une constatation et une question sur les médias sociaux…

Pour une fois, je vais être bref et sous forme de clin d’oeil à ma participation au débat dans regard sur le numérique (RSLNmag.fr) : éduquer au numérique : qui ?

La constatation sur les médias sociaux

Nous nous trompons régulièrement lorsque nous traitons des réseaux sociaux, médias sociaux, du web 2.0, du web temps réel… Nous, les experts. Je ne parle pas de ceux qui livrent de pâles copies de nos opinions 😉 Nous nous trompons lorsque nous parlons de l’entreprise, du travail des autres… Nous ne sommes pas dans la même planete en réalité. Nous avons une passion, pas un métier !

La question sur les médias sociaux

Nous voulons toujours convertir tout le monde au web 2.0, aux réseaux sociaux, aux médias sociaux, au web temps réel… Pour ma part, j’ai cessé de le faire depuis longtemps. On ne prêche que les convaincus !  Mais, en dehors de cela, est-il nécessaire que tout le monde utilise tous les services dont nous vantons les mérites régulièrement. L’exemple typique vient de Twitter… La mère de famille, par exemple, a-t-elle besoin réellement d’être dans Twitter aujourdh’ui ? Non. Le journaliste, autre exemple, oui ! Et il y a fort à parier que dans quelques années la mère de famille fera également du Twitter lorsque l’outil que les étudiants qui doivent l’utiliser démocratiseront l’outil si le besoin s’en fait sentir !

Alors ma question. Selon vous tout le monde doit faire du web 2.0, utiliser les réseaux sociaux, employer les médias sociaux, passer au web temps réel ou il y a des catégories à privilégier ?

0 comments for “une constatation et une question sur les médias sociaux…

  1. 1 février 2010 at 14 h 28 min

    Bonjour Eric,

    Je crois assez en la théorie de l’avant-garde éclairée. Certes, des gens comme ma père qui a passé les 65 ans n’ont pas un besoin pressant de twitter ou autre système résolument 2.0. Vu l’utilisation qu’elle fait de l’outil informatique (envoyer un mail de temps en temps), ce n’est pas vraiment indispensable. En revanche, mon père (qui a le même âge) surfe souvent sur YouTube, prend des photos qu’il ne peut pas nous envoyer par mail et donc les mets sur Picasa, et aimearait certainement pouvoir concentrer ses fils d’infos dans un agrégateur de flux « à la Netvibes » au lieu d’enchainer les pages de Yahoo News, de Libé, du Monde et de la presse étrangère. Enfin, nos étudiants peuvent-ils encore passer à côté d’outils tels que Zotero, Twitter ou les flux RSS ?

    Tout le monde n’a pas forcément besoin des outils 2.0, de même que tout le monde n’a pas forcément besoin d’une voiture ou d’un robot mixer dans sa cuisine. Reste la grosse difficulté : identifier les publics et trouver parmi eux les porteurs de bonne parole (la fameuse avant-garde éclairée). Rien que dans notre université, qui utilise Twitter, LinkedIn etc dans un but professionnel ? Combien d’enseignants / chargés de cours etc. recommandent l’usage de ces outils à leurs étudiants ? Alors qu’a priori, le monde universitaire serait justement un des premiers à tirer bénéfice de ces jolis jouets.
    Bref, vaste débat.

  2. 6 février 2010 at 18 h 56 min

    Il n’existe aucune obligation à utiliser ces outils ! On peut avoir peur d’être « hors du coup » si on ne les utilise pas, mais heureusement l’information et la connaissance existent aussi dans d’autres média, notamment « sur papier » 🙂

    Cependant, selon ses activités et ses centres d’intérêts, l’informatique offre de tels avantages qu’il est difficile de sans passer !

    Comme de nombreux outils, ils ne sont pas indispensables … on peut heureusement faire sans. Tout est une question de contexte !

  3. 11 février 2010 at 22 h 11 min

    François a été trop timide pour ne pas publier l’info ici, mais il complète ma réflexion dans un billet très intéressant 🙂 Google, les médias sociaux et les gens qui nous entourent

Laisser un commentaire