B A BA de la photo panoramique

Suite à plusieurs formations auprès d’architectes, nous avons remarqués que la plupart d’entre eux avaient des soucis dans la réalisation de leurs projets Photoshop pour la simple raison que la prise de vue des panoramas n’était pas de qualité suffisante. Pourtant, le panorama est accessible à tous avec les appareils numériques.

Pourtant, quelques conseils simples peuvent les aider à la réalisation, lors des prises de vue panoramique :

  • Utilisez un pied photo équipé d’un niveau à bulle. Certains modèles sont même pourvus de rotules graduées pour les angles. Ces graduations permettent de capturer plus facilement l’image en sections égales.
  • Attention aux erreurs de parallaxe. Pour éviter ce phénomène, l’appareil photo, plus précisément le point nodal doit être sur l’axe de pivotement. L’achat d’un adaptateur de point focal pour le pied résout le problème.
  • Employez une télécommande (équivalent des déclencheurs souples argentique) ou prenez vos images avec le retardateur afin d’éviter les vibrations.
  • Choisissez une focale moyenne (pas de télé-objectif qui écrasent la perspective, ni de grand angle qui déformerait les images).
  • Faites un «repérage» pour éviter les erreurs. L’erreur la plus fréquente : la première prise de vue est correcte, mais les bâtiments sont plus hauts sur les images suivantes 🙁
  • Les automatismes sont inadaptés aussi bien pour la mise au point que pour l’exposition. Réglez votre appareil photo numérique manuellement, y compris pour la prise du blanc (balance des blancs) et gardez ces valeurs d’exposition et de mise au point pour toutes les photos du panorama. L’un des avantages du l’utilisation d’un pied est également de pouvoir employer des temps d’exposition plus long avec une ouverture de diaphragme plus fermée. Donc, une profondeur de champs (zone de netteté) plus grande grande. L’idéal serait de connaître la distance hyperfocale de votre objectif et d’utiliser ces réglages afin de déterminer le temps d’exposition. Contrairement à ce que je lis à différents endroit : l’hyperfocale n’est pas obtenue en positionnant le symbole infini de la bague de mise au point. Jugez en vous même en testant depuis ce Calculateur (excusez pour la version anglaise, mais c’est facile à traduire).
  • Prendre des photos qui se «recouvrent bien» semble une évidence. Cependant, il peut être intéressant de connaître l’angle de champ de la focale employé qui correspond à l’angle embrasé par l’objectif. L’image capturée dépend de la diagonale du capteur et de la longueur focale. A la suite d’un calcul, on obtient un angle d’image en degrés : l’angle de champ, fournis en général dans les notices techniques de vos appareils, plus exactement de vos objectifs.
  • les objectifs à décentrement pour redresser les perspectives ne sont pas obligatoires.

Ensuite reste à monter les images… C’est là que nous intervenons pour une formation Photoshop « spécial » architectes 😉

Mais peut-être souhaitez vous réaliser des photos panoramiques interactives à 360º. La démarche de la prise de vue reste la même. Viendra ensuite l’assemblage des prises de vue et la mise au point de la photo panoramique. L’intégration de la photo panoramique dans une page Internet s’effectue par l’appel d’un objet QuickTime VR ou par la programmation d’un applet java.

Le format QuickTime VR qui nécessite le plug-in QuickTime VR (QTVR) permet l’utilisation de résolution élevées et les interactions de l’internaute (ex : zoom) sont intégrées. L’applet java qui permet de réaliser des visites virtuelles sur-mesure oblige à un paramètrage et à une intégration avec du code JavaScript, ce qui oblige à connaître et à développer en JavaScript.

Pour en savoir plus, je retiens le guide pratique de la photographie panoramique d’Arnaud Frich.

Laisser un commentaire