évident de faire vivre son blog (je sais de quoi je parles !), mais avoir un compte twitter à son nom peut être un moyen simple de compléter son identité en ligne. Par le micro blogging, de simples retweets bien choisis, on peut contribuer sur le web et améliorer sa visibilté dans Google.
    Enfin, pourquoi pas comme cerise sur le gâteau pour sa e-reputation, se payer son nom de domaine bien à soi qui pointera sur son netvibes, sa page twitter ou encore sur un cv créé sur , qui est bien référencé.
    Doyoubuzz propose d’ailleurs une fonctionnalité intéressante qui permet de rajouter un onglet Cv sur votre profil Facebook. Il est alors possible de ne faire apparaitre que cet onglet sur son profil public et vous bénéficiez du repérage de Facebook dans Google mais avec une visibilité plus axée pro…en tout cas pour ceux qui ne font pas parti des « amis ».

  3. Stéphane LEPRINCE
    9 octobre 2010 at 8 h 06 min

    Bonjour Eric, je vais bien aussi dans ton sens… Par rapport à ce que tu indiques vis à vis des blogs, en effet pas évident de faire vivre son blog (je sais de quoi je parles !), mais avoir un compte twitter à son nom peut être un moyen simple de compléter son identité en ligne. Par le micro blogging, de simples retweets bien choisis, on peut contribuer sur le web et améliorer sa visibilté dans Google.
    Enfin, pourquoi pas comme cerise sur le gâteau pour sa e-reputation, se payer son nom de domaine bien à soi qui pointera sur son netvibes, sa page twitter ou encore sur un cv créé sur , qui est bien référencé.
    Doyoubuzz propose d’ailleurs une fonctionnalité intéressante qui permet de rajouter un onglet Cv sur votre profil Facebook. Il est alors possible de ne faire apparaitre que cet onglet sur son profil public et vous bénéficiez du repérage de Facebook dans Google mais avec une visibilité plus axée pro…en tout cas pour ceux qui ne font pas parti des « amis ».

  4. 9 octobre 2010 at 11 h 49 min

    Bonjour Eric Ravie de te lire et de faire le pont sur les notions eRéputation et Personal Branding. Toi qui nous a expliqué le contraire http://les-zed.com/ereputation-personal-branding-notoriete-numerique-ce-n-est-pas-de-l-identite-numerique/
    Comme quoi on peut changer d’avis 😉

  5. 9 octobre 2010 at 11 h 49 min

    Bonjour Eric Ravie de te lire et de faire le pont sur les notions eRéputation et Personal Branding. Toi qui nous a expliqué le contraire http://les-zed.com/ereputation-personal-branding-notoriete-numerique-ce-n-est-pas-de-l-identite-numerique/
    Comme quoi on peut changer d’avis 😉

  6. 9 octobre 2010 at 11 h 49 min

    Bonjour Eric Ravie de te lire et de faire le pont sur les notions eRéputation et Personal Branding. Toi qui nous a expliqué le contraire http://les-zed.com/ereputation-personal-branding-notoriete-numerique-ce-n-est-pas-de-l-identite-numerique/
    Comme quoi on peut changer d’avis 😉

  7. 13 octobre 2010 at 8 h 32 min

    Je ne suis pas d’accord avec tous ces « experts » en e-reputation et personal branding (qui souvent ont découvert le web il y a un an…) : pour moi la page qui doit ressortir en première position sur Google, car oui tout le monde utilise Google, c’est un site dont on est le PROPRIETAIRE. Exit donc les pages profil, les blogs hébergés.

    Pourquoi? Car on ne crée pas sa reputation sur des services qui n’existeront peut être (surement) pas dans 5 ou 10 ans. Donc on sort sa carte bleue, on achète chez un prestataire qualifié un nom de domaine et un hébergement pour créer un blog ou une page résumé. Cette page sera ensuite naturellement propulsée en tête des résultats de recherche au fil des commentaires et des liens placés sur des profils.

  8. 13 octobre 2010 at 8 h 32 min

    Je ne suis pas d’accord avec tous ces « experts » en e-reputation et personal branding (qui souvent ont découvert le web il y a un an…) : pour moi la page qui doit ressortir en première position sur Google, car oui tout le monde utilise Google, c’est un site dont on est le PROPRIETAIRE. Exit donc les pages profil, les blogs hébergés.

    Pourquoi? Car on ne crée pas sa reputation sur des services qui n’existeront peut être (surement) pas dans 5 ou 10 ans. Donc on sort sa carte bleue, on achète chez un prestataire qualifié un nom de domaine et un hébergement pour créer un blog ou une page résumé. Cette page sera ensuite naturellement propulsée en tête des résultats de recherche au fil des commentaires et des liens placés sur des profils.

  9. 13 octobre 2010 at 8 h 32 min

    Je ne suis pas d’accord avec tous ces « experts » en e-reputation et personal branding (qui souvent ont découvert le web il y a un an…) : pour moi la page qui doit ressortir en première position sur Google, car oui tout le monde utilise Google, c’est un site dont on est le PROPRIETAIRE. Exit donc les pages profil, les blogs hébergés.

    Pourquoi? Car on ne crée pas sa reputation sur des services qui n’existeront peut être (surement) pas dans 5 ou 10 ans. Donc on sort sa carte bleue, on achète chez un prestataire qualifié un nom de domaine et un hébergement pour créer un blog ou une page résumé. Cette page sera ensuite naturellement propulsée en tête des résultats de recherche au fil des commentaires et des liens placés sur des profils.

  10. 13 octobre 2010 at 10 h 43 min

    Merci de vos réactions. Je fais une réponse groupée 🙂
    @stéphane : J’ai hésité à parler de Twitter… mais là encore outre qu’il faut avoir des choses à dire, Twitter n’est pas facile d’accès, dans le sens comprendre à quoi il sert et comment il « fonctionne ». Je le mentionne lors de mes prestations… 
    @Fadhila je pense surtout qu’à l’époque il y a eu un gros malentendu. e-réputation et personal branding sont une branche de l’identité numérique, mais pas l’identité numérique seule 😉
    @Nicolas j’espère que : « tous ces « experts » en e-reputation et personal branding (qui souvent ont découvert le web il y a un an…) » ne m’est pas destiné car cela fait un peu plus longtemps que je suis sur Internet.
    Pour ce qui est du site et le nom de domaine, effectivement cette manière de voir fonctionnait il y a quelques années… Miser sur son site ! Seulement, c’est faire abstraction des homonymes et de ce qui existe sur le net ! Mon cas est un bon exemple puisque le nom de delcroix est très répandu dans la région du Nord de la France. Des entreprise en plus porte ce nom ! Eric est un prénom fréquemment associé à ce nom également. Donc, comment faites vous dans ce cas là avec votre CV en ligne pour qu’il apparaisse en 1er position de Google ou autre ? Encore faut-il aussi qu’il reste des noms de domaine disponible. Je connais des personnes qui achètent les noms de domaine de leurs enfants à leur naissance !!
    Donc, j’ai le cas de l’homonymie à gérer (un coup d’oeuil dans Wikipédia vous donnera une idée). Et, j’ai également un nom de domaine eric delcroix !
    Ce n’est pas ce domaine qui arrive en 1er position dans Google mais ed-productions et ce blog qui sont le plus souvent devant avec Wikipédia ! Le site Eric Delcroix apparait après ! Heureusement que je sis présent sur les sites précédent 😉 Mais imaginez qu’un autre Delcroix Eric se décide à vouloir se placer sur la 1er page Google ? Mon site eric-delcroix.com se retrouvera un peu plus loin encore ! Donc, autant mettre toutes les chances de son côté !
    Mais, une requète dans Google sur votre nom et prénom où vous figuré 1er 😉 place en 4 position chez moi un Nicolas Chevalier ! Pas mal… alors qu’il n’y a aucun site à créer, à référencer… simplement en créant un profil que l’on alimente plus ou moins régulièrement !

  11. 13 octobre 2010 at 10 h 43 min

    Merci de vos réactions. Je fais une réponse groupée 🙂
    @stéphane : J’ai hésité à parler de Twitter… mais là encore outre qu’il faut avoir des choses à dire, Twitter n’est pas facile d’accès, dans le sens comprendre à quoi il sert et comment il « fonctionne ». Je le mentionne lors de mes prestations… 
    @Fadhila je pense surtout qu’à l’époque il y a eu un gros malentendu. e-réputation et personal branding sont une branche de l’identité numérique, mais pas l’identité numérique seule 😉
    @Nicolas j’espère que : « tous ces « experts » en e-reputation et personal branding (qui souvent ont découvert le web il y a un an…) » ne m’est pas destiné car cela fait un peu plus longtemps que je suis sur Internet.
    Pour ce qui est du site et le nom de domaine, effectivement cette manière de voir fonctionnait il y a quelques années… Miser sur son site ! Seulement, c’est faire abstraction des homonymes et de ce qui existe sur le net ! Mon cas est un bon exemple puisque le nom de delcroix est très répandu dans la région du Nord de la France. Des entreprise en plus porte ce nom ! Eric est un prénom fréquemment associé à ce nom également. Donc, comment faites vous dans ce cas là avec votre CV en ligne pour qu’il apparaisse en 1er position de Google ou autre ? Encore faut-il aussi qu’il reste des noms de domaine disponible. Je connais des personnes qui achètent les noms de domaine de leurs enfants à leur naissance !!
    Donc, j’ai le cas de l’homonymie à gérer (un coup d’oeuil dans Wikipédia vous donnera une idée). Et, j’ai également un nom de domaine eric delcroix !
    Ce n’est pas ce domaine qui arrive en 1er position dans Google mais ed-productions et ce blog qui sont le plus souvent devant avec Wikipédia ! Le site Eric Delcroix apparait après ! Heureusement que je sis présent sur les sites précédent 😉 Mais imaginez qu’un autre Delcroix Eric se décide à vouloir se placer sur la 1er page Google ? Mon site eric-delcroix.com se retrouvera un peu plus loin encore ! Donc, autant mettre toutes les chances de son côté !
    Mais, une requète dans Google sur votre nom et prénom où vous figuré 1er 😉 place en 4 position chez moi un Nicolas Chevalier ! Pas mal… alors qu’il n’y a aucun site à créer, à référencer… simplement en créant un profil que l’on alimente plus ou moins régulièrement !

  12. 15 octobre 2010 at 14 h 06 min

    Héhé, en checkant mes backlinks, je tombe sur ton billet et me rend compte que tu as lu l’article que j’ai fait sur le démarrage d’une e-réputation.

    Pour moi, cet article est juste une base à la notion d’e-réputation. Je ne me fait absolument pas voix d’évangile puisqu’il existe des tonnes de voies pour construire son identité numérique. C’est juste pour que les internautes qui tombent sur mon article prennent connaissances des quelques moyens qu’il existe pour se faire valoir sur Internet.

    C’est vrai que commencer par un blog peut être fastidieux par rapport aux réseaux sociaux mais je pense que ça permet de démarrer sur d’autre canaux (réseaux sociaux, etc.) avec une notoriété déjà existante. D’une manière où d’une autre, devenir visible sur internet demande du temps à consacrer alors pourquoi ne pas le faire en laissant sa trace à travers des articles de blog.

    Ps: pour ce qui est du « aspirant personnalité influente du web 2.0 », c’est juste une simple forme de moquerie par rapport aux « vrais » aspirants de la course à l’influence à tout prix. Bien sûr, j’utilise les réseaux sociaux et autres dans un but simplement social et non pour monter sur un pied d’estal. Ce serait prétentieux de ma part 🙂

  13. 15 octobre 2010 at 14 h 06 min

    Héhé, en checkant mes backlinks, je tombe sur ton billet et me rend compte que tu as lu l’article que j’ai fait sur le démarrage d’une e-réputation.

    Pour moi, cet article est juste une base à la notion d’e-réputation. Je ne me fait absolument pas voix d’évangile puisqu’il existe des tonnes de voies pour construire son identité numérique. C’est juste pour que les internautes qui tombent sur mon article prennent connaissances des quelques moyens qu’il existe pour se faire valoir sur Internet.

    C’est vrai que commencer par un blog peut être fastidieux par rapport aux réseaux sociaux mais je pense que ça permet de démarrer sur d’autre canaux (réseaux sociaux, etc.) avec une notoriété déjà existante. D’une manière où d’une autre, devenir visible sur internet demande du temps à consacrer alors pourquoi ne pas le faire en laissant sa trace à travers des articles de blog.

    Ps: pour ce qui est du « aspirant personnalité influente du web 2.0 », c’est juste une simple forme de moquerie par rapport aux « vrais » aspirants de la course à l’influence à tout prix. Bien sûr, j’utilise les réseaux sociaux et autres dans un but simplement social et non pour monter sur un pied d’estal. Ce serait prétentieux de ma part 🙂

  14. 15 octobre 2010 at 14 h 06 min

    Héhé, en checkant mes backlinks, je tombe sur ton billet et me rend compte que tu as lu l’article que j’ai fait sur le démarrage d’une e-réputation.

    Pour moi, cet article est juste une base à la notion d’e-réputation. Je ne me fait absolument pas voix d’évangile puisqu’il existe des tonnes de voies pour construire son identité numérique. C’est juste pour que les internautes qui tombent sur mon article prennent connaissances des quelques moyens qu’il existe pour se faire valoir sur Internet.

    C’est vrai que commencer par un blog peut être fastidieux par rapport aux réseaux sociaux mais je pense que ça permet de démarrer sur d’autre canaux (réseaux sociaux, etc.) avec une notoriété déjà existante. D’une manière où d’une autre, devenir visible sur internet demande du temps à consacrer alors pourquoi ne pas le faire en laissant sa trace à travers des articles de blog.

    Ps: pour ce qui est du « aspirant personnalité influente du web 2.0 », c’est juste une simple forme de moquerie par rapport aux « vrais » aspirants de la course à l’influence à tout prix. Bien sûr, j’utilise les réseaux sociaux et autres dans un but simplement social et non pour monter sur un pied d’estal. Ce serait prétentieux de ma part 🙂

  15. 17 octobre 2010 at 9 h 52 min

    @Eric mais personne n’avait dit que le Personal Branding c’est l’identité numérique ou inversement. D’ailleurs j’ai des slides à ce sujet et tout particulièrement sur l’identité numérique dans lesquels je disais que l’identité numérique pouvait être abordée avec tous les regards de la Science. Au plaisir 🙂

  16. 17 octobre 2010 at 9 h 52 min

    @Eric mais personne n’avait dit que le Personal Branding c’est l’identité numérique ou inversement. D’ailleurs j’ai des slides à ce sujet et tout particulièrement sur l’identité numérique dans lesquels je disais que l’identité numérique pouvait être abordée avec tous les regards de la Science. Au plaisir 🙂

  17. 29 janvier 2011 at 11 h 16 min

    Mon CV, à bientôt 60 ans, c’est une donnée moins sensible… Trouver un nom de domaine original, bien adapté à son domaine d’activité et petit à petit la notoriété sur le web se fera… bon, il ne faut pas se faire dépasser non plus par son propre non de domaine, je suis plus connu comme Mincoin que sous mon patronyme !

  18. 29 janvier 2011 at 11 h 16 min

    Mon CV, à bientôt 60 ans, c’est une donnée moins sensible… Trouver un nom de domaine original, bien adapté à son domaine d’activité et petit à petit la notoriété sur le web se fera… bon, il ne faut pas se faire dépasser non plus par son propre non de domaine, je suis plus connu comme Mincoin que sous mon patronyme !

  19. 29 janvier 2011 at 11 h 16 min

    Mon CV, à bientôt 60 ans, c’est une donnée moins sensible… Trouver un nom de domaine original, bien adapté à son domaine d’activité et petit à petit la notoriété sur le web se fera… bon, il ne faut pas se faire dépasser non plus par son propre non de domaine, je suis plus connu comme Mincoin que sous mon patronyme !

  20. 7 janvier 2012 at 23 h 23 min

    Je reste persuadé un an plus tard que le seul moyen pérenne de gérer sa réputaion est de créer un nom de domaine et de « référencer » son site perso comme on le fait pour n’importe quel autre site. Une fois la mode Facebook, Twitter and co passée, que restera-t-il ?

  21. 7 janvier 2012 at 23 h 23 min

    Je reste persuadé un an plus tard que le seul moyen pérenne de gérer sa réputaion est de créer un nom de domaine et de « référencer » son site perso comme on le fait pour n’importe quel autre site. Une fois la mode Facebook, Twitter and co passée, que restera-t-il ?

  22. 15 janvier 2012 at 18 h 34 min

    @Nicolas Pas persuadé ! J’ai de plus en plus de doute sur le côté panacée des sites et blogs !

  23. 15 janvier 2012 at 18 h 34 min

    @Nicolas Pas persuadé ! J’ai de plus en plus de doute sur le côté panacée des sites et blogs !

Laisser un commentaire